Nos lecteurs. Le philosophe, expert du climat auto-proclamé, continue à sévir. Pour une fois il n’est pas accompagné de son compère « Vite, vite, vite » prix Nobel.

Nos lecteurs (P. H.).Le philosophe, expert du climat auto-proclamé, continue à sévir. Pour une fois il n'est pas accompagné de son compère "Vite, vite, vite" prix Nobel.

Arcinfo du 18 juin 2021.

 

Le philosophe Dominique Bourg dénonce l’aveuglement de la justice face au défi climatique, alors que 31 activistes pour le climat attendent leur jugement ce vendredi.

Canicules en France, sécheresse en Californie, inondations au Népal, loi sur le CO2 refusée… Ne manquerait plus que les 31 activistes soient condamnés ce vendredi à Fribourg, dans le cadre du plus grand procès du genre en Suisse, pour boucler une semaine noire sur le front du climat. C’est bien ce que redoute Dominique Bourg, après le jugement publié par le Tribunal fédéral (TF) il y a une semaine qui rejette le principe de l’état de nécessité licite justifiant la désobéissance civile. Auteur du récent Désobéir pour la terre (Editions PUF), le philosophe suisse ne désespère pas que la justice se hisse à la hauteur du défi climatique.

Pourquoi la désobéissance civile est-elle encore légitime à vos yeux malgré l’arrêt du Tribunal fédéral (TF)?

Dominique Bourg: La désobéissance civile reste un instrument démocratique reconnu par la philosophie politique depuis des lustres. C’est un moyen de faire bouger la société au sein d’une démocratie, quand les mécanismes électoraux sont grippés ou lorsque la société est dépassée par la rapidité des phénomènes, climatiques dans le cas présent.

La ligne rouge tracée par le TF va-t-elle refroidir les activistes ou au contraire les encourager à redoubler d’efforts? 

Certains vont être dissuadés de participer à des actions fortes et d’autres vont se radicaliser. Le mouvement va continuer parce qu’il n’y a pas d’autre choix. Il va falloir compter maintenant avec une partie de la société, bien informée, pour laquelle les institutions ne sont plus crédibles face à un danger mortel. C’est grave car c’est le ciment social qui se délite. Je crains surtout des fractures profondes entre la partie la mieux informée de la jeunesse face au changement climatique et le reste de la population, dont ceux qui ont des intérêts cyniques à court terme.

Ne pas pouvoir se faire entendre autrement que par des actes punissables, cela a créé jusque-là une pente dangereuse…

C’est ce qui me fait peur. La dénonciation du réchauffement de la planète n’est pas un caprice, mais l’effet de la conscience d’une menace documentée scientifiquement, que nos sens commencent à percevoir. Pourquoi devrait-on accepter de mourir de chaleur ou de faim parce que des gens mal informés et obtus ne veulent rien entendre? Cette cécité déguisée en pseudo-fermeté d’une grande partie de la population et de la justice sur un dossier aussi capital est un encouragement à la violence.

Extinction Rebellion compte sur la désobéissance civile pour faire évoluer la loi dans le «bon sens». Mais avec la décision du TF, c’est le contraire qui se produit…

Je ne perds pas espoir que la justice finisse aussi en Suisse par prendre la mesure du défi climatique. Elle devrait être le contrepoids de tout cela, défendre le faible et l’orphelin, et non les puissances financières et le lobby pétrolier. Il y a une pluralité de juges et ils finiront par comprendre, par mieux s’informer et apprécier différemment la situation. Ils devraient davantage s’inspirer de ce qui se passe à l’étranger.

Quelles sont les cours de justice étrangères pionnières?

Les juges néerlandais et allemands ont condamné leur gouvernement respectif à augmenter les ambitions par rapport à l’Accord de Paris, ou même au Parlement européen. Les juges allemands de la Cour constitutionnelle prennent au sérieux le fait qu’on leur donne en charge les générations futures. Le Tribunal fédéral est arc-bouté sur le présent et le passé. Je trouve dommage qu’il soit allé complètement dans un sens sur la base d’une argumentation faible et une méconnaissance du sujet.

Que lui reprochez-vous?

Il y a deux grandes erreurs. D’abord, la relation au temps du climat. Le TF ne prend pas en compte l’inertie du climat: quand une molécule de CO2 est libérée dans l’atmosphère, elle ne déploie rapidement qu’un tiers de son pouvoir de réchauffement, et le reste au cours des décennies suivantes. L’urgence d’agir précède donc largement les dommages, de plusieurs décennies.

Et l’autre erreur?

Les juges du TF ne comprennent pas que le climat n’est pas une question d’individus. Les conditions d’habitabilité de la planète vont continuer de s’altérer. C’est un problème collectif. Par rapport aux causes, nous sommes dans l’urgence. Nous avons déjà décidé du climat de 2040 aujourd’hui. Et la décision du TF, tout comme la loi sur le CO2, va nous faire perdre encore un temps précieux.

 

6 commentaires

  1. Posté par leone le

    @Bussy
    Nos commentaires sur ce blog ont très peu de poids sur les décisions de nos dirigeants mais, vous avez raison, il faut taper sans cesse sur le clou: La source de tous les problèmes de cette planète est la surpopulation. En entassant 1 milliard de bipèdes de plus tous les 15 ans on va droit dans le mur.

  2. Posté par Marcassin le

    Dominique Bourg à choisi « philosophie » car il n’avait aucune compétence ni intérêt pour la science.

  3. Posté par antoine le

     »Les juges du TF ne comprennent pas que le climat n’est pas une question d’individus. »
    Bien au contraire !
    Les conditions générales des habitats des humains se dégrade au fur et à mesure que le nombre d’habitants augmente et explose !
    La surpopulation mondiale est LE problème numéro UN, le deuxième problème est l’éducation !

  4. Posté par antoine le

     » … quand une molécule de CO2 est libérée dans l’atmosphère, elle ne déploie rapidement qu’un tiers de son pouvoir de réchauffement, et le reste au cours des décennies suivantes … »
    Un tiers par-ci et 2 tries par-là … c’est pas du tout scientifique !!
    Comment est-ce que la molécule de CO2 réagit-elle avec son environnement ?
    C’est physique, il y a des longueurs d’onde, dans l’infra-rouge, qui permettent aux molécules de CO2 de transmettre de l’énergie (absorption et ré-émission).
    https://www.climat-en-questions.fr/reponse/fonctionnement-climat/effet-serre-par-philippe-bousquet-jean-louis-dufresne
    On constate que les longueurs d’ondes du CO2 sont saturées ou presque saturées et qu’un doublement de la concentration du CO2 (de 400 à 800 ppmv CO2) ne provoque d’une faible augmentation de la température.
    Le CO2 n’est PAS coupable.

  5. Posté par Chris le

    Semaine noire pour les gauchiasses. La secte extinction rebellcons et les grévistes au social ont été condamnés. A des peines bien trop légères à mon goût. Mais des sursis vont tomber.

  6. Posté par Bussy le

    C’est au contraire qu’une question d’individus, de nombre d’individus, le problème numéro 1 jamais évoqué étant la surpopulation mondiale.
    Tant qu’on ne s’attaquera pas à ce problème de surpopulation, tout ne sera qu’emplâtres sur des jambes de bois !
    Monsieur Bourg en parle-t-il au moins dans son livre ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.