Une crise permanente pour activer la transition économique; Voir plus loin que le bout de son nez…

Dominique Baettig
Médecin, Ancien Conseiller national

Une crise permanente pour activer la transition économique

Voir plus loin que le bout de son nez (ou de son rhinopharynx où l’on cherche la trace du mal)

 

La situation de crise avec ses mesures renouvelées en permanence de serrage de vis, de restrictions et de culpabilisation de tous ceux qui ne respecteraient pas assez les directives d’experts se prolonge sans perspective d’amélioration ou de répit durable. Ils nous ont d’ailleurs prévenu : il faudra apprendre à vivre avec le virus et rien ne sera jamais plus comme avant. Un virus désormais mythologique, en mutation permanente forcément, et nommé selon des critères de propagande  idéologiques. Le dernier né serait un « variant »  nominé anglais, très contagieux depuis le Brexit qui fait trembler la classe politique européenne. Il est dorénavant clair que les aspects médicaux (dans le sens des soins et la mise en quarantaine des malades) sont secondaires et que la crise Covid obéit à une autre logique de formatage des comportements. Il suffit de voir comment, grâce à ces mesures, qui ont favorisé le vote par correspondance de la clientèle des minorités sociétales sanctuarisées, le parti démocrate, l’oligarchie financière, les milliardaires du green business, les GAFAM tout-puissants qui censurent illégalement les opinions contraires, les medias dominants ont bousculé Trump. Par un usage de votes « inclusifs » qui pèsent plus que ceux des déplorables, des péquenots du Middle-West, des hommes hétérosexuels d’origine européenne. La démocratie américaine, lumière interventionniste et exemple pour le Monde a montré son vrai visage : mépris des près de 80 millions d’électeurs qui ont choisi Trump, chasse aux sorcières médiatique, incitation à la haine, acharnement d’expulsion, d’épuration politique et sociologique, simulacre de la séparations des pouvoirs .Le système totalitaire qui s’installe dans l’hystérie a montré son vrai visage ( Biden, l’endormi et zombie survivant de l’époque Obama est resté masqué chez lui pour débiter une campagne d’abord alarmiste sanitaire) et n’a pas le soutien et le respect d’un citoyen sur deux.

 

Crise, grande réinitialisation de l’économie et pénurie préorganisée

 

Pour comprendre ce qu’il y a derrière cette crise, issue de la globalisation de la gouvernance et des nouvelles technologies numériques de contrôle, d’intelligence artificielle, déclarée scientifique et basée sur des faits, il suffit de lire ce que les théoriciens de cette mutation de l’économie ont écrit.

Schwab, fondateur du WEF, donne des pistes dans son ouvrage sur la quatrième révolution industrielle. La société mondialisée a atteint ses limites de croissance et il faudra gérer la crise, la transition, en utilisant de nouveaux outils qui mettent directement en contact le consommateur avec le propriétaire ( ubérisation) d’un service ou d’objets à vendre. Fini les intermédiaires, médiateurs que sont les petits commerces, les restaurateurs, les conseillers bancaires ou assurances, les médecins de famille. Priorité à la baisse des coûts au contact direct numérique, à la surveillance en continu de vos données, au profilage de risques, de votre consommation. L’intelligence numérisée aura pour fonction de rationner l’accès aux soins, en définissant des besoins essentiels et d’autres qui peuvent attendre, dissuader les comportements à risque. Les politiques qui n’oseraient pas mettre des limites peuvent se cacher derrière une machine qui propose une gouvernance optimale, écologique, durable etc. Ce que l’individu est incapable de faire durablement, l’intelligence artificielle le fera : gestion de la pénurie, freinage de l’accès aux soins, régulation de l’accès aux produits, gestion de l’énergie dans votre maison, conseils et contrôle de votre hygiène de vie et alimentaire, profilage, analyse de vos contacts et de vos opinions. C’est ce nouveau monde masqué, totalitaire, déshumanisé qui s’avance avec la crise Covid. Surveillance totale, gouvernance immédiate agile et dépersonnalisée. Le rêve pour certains politiciens qui n’ont plus de décisions à prendre et se réfèrent aux algorithmes justes scientifiquement .Fin de la démocratie trop émotionnelle, trop arbitraire, dépassement des limites organiques et rêve de traiter les maladies, considérées comme génétiquement favorisées, par des modifications préventives de l’ADN (l’humain comme soja transgénique).

Les restrictions COVID sont pensées pour nous préparer à la pénurie : d’énergie, alimentaire, fin de l’autosuffisance par la mondialisation, fin de la croissance, restriction de l’accès aux soins, Janvier sans alcool, janvier Végane pour se préparer à la diminution de la consommation de viande qui à l’avenir sera considérée comme participation à un écocide. On vous incite à vous comporter différemment (ski, sport, vaccination) pour moins accéder aux soins aigus hospitaliers qui deviendront le seul chemin puisque les médecins de premier recours seront court-circuités. Bien sûr qu’il faut changer notre mode de vie, mais en favorisant la proximité, la responsabilité individuelle, une plus grande autosuffisance, le maintien d’une agriculture à dimension humaine. Mais ceux qui instrumentalisent les moyens numériques et le contrôle des opinions et des déplacements des citoyens vont dans une toute direction : la tyrannie par une utopie qui ne profitera qu’à quelques milliardaires soi-disant philanthropes.

 

 

Prévenir et surveiller valent mieux que guérir

 

Le traçage des données individuelles, la détection de facteurs indirects de risque, la surveillance des déplacements, le repérage des contacts servent non pas à soigner un malade, mais à empêcher une surcharge imaginée des hôpitaux, eux-mêmes réduits dans leur personnel, leur capacité de prise en charge par le modèle néolibéral. Si c’est l’économie qui dicte sa loi, elle voudra gérer autoritairement la consommation de soins, surveiller et punir les mauvais comportements de santé. Quel cauchemar.

Priorité aux soins médicaux, transparence du mode diagnostic et de la cause des décès, retour à la démocratie et fin de la tyrannie des politiques dont les déclarations sont dictées par les experts et l’intelligence artificielle.

 

Dominique Baettig, médecin,  ancien conseiller national, militant souverainiste

17.1.2021

6 commentaires

  1. Posté par Jean-Francois Morf le

    En fait, la crise est due à la précédente inflation des frais financiers mondiaux par la FED, mais les journalistes croient qu’elle est due au Corona virus (qui fait cependant monter les actions des entreprises médicales). Les entreprises des loisirs vont faire faillite, les « élites » on décidé « le grand reset ».
    Rothschild va vider tous nos comptes d’épargne pour se rembourser de ce qu’il a prêté aux pays faillis.

  2. Posté par Jean-Francois Morf le

    L’avenir comme en Chine: surveillance omniprésente par l’Etat fouineur punisseur de toute déviance.

  3. Posté par CiGîtLaSuisse le

    Remarquable synthèse du Dr Baettig ! Ahh, je rève d’une Suisse comptant au moins quatre Baettig au Conseil fédéral… En complément à cet excellent texte, des confrères du Dr Baettig (ils risquent leur carrière) partout dans le monde occidental se regroupent pour dénoncer l’arnaque du Covid-19, scénario planifié il y a plusieurs années par l’oligarchie mondialiste :
    https://cv19.fr/2020/10/25/preuves-que-la-pandemie-etait-planifiee/

  4. Posté par antoine le

     »la tyrannie par une utopie qui ne profitera qu’à quelques milliardaires soi-disant philanthropes »
    Liste non exhaustive : B. Gates (Microsoft), Jack Dorsey (Twitter), Mark Zuckerberg (Facebook) et Sundar Pichai (Google), etc …
    L’IA Intelligence Artificielle n’a pas émis d’avis concernant la SURPOPULATION mondiale et surtout l’explosion démographique du Nigeria ?
    C’est bizarre quand même … pourtant, un enfant de 5 ans se rend compte que plus on est autour du gâteau et plus les parts sont petites … !!
    Donc priorité N°1 limitation de la population mondiale !
    Si l’IA est incapable de discernement à ce niveau-là c’est la preuve que les gouvernements en place veulent nous imposer la mondialisation et surtout ne pas manquer de main-d’œuvre bon marché et corvéable à merci …
    Plus de classe moyenne; la classe ouvrière nombreuse et pauvre et les zélites au top de la  »pyramide » à 2 étages …

  5. Posté par Jonas Varone le

    Selon le site du BAG, les voyageurs en provenance du Brésil peuvent entrer en Suisse comme ils veulent et sans quarantaine. Tout est fait, semble-t-il, pour accélérer la propagation de ce nouveau variant en Suisse, afin de justifier les mesures de confinement. Sur le mode, « voyez, le nouveau variant se propage en Suisse, on avait donc raison de prendre ces mesures!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.