L’information fiable et le policier, quand Arcinfo se paie un flic

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

L'information fiable et le policier, quand Arcinfo se paie un flic

Depuis le début de la crise que nous traversons, il est un secteur économique qui demande à bénéficier d'un soutien plus important que les autres, à savoir celui des médias. La publicité se fait rare, les recettes sont à la peine, il est donc difficile d'assurer la transmission d'une information vérifiée, fiable et surtout diversifiée, notamment du point de vue idéologique. Au premier rang des quémandeurs, on trouve la presse écrite qui prend son rôle très au sérieux, celui de Grand Guide du Peuple face aux fausses informations qui pullulent telles des rats sur le Net. Il est bon de croire à ce qu'on fait mais alors, il faut le faire bien.

Aujourd'hui, le quotidien neuchâtelois Arcinfo, dont les appels à l'aide nous fendent le cœur, nous signale que "l'affaire Patric Siron" a peut-être connu hier son point final. L'homme travaille au sein de la gendarmerie neuchâteloise et a été débouté par le Tribunal fédéral au sujet d'une peine infligée pour violation du secret de fonction. J'ai eu la chance de travailler avec lui et j'en garde un excellent souvenir. Patrick Siron a une haute idée de ce que devrait être la police et se préoccupe des conditions dans lesquelles ses collègues et lui doivent exercer. En fait de violation d'un éventuel secret, l'homme s'est contenté d'évoquer publiquement quelque fait divers, mettant en évidence entre autres les risques encourus par les forces de l'ordre. Merci à lui.

Arcinfo, disais-je, a relaté le jugement sous le titre suivant: "Patrick Siron débouté par le Tribunal fédéral" – "L'ex-sergent-chef de la police neuchâteloise avait été jugé coupable de violation du secret de fonction".

Il est évident que le lecteur lie immédiatement la condamnation et le fait que l'intéressé soit "ex-sergent-chef". Dans l'article, on évoque "l'ancien" sergent-chef de la police neuchâteloise. L'affaire aurait donc valu une dégradation voire un licenciement à son auteur, ce qui atteste de la gravité des faits. Allez, un bon flic en pâture, ça fait toujours recette. En ces temps de disette éditoriale pour cause d'actualité virale, ça change et ça remplit les colonnes.

Il y a juste un hic, c'est que Patrick Siron n'est pas "ex-sergent-chef" ni "ancien sergent-chef de la police neuchâteloise", il est sergent-chef et effectue les tâches qui correspondent à son grade, grade qu'il n'a pas perdu. Dans les faits, il a juste joué le rôle du messager dont les nouvelles ne sont pas bonnes mais fondées. Il a écopé d'une punition mais son message a été reçu. Merci à lui encore une fois.

En attendant, Arcinfo fait de cet homme un personnage forcément douteux puisque dégradé voire licencié au vu de ses agissements. L'auteur de l'article n'a pas cherché bien loin avant de jeter l'anathème sur un policier qui ne transige pas avec les valeurs qui sont les siennes. Et après cela, ce même journaliste viendra tendre la sébile pour pouvoir poursuivre sa mission, celle qui consiste à proposer une information fiable et vérifiée.

L'ironie de cette affaire, c'est que le sergent-chef Patrick Siron n'a pu rétablir la vérité qu'en passant par les réseaux sociaux, ces fameux réseaux sociaux qu'Arcinfo accuse de propager des fausses nouvelles. On comprend mieux pourquoi la presse aurait plaisir à détenir le monopole de l'information. Ses victimes n'auraient pas l'opportunité de révéler ses travers.

Yvan Perrin, 16.4.2020

 

3 commentaires

  1. Posté par Professeur Tournebroche le

    Il serai bon de ne pas oublier que la police et la justice sont gangrenées par la secte maçonnique qui puise dans ce vivier des informateurs et des informations très utiles et parfois nécessaire pour tirer quelques ficelles. Il ne faudrait tout de même pas qu’un franc-tireur vienne menacer ce monopole !
    C’est la seule condition requise pour un policier d’obtenir un grade d’officier.

  2. Posté par leone le

    Précisons qu’Arcinfo a publié une rectification dans son édition du lendemain précisant que Patrick Siron était toujours en fonction en tant que sergent-chef.

  3. Posté par antoine le

    La mainmise de l’État sur tous les moyens de communication doit nous faire réagir !
    – La RTSocialiste (Radio et TV) nous distille  »que » les nouvelles qui l’arrange et arrange les nouvelles pour que cela corresponde à sa bienpensance …
    – La presse est détenue que par 2 grands groupes (Tamédia et Ringier)
    – Il y aurait des propositions pour que l’État subventionne tous les journaux … c’est bon j’ai déjà lu la Pravda et c’est juste du PQ ou du papier noirci pour allumer le feu dans ma cheminée.
    Il nous faut la DIVERSITÉ ! d’opinion politique, économique, financière, etc …
    Il nous faut la LIBERTÉ ! de parler, de penser, d’échanger, d’entreprendre, etc …
    NON au communisme !
    Communisme = UTOPIE vérifiée !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.