Des professeurs d’Oxford qualifient la notation musicale de « colonialiste »

Selon eux, les programmes se concentrent trop sur la « musique européenne blanche de la période de l'esclavage ».

Il y a un an, Les Indes galantes de Rameau (sur un livret de Fuzelier) s'attiraient les foudres d'un critique new-yorkais : comment pouvait-on aujourd'hui jouer cette œuvre, quand bien même elle ne serait pas apologie du colonialisme et de l'esclavage, puisque toutes les œuvres de Rameau « reposaient sur la richesse produite grâce aux forces jumelles de l'esclavage et du colonialisme » ? Aujourd'hui, l'université d'Oxford va plus loin : c'est l'ensemble des programmes de musique qui est accusé de « complicité avec la suprématie blanche ». Des sources auxquelles a eu accès le quotidien britannique The Telegraph indiquent ainsi que, dans la mesure où le répertoire actuel est axé sur « la musique européenne blanche », les compétences musicales comme jouer du piano ou diriger un orchestre ne devraient plus être obligatoires. Elles seraient en effet l'objet d'une « grande détresse pour les élèves de couleur ». Il conviendrait aussi d'introduire davantage de diversité dans les musiques enseignées.

(...)

Diapasonmag.fr

3 commentaires

  1. Posté par musicOLOGUE le

    Ils n’ont que à jouer Banana chez eux tout au long de la journée et aux Oxford commencer à cultiver le manioc histoire d’enrichir et « multi culturaliser  » les repas

  2. Posté par Azty le

    Les inaptes s’attaquent à l’excellence.
    C’est l’effet 68…

  3. Posté par Vautrin le

    On atteint des sommets ! Le « mur du Çon » est allègrement franchi chaque jour. L’Occident en pleine décadence ? Je pense que ce sont surtout des minorités pleurnichardes et quérulentes braillant à la faveur des « drwâââ de l’ohm » qui imposent leurs vues à de prétendus « intellectuels » totalement décérébrés. Il faut en finir avec ces énergumènes.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.