Entretien avec Nikola Mirkovic sur la situation au Kosovo

post_thumb_default

 

Vous avez publié une bande dessinée sur le Kosovo. Pourquoi?

J’aime beaucoup la BD mais je n’en avais encore jamais réalisé. J’avais déjà écrit un livre sur le Kosovo mais je cherchais un nouveau support pour parler de ce sujet qui me tient à cœur et je m’étais dit que la BD serait intéressante. C’est un moyen de toucher de nouvelles cibles de personnes qui ne connaissent pas l’histoire de la région. Afin de réaliser cette BD, j’ai quand même eu la chance de m’entourer de deux grands noms de la BD que sont Simona Mogavino et Giuseppe Quattrocchi. j’ai beaucoup appris avec eux, ce sont de grands professionnels.

 

La paix n’est-elle pas revenue dans la région?

Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus la guerre que la paix est revenue pour autant. Depuis les bombardements de l’Otan en 1999, plus de 250 000 Serbes ont dû fuir la région et 1 000 Serbes ont été assassinés. Même le rapport sur la situation des droits de l’homme au Kosovo émis par le Secrétariat d’Etat américain en 2019 mentionne un incident tous les deux jours contre les Serbes et l’église orthodoxe serbe au Kosovo.

 

Il semble que la lutte soit davantage entre Albanais et Serbes qu’entre musulmans et chrétiens. Les chrétiens sont-ils, malgré tout, persécutés au Kosovo?

La lutte de fond est en effet entre la fraction ultra-nationaliste des Albanais et les Serbes mais il est impossible de balayer la dimension religieuse du revers de la main. 150 églises chrétiennes ont été détruites depuis 1999 pendant que 800 mosquées ont été construites au Kosovo. Quand les bombardements de l’Otan se sont arrêtés, Washington a permis aux wahhabites de prendre en main l’éducation religieuse des musulmans. Des millions de pétrodollars ont été déversés dans les communautés musulmanes du Kosovo pour leur montrer le « bon islam ». Cela s’est traduit par une radicalisation des musulmans. Les deux régions européennes qui ont fourni le plus de djihadistes par habitant au Moyen-Orient sont le Kosovo et la Bosnie-Herzégovine. Deux « Etats » créés par les Etats-Unis dans les années 1990. Cette branche radicale de l’islam veut éliminer les chrétiens des Balkans. Même des Albanais commencent à s’en inquiéter. La persécution des chrétiens est latente dans la société kosovare où les Serbes sont des citoyens de seconde zone. Officiellement, ils ont le droit de pratiquer leur religion mais, dans la vie quotidienne, ils souffrent d’un ostracisme réel qui peut parfois devenir violent.

 

Que peut faire la France pour faire avancer une paix juste dans cette région et que peuvent faire les Français pour les chrétiens du Kosovo?

Il faut continuer de parler du drame que subissent les Serbes du Kosovo. 20 ans après les bombardements de l’Otan la situation sur place n’est toujours pas réglée et ne s’améliore pas. Il y a 20 ans, nous prêchions dans le vide, personne ne voulait nous croire mais, aujourd’hui, de plus en plus de personnes se rendent compte que la guerre du Kosovo a été le « plus grand bobard du XXe siècle » comme Serge Halimi et Pierre Rimbert l’ont rappelé dans le « Monde diplomatique ». Il faut poursuivre le combat pour faire connaître la vérité et chaque jour qui passe nous engrangeons de nouvelles victoires contre le camp du mensonge. C’est une bataille ardue mais, pour ceux qui croient aux miracles, tout est possible. On peut aussi aider les Serbes sur place en soutenant l’association Solidarité Kosovo qui leur vient en aide depuis 2004 et qui finance des projets de développement durable pour que les Serbes puissent continuer à vivre sur place en sécurité et grâce au travail de leurs mains. Vous pouvez en savoir plus en allant visiter notre site internet www.solidarite-kosovo.org

A commander ici.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.