États-Unis : un voleur se sert dans un magasin et part sans être inquiété alors que la sécurité le film, une loi « l’autorise » à San Francisco

 

San Francisco 🇺🇸 : un voleur se sert dans un magasin à la vue de tous, il part sans être inquiété alors que la sécurité le film pic.twitter.com/4YxCssgCYG

— Jeanne (@D4rc_) June 17, 2021

Une vidéo prise lundi par un téléphone portable montre une partie de la criminalité effrontée qui a fait fuir les détaillants de San Francisco.

San Francisco est devenu le paradis des voleurs à l’étalage. Selon la police, les voleurs, comme celui qui a été filmé en train de piller un Walgreens, sont encouragés par l’assouplissement des sanctions pour ce crime, les entreprises fermant leurs portes.

Le vol de Walgreens, qui s’est produit sous les yeux d’un agent de sécurité, a relancé le débat sur une loi municipale controversée, la Proposition 47.

“Ce qui s’est passé dans ce Walgreens se produit dans cette ville depuis un certain temps“, a déclaré Tracy McCray, lieutenant de police de San Francisco, dans l’émission “America’s Newsroom” de Fox News mercredi.

“J’y suis habitué”, a poursuivi McCray. “Je veux dire, nous pouvons avoir une compilation des plus grands succès de personnes qui entrent et nettoient les rayons des magasins et les agents de sécurité, les gens qui travaillent là, qui restent là, impuissants, parce qu’ils ne peuvent rien faire.”

La police et les procureurs sont en désaccord sur la Proposition 47, un référendum de 2014 qui a abaissé la peine pour le vol de biens d’une valeur inférieure à 950 dollars d’un crime à un délit.

McCray dit que la loi ne fait qu’enhardir les criminels.

Si vous volez moins de 950 dollars, vous recevez une citation et vous pouvez partir, et si vous ne vous présentez pas au tribunal, devinez quoi ?“. McCray a dit. “Peut-être que tu obtiendras un mandat d’arrêt ou peut-être même qu’ils le rejetteront avant même d’en arriver là.”

N’importe qui peut venir et faire ce qu’il veut“, a-t-il ajouté.

Dans une déclaration cinglante, le syndicat de police de la ville a blâmé les procureurs de la ville pour la série de vols à l’étalage.

Ce comportement criminel éhonté est enduré chaque jour par les habitants de San Francisco et c’est le résultat direct du programme du procureur Chesa Boudin et de ceux qui le soutiennent, qui font passer les criminels avant tout“, a déclaré Tony Montoya, président de l’Association des officiers de police de San Francisco.

M. Boudin a répliqué dans une interview accordée à KPIX-TV le mois dernier, affirmant que ce sont les policiers qui doivent en faire plus.

Il est impossible qu’un procureur dans ce pays puisse poursuivre une affaire avec succès si la police ne procède pas à une arrestation et ne fait pas un bon travail d’enquête“, a-t-il déclaré. “C’est aussi simple que cela.”

Les statistiques montrent que les policiers de San Francisco ont eu du mal à procéder à des arrestations dans les affaires de vol au cours des années qui ont suivi l’adoption de la proposition 47. Le nombre de cas de larcins qui sont “blanchis” – conduisant à une arrestation et à une résolution – a chuté ces dernières années, passant de 4,5 % en 2018 à 2,8 % jusqu’à présent cette année.

New York Post

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Chris le

    Ce pays n’en a plus pour longtemps. Bientôt la guerre civile.

  2. Posté par antoine le

    Qui vole un œuf vole un bœuf !
    Il n’y a pas de limite inférieure à un vol ! Voler c’est voler !
    Les juges sont COMPLICES de cet état de fait et la police est démunie face à des lois stupides !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.