L’association de journalistes demande au Conseil fédéral de soutenir les journalistes pendant la crise du coronavirus

Le syndicat a demandé ce vendredi au Conseil fédéral d'édicter une nouvelle ordonnance pour soutenir les journalistes pendant la crise du coronavirus.

«Le public et les autorités dépendent plus que jamais du travail journalistique. Nous exigeons donc que l'argent n'aille pas dans les indemnités de chômage partiel, mais dans le financement des informations journalistiques. Cela ne coûte pas un sou de plus», affirme le directeur Urs Thalmann, cité dans un communiqué.

[...]

24heures.ch


Rappel :

Pendant ce temps, les travaux sur les chantiers ont repris dans les cantons de Vaud et de Genève, mettant en danger ces travailleurs.

 

8 commentaires

  1. Posté par antoine le

    Vu le manque actuel de PQ, le papier utilisé par ces journaleux trouvera une nouvelle utilité …

  2. Posté par Dominique le

    Non et non on ne doit pas faire de la ségrégation et créer différences de classe des citoyens comme en Islam. Il n’y a pas plus de raisons à subventionner les prostituées que de piètres journalistes lâches, ignares, copieurs-colleurs, sans éthique professionnelle, sans conscience, ces « prostituées intellectuelles » comme les appelait le 25 septembre 1880 John Swinton alors chef du New York Times, avant que ce journal soit devenu d’extrême gauche, manipule et désinforme ses lecteurs et soit copié quotidiennement pas les journalistes européens. Il n’y a aucune raison à subventionner des énemédias en mal de lecteurs. Enemédia est le terme désobligeant (contractant media et enema ou lavement) pour désigner ces principaux médias soit main stream media ou MSM dont la propagande politique partiale, majoritairement de gauche est voilée, amalgame, obscurcit et s’oppose à toute position politique centriste ou conservatrice et diabolise ad hitlerum les élus de droite. A lire certains de nos journaux cela me semble tout à fait normal qu’ils fassent faillite et disparaissent pour laisser place à d’autres médias et à d’autres entreprises rentables.

  3. Posté par aldo le

    Quelle conclusion tirer sinon que LES « JOURNALISTES » CO-COMPLICES DES POLITIQUES SAVENT QU’ILS SONT EMPÊTRÉS DANS LEURS CO-RESPONSABILITES DE L’EXTENSION CRIMINELLE DU CORONAVIRUS ET SES MILLIERS DE MORTS INUTILES.

    Toute ces RÉTICENCES CRIMINELLES PUREMENT IDÉOLOGIQUES VISANT A SATANISER L’UDC EN REFUSANT A TEMPS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES.

    Le sans-gêne de ce imposteurs n’a pas de limites morales sinon que quand c’était Blocher qui perdait de l’argent avec la Basler Zeitung, ils ne se sont pas dérangés pour demander aux imposteurs politiques de soutenir ce journal. Et maintenant qu’ils ont grugé Blocher avec des promesses mensongères de reprise des gratuits Lausanne-Cité et GHI ILS DÉMONTRENT BIEN QU’ILS NE SONT AUSSI QUE CANAILLES POLITISÉES A OUTRANCE AU POINT DE PROFITER DE LA SITUATION POUR VOULOIR ENCORE S’ENRICHIR COMME ILS N’ONT JAMAIS CESSE DEPUIS AU MOINS UN SIÈCLE D’IMPOSTURES TOTALITAIRES BOLCHEVIQUES.

  4. Posté par bobo le

    Ben y manque pas de culot les journaleux, ils appartiennent tous à tamedia et leurs proprios milliardaires. Surtout pour des infos de copié collé ,20 minutes, tribune de Genève ,le matin,24 heures,ghi etc… tous à la même famille, c’est pas beau la pluralité en suisse ah ah ah .

  5. Posté par Nicolas le

    Les ayatollahs de la désinformation craignent d’être définitivement mis sur la touche s’ils sont contraints de quitter même partiellement le terrain. Et ils ont bien raison. Grâce à l’internet, la population commence à se rendre compte de leur inutilité et bientôt elle prendra toute la mesure de leur nocivité. Décidément, ce virus a du bon!

  6. Posté par JeanDa le

    Pourquoi eux plutôt que d’autres ?
    Ils peuvent travailler depuis chez eux, les abonnements ne sont pas interrompus, tout au plus les ventes dans les caissettes des gares connaissent probablement une baisse.
    S’il y a baise des ventes (caissettes mises à part) c’est parce que ces journaux commencent à dégoûter les lecteurs en prêchant continuellement la bonne parole, la bien-pensance, l’accueil illimité des envahisseurs et en voulant sans cesse nous éduquer en direction des illusions de la gauche.
    Quand je vois par exemple 24Heures (auquel je suis encore abonné, mais plus pour longtemps) qui ne fournit actuellement seulement 20 pages (5 feuillets) dont au moins les deux tiers tournent en boucle autour du virus, et le reste à faire de la propagande cachée pour la gauche, je n’ai aucune envie de les aider !

  7. Posté par Marcassin le

    Le peuple se fait déjà rançonner par la RTSocialiste, ça suffit !
    Nous savons où trouver les informations. Nous n’avons pas besoin d’endoctrinement.

  8. Posté par antoine le

     »Nous exigeons donc que l’argent n’aille pas dans les indemnités de chômage partiel, mais dans le financement des informations journalistiques »
    Il se prend pour qui Monsieur le directeur Urs Thalmann ?
    D’abord il n’a rien à exiger !
    On discute et on négocie.
    Nous les Citoyens on ne veut PAS de PRAVDA !
    L’aide au chômage ou RIEN !
    J’exige moi aussi !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.