L’amitié est la similitude des âmes

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

 

L'amitié est la similitude des âmes

 

Lorsqu'il propose cette réflexion, Alcuin, ami et conseiller de Charlemagne, ne pensait pas à Jacques et Tariq mais il avait raison quant à la similitude des âmes. Même perversion de l'esprit chez l'un et l'autre, même détestation de tous ceux qui ne sont pas comme eux, même malhonnêteté intellectuelle, même recours au mensonge.

Cela dit, l'amitié de Jacques Neirynck est une valeur sûre. Il a commis il y a quelques années un ouvrage essentiel sur ses discussions avec le toujours bien aimable Tariq Ramadan. Depuis, comme on dirait dans le coin, les deux hommes sont culs et chemises. Le premier soutient le second envers et contre tout. Le 31 octobre 2017 déjà, sur son blog dans le Temps, Sa discourtoise Suffisance voyait dans les accusations d'agressions sexuelles lancées contre son pote Tariq une campagne d’intoxication, visant l’islam à travers sa personne, ajoutant que les reproches énoncés sous forme d’une agression sauvage paraissaient peu plausibles à ceux qui le connaissent personnellement. L'enquête a évolué, l'islamologue a admis des relations sexuelles hors mariage, crime majeur en islam, passible de lapidation de l'aveu même de son frère mais Jacques Neirynck reste là, fidèle au poste pour défendre son copain. En fait, c'est l'orgueil qui motive l'aïeul. Si Tariq Ramadan a fauté, le personnage a donc coécrit un livre avec un pêcheur. Ce ne saurait être. Donc Tariq Ramadan est proclamé innocent quelles que puissent être les preuves. Et sa religion est forcément une bonne religion puisque Sa Science en a pris la défense. Venant d'un PDC, cette affirmation pourrait surprendre mais l'esprit de Jacques Neirynck ne saurait être accessible aux simples.

 

Ces jours-ci, toujours sur son blog, l'Orgueilleux nous fait part du bien qu'il pense de l'initiative visant à interdire la burqa. Le thème lui permet d'aborder ses deux dadas, dire du bien de l'islam et du mal de l'UDC. Compte tenu de ce très favorable alignement des planètes, l'homme se lâche. Il évoque la campagne de 2009 contre les minarets tellement stupide que ses opposants furent négligents. On retrouve le mépris constant que ce type éprouve à l'égard des masses laborieuses, définitivement trop connes pour voter juste puisque l'initiative a été acceptée.

Selon Jacques Neirynck, "les cultes chrétiens sont tolérés car ils n’exigent pas grand-chose : on peut manger ce que l’on veut y compris de la choucroute, boire de l’alcool, personne n’est contraint de se rendre en pèlerinage à St Jacques de Compostelle, les femmes s’habillent en minijupes, on ne jeûne que pour des raisons diététiques." Manifestement, la liberté qu'octroie le christianisme à ses fidèles déplait au narrateur. Sans doute préfère-t-il les obligations et interdits si nombreux en islam. Il ajoute que "l’esprit du populisme est de bousculer l’ordre existant pour lui opposer une non-politique, une évocation d’un monde inexistant, le fantasme d’islamistes mâle travestis le visage sous une burka, qui viendraient mitrailler des paroissiens sortant de la messe ou du culte."

 

Que peuvent bien peser les nombreuses victimes de l'islamisme, du Bataclan à l'Hyper Casher, qui se souvient du Père Jacques Hamel, égorgé par deux islamistes dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, qui se souvient de l'enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir proposé un débat sur l'islam à ses élèves ? Pas Jacques Neirynck en tout cas, tout cela n'est que fantasme. Les morts, les blessés, valetaille ! Ces gens seraient bien morts un jour de toute manière. L'homme fait tout-de-même parfois preuve de lucidité, envisageant une victoire des initiants le 7 mars prochain. Il ne peut s'y résoudre, hélas. Laisser la décision à une bande de crétins, c'est plus fort que lui, ça ne passe pas. Il propose donc fort logiquement de confier le soin de décider de notre avenir commun à un "Conseil Constitutionnel qui aurait pu interdire cette consultation, qui va à l’encontre de l’article 15 de la Constitution fédérale sur la liberté de conscience et de croyance."

 

Oui, pour Jacques et Tariq, l'amitié est bien la similitude des âmes.

 

Yvan Perrin, 22.1.2021

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.