Difficiles décisions médicales et économiques à prendre pour combattre la pandémie due au Coronavirus SARS-2

Difficiles décisions médicales et économiques à prendre pour combattre la pandémie due au Coronavirus SARS-2

 

 La médecine est une science mais reste un art

 Dr, méd. Dominique Schwander

 

A nouveau plus de 1’000 cas par jour en Suisse, c’est énorme pour 8,5 millions d’habitants.

 

Peut-on faire face à un si grand nombre quotidien de cas pour que cette pandémie se termine plus rapidement ? Combien de semaines notre secteur hospitalier peut-il assumer tant de cas quotidiens sans sombrer dans une catastrophe comme  l’Italie, l’Espagne, l’Iran, la France… ? Il n’en reste pas moins que plus on aplatit la courbe des cas quotidiens en ayant moins de cas à assumer chaque jour, moins il y aura risque de catastrophe mais plus la courbe risque bien de se prolonger et plus la pandémie persistera.

 

Un grande proportion des personnes infectées en Suisse nont pas été détectées. Pourquoi ?  Parce que nous ne faisons pas assez de tests comme l’a fait la Corée du Sud ou même l’Allemagne voisine où le nombre de tests réalisés chaque semaine était d’environ 160’000 puis maintenant de 200’000, soit même nettement plus qu’en Corée du Sud. Pourtant nous avons en Suisse l’entreprise la plus novatrice en équipements et en réactifs pour de tels tests. Lisez: Roche’s cobas SARS-CoV-2 Test to detect novel coronavirus receives FDA Emergency Use Authorization and is available in markets accepting the CE mark ( https://www.roche.com/media/releases/med-cor-2020-03-13.htm ). Un tel test n’est pas bon marché, j’en suis conscient. Comme toujours il faut balancer le coût, les risques et le bénéfice, des différents choix. En tant que  médecin j’estime qu’il est préférable de dépenser beaucoup pour tester des millions de Suisses et, par exemple, pas trop pour des masques. Un masque chirurgical courant de bonne qualité est suffisant pour nous tous et les patients et n’est pas dispendieux, donc sera changé plusieurs fois par jour comme il se doit. Seul le personnel en contact quotidien et direct avec les patients, tout particulièrement en soins intensifs où ces virus peuvent être aéroportés heure après heure doit porter un masque plus efficient et bien plus coûteux, des lunettes, etc.

 

Une étude toute récente démontre que le Coronavirus survit trois heures dans un aérosol dans l’air. Des médecins épidémiologistes disent que le virus ne serait aéroporté que dans l’aérosol du chercheur mais pas dans l’air que nous respirons. ( https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/surfaces-aerosols-le-coronavirus-survit-il-partout ). Les tristes expériences des anesthésiologistes lors de prise en charge d’opérés tuberculeux non diagnostiqués avant l’anesthésie me font suspecter fortement que ce virus peut être aéroporté en soins intensifs et sur la chaise d’un dentiste, tout comme, à mon humble avis, un bacille de Koch que ces épidémiologistes disent ne pas être aéroporté (?).

 

Tout comme pour la grippe, ces personnes infectées ci-dessus ne présentaient pas de symptômes cliniques de contamination mais, invisibles, elles propagèrent et propagent rapidement le Coronavirus SARS-2 et contaminent de nombreux autres. Pour chaque personne détectée par la clinique et confirmée  par le test RT-PCR, combien d’autres personnes seraient-elles des porteuses saines du Coronavirus SARS-2  et ayant acquis une immunité : 6 ? 8 ? 10 ? 12 ? N’étant ni spécialiste en épidémiologie ni spécialiste en maladies infectieuses, mais ayant été spécialiste en anesthésiologie et spécialiste en médecine intensive, optimiste je pencherais pour 8 à 10.

 

C’est aussi pour cette raison que, tant pour enrayer cette pandémie que pour éviter une catastrophe hospitalière, il est incontestable  qu’il faut  garder ses distances sociales (chaque contaminé infecte +/- 3 autres personnes si ce n’est plus),  obliger à un  confinement plus ou moins généralisé c’est-à-dire selon les objectifs médicaux devant et pouvant être atteints, garder les frontières bien fermées,  toutes ces mesures pour obliger la pandémie à causer un nombre acceptable de cas cliniques quotidiens. La preuve en a été faite lors de la grippe espagnole de 1918 où les mesures épidémiologiques ont été bien différentes selon les régions et les villes. Plus on aurait agi tôt en Italie et en Suisse, plus les résultats auraient été optimaux, voir spectaculaires comme  à Taiwan qui avec ses 23 millions d’habitants, au 28 janvier, avait seulement 283 cas et 2 morts, alors que notre patrie meurtrie en avait  13’377 et 242 pour 8,5 millions d’habitants. ( https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6 ).

 

N’oublions jamais que la présence de ce nouveau coronavirus SARS-CoV-2 a été confirmés en Italie du Nord dès  janvier et que nos élus et nos autorités soumises à l’UE ont hésité coupablement bien longtemps pour faire appliquer les mesures recommandées et pratiquées par d’autres, dès décembre pour combattre ce dernier virus chinois.

 

Un nouvelle réconfortante est celle de que, si de très nombreuses personnes asymptotiques ont été infectées et sont maintenant immunisées, cela signifie que le taux de mortalité de ce dernier virus chinois est inférieur à ce que lon suppose jusqu’à présent et que le gel de cette pandémie devrait survenir plus vite.

 

Que faut-il, chez nous en Suisse, pour qu’une pandémie comme  COVID-19  prenne fin ? Il faudrait que deux tiers de la population ait une immunité, suite à une infection clinique ou asymptomatique (ou à un vaccin qui existera peut-être l’an prochain si l’une ou l’autre des 35 entreprises et institutions universitaires en concurrence pour créer un vaccin a du succès au plus vite). Voilà pourquoi Singapour, depuis plus d’un mois, recherche et dose les anticorps anti SARS-2  chez ses habitants pour retracer les infections cliniques connues et asymptomatiques, confirmer la mortalité, surveiller la population à risque, quantifier mieux le pourcentage de la population ayant acquis une immunité en ayant présenté un état clinique ou pas, prouver ou non qu’un patient guéri puisse être contaminé et malade à nouveau, et pour être mieux à même de lever des mesures médicale et de prendre les bonnes décisions économiques. Le 25 mars, un responsable du gouvernement britannique a déclaré que, pour imiter Taiwan (?), le pays avait commandé 3,5 millions de tests pour les anticorps anti Coronavirus SARS-2 et prévoyait d'en commander des millions d'autres. Ce test analysera le sang pour les anticorps ce qui démontre que la personne a déjà été infectée par le coronavirus qui cause la COVID-19, a une immunité et peut à nouveau travailler.

 

Combien de million de tels tests d’anticorps notre Conseil fédéral a-t-il commandés à Roche et à d’autres entreprises suisses ?

 

Comme tant d’autres Suisses patriotes et disciplinés, j’espère que cette pandémie sera raisonnablement contenue au plus vite et surtout sans devenir une catastrophe sanitaire et économique pour notre patrie. Personnellement, je ne pense pas que cette pandémie  sera vaincue rapidement. Même si les mesures prises sont efficaces,  les humains n'ont jamais été confrontés, par le passé, à ce méchant virus chinois  et n'ont aucune défense interne contre lui.

 

Dr Marcel Schwander, 28 mars 2020

8 commentaires

  1. Posté par Dominique le

    @Blaise. Vous avez raison dans un sens, mais si on laisse la courbe des cas quotidiens grimper comme ce fut le cas en Italie, on a trop de cas à hospitaliser et ce n’est plus un désastre mais une catastrophe. Il faut donc aplatir la courbe, faire traîner et ne pas forcer l’immunisation en propageant trop rapidement la maladie! Nous n’allons pas arrêter les coronaviroses, que juguler celle-la, je l’espère.
    Pour l’économie vous avez raison. Il ne faut pas donner trop d’importance à la médecine et en donner plus au volet de l’économie de notre pays. Ce que j’ai répété maintes fois depuis les années 80. Pour cela le Conseil fédéral aurait du faire des stocks de masques et en commander des centaines de millions en janvier. C’est aussi pour l’économie que j’estime qu’il fallait généraliser le test et maintenant doser les anticorps.

  2. Posté par miranda le

    TOUS CES SCENARIOS D’HESITATION, D’ALLER ET RECUL DANS LES DECISIONS
    ON PEUT VOIR CE QUE A PROVOQUE ICI EN EUROPE, MAIS AUSSI DANS D’AUTRES PAYS :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZkWqO9D4rr0

  3. Posté par antoine le

    France :
     »Non seulement le politique ne montre pas l’exemple mais il insulte allégrement, sans toujours le vouloir, ceux qui redoublent d’efforts, comme les enseignants et le personnel soignant. »
    https://www.contrepoints.org/2020/04/05/368258-covid-19-operation-verite-des-chiffres?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=39de6607a6-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-39de6607a6-114161413&mc_cid=39de6607a6&mc_eid=6af547fb68
    Clivage très marqué entre les zélites et le Peuple :
     »À l’Élysée, la décontamination qui était inutile pour le peuple y est rigoureusement pratiquée. Les ministres et les politiques se font tester quand ils le veulent… »
    Français réveillez-vous !!

  4. Posté par miranda le

    SE PROTEGER PAR UN MASQUE DIMINUERA DEJA LA PROPAGATION

    AMIS SUISSES, vous avez des milliers et peut être un million de femmes équipées de machines à coudre.

    IL EXISTES DES MASQUES SIMPLES et efficaces à faire. (voir à masque facial anti-conoravirus, sur INTERNET)

    TAPER A TOUTES LES PORTES ET DEMANDER : y – a- t- il chez vous une personne qui sait coudre. Mais garder une distance de UN METRE OU DEUX pour parler à ces personnes

    UNISSEZ VOUS POUR ACHETER UN TISSU ASSEZ DENSE et distribuer les morceaux et elastiques nécessaires pour la création de ces masques. Une personne peut faire 30 à 50 masques par jour.

    APRES LA CONFECTION DES MASQUES : LES LAVER avec une lessive additionnée d’eau de javel, les faire sécher dans des séchoirs.

    ALLER LES DISTRIBUER EN FAISANT DU PORTE A PORTE. (ne pas les vendre au delà de 1 euro ou les donner aux personnes en difficultés financières.

    CONSEILLER AUX PERSONNES QUI VONT LES UTILISER DE LES PASSER AU FER A REPASSER pour tuer virus et bactéries, avant de les utiliser.

    https://www.youtube.com/watch?v=QIVZn71pNAE ( en début de vidéo on parle d’une couturière qui a su réagir et produire des masques)

  5. Posté par antoine le

    Merci M. Schwander pour ces informations !
     » … nos autorités soumises à l’UE ont hésité coupablement bien longtemps pour faire appliquer les mesures recommandées et pratiquées par d’autres, dès décembre 2019 »
    Notre gouvernement a failli à sa tache !
    Aucune anticipation, pas de stock, RIEN !
    Gouverner c’est prévoir, ils n’ont RIEN prévu !

  6. Posté par G. Vuilliomenet le

    J’espérais voir le commentaire de Blaise qui est affiché das la colonne des « Commentaires récents » (il est 10:07 à l’instant où j’écris), j’ouvre e lien, malheureusement, je constate qu’il n’y a aucun commentaire. Peut-on m’expliquer? Ce n’est pas la 1ère fois. Espère-t-on que certains commentaires soient noyés dans la masse et difficilement retrouvés? Quand je vois cette façon de faire, je me pose des questions.

  7. Posté par Blaise le

    @ M Schwander : vous n’êtes pas logique : vous nous dite que pour arrêter la maladie il faudrait que deux tiers de la population soit immunisée suite à une infection clinique ou asymptomatique. Alors laissez nous vivre et travailler, et attrapper ce fameux virus jusqu’à ce que nous soyons immunisés. Je connais plusieurs personnes qui l’ont eu, y compris un vieux monsieur de plus de 80 ans (« testé positif »), et tout le monde va bien aujourd’hui. Ils ont eu un bonne grippe, et voilà. Tuer l’économie de notre pays de peur d’attraper une bonne grippe, c’est aberrant. Que ceux qui ont peur restent chez eux, et n’assassinent pas les autres avec la crise économique pire que celle de 1929 qu’ils nous préparent, les faillites en cascades, les dépressions, etc…etc…

  8. Posté par Dominique le

    Chiffres mis à jour au 4 avril: Taiwan, avec ses 23 millions d’habitants, a seulement 355 cas et 5 morts, alors que notre patrie meurtrie en a 20’278 et 641 morts pour 8,5 millions d’habitants.
    Combien de centaines de millions de masques de différentes sortes notre Conseil fédéral a-t-il enfin fait acheter?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.