Famar, le seul fabricant de chloroquine en France pourrait fermer ses portes

post_thumb_default

 

A l'heure où la chloroquine suscite des espoirs dans le monde entier, la seule société française habilitée à produire le médicament se trouve en situation de redressement judiciaire.

L’usine Famar de Saint-Genis-Laval (Rhône) est le seul site à pouvoir produire la chloroquine commercialisée sur le marché français sous le nom de Nivaquine par Sanofi, un médicament utilisé habituellement contre le paludisme.

Le site de Saint-Genis-Laval n'a pas trouvé repreneur

Aujourd'hui, les syndicats tentent de sauver les 250 salariés de l'entreprise menacée de fermeture. Sur les 12 sites du groupe pharmaceutique vendu par le fonds d'investissement américain KKR, seul le site de Saint-Genis-Laval n'a pas trouvé repreneur. Les employés en appellent alors à l'Etat pour maintenir l'activité du site en cette période de crise.

Il me semble qu'il serait normal que l'Etat puisse reprendre la main de manière à maintenir la production

«Il me semble qu'il serait normal que l'Etat puisse reprendre la main de manière à maintenir la production et alimenter le marché pour pouvoir endiguer le risque sanitaire que nous connaissons si, effectivement, la nivaquine peut être utilisée dans les traitements contre le Covid-19», indique Yannig Donius délégué CGT FAMAR Lyon.

Pour l'instant, le ministère de l'Economie n'a pas retenu la possibilité de reprise du site de Saint-Genis-Laval.

Le gouvernement autorise l'hydroxychloroquine pour soigner les malades atteints par le Covid-19

La chloroquine ne doit également pas être confondue avec sa dérivée, l’hydroxychloroquine, qui a été mise en avant par le professeur Didier Raoult qui dirige l'Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille.

Celle-ci est vendue sous le nom de Plaquenil et prescrite dans le traitement du lupus. Elle fera partie d'un essai clinique de l'Inserm pour tester des médicaments existants contre le Covid-19.

Preuve des espoirs qu'elle suscite, le gouvernement a autorisé par décret, la prescription de l'hydroxychloroquine aux patients atteints par le Covid-19.

Une victoire pour le professeur Didier Raoult qui a remercié le ministre de la Santé.

Dans le cadre de l'urgence sanitaire, l'hydroxychloroquine peut être prescrite en traitement du COVID-19. Merci à @olivierveran pour son écoute.https://t.co/NX2H6iwI07

— Didier Raoult (@raoult_didier) March 26, 2020

Mais plusieurs spécialistes affirment qu'il est encore trop tôt pour se prononcer sur son efficacité réelle jugeant que l'essai mené par Didier Raoult sur seulement 24 patients, n'aurait pas été assez rigoureux.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Max93 le

    Troublant !

  2. Posté par antoine le

     »Pour l’instant, le ministère de l’Économie n’a pas retenu la possibilité de reprise du site de Saint-Genis-Laval. »
     »Il me semble qu’il serait normal que l’État puisse reprendre la main de manière à maintenir la production de chloroquine »
    Il manque un pilote dans l’avion !
    On a besoin URGEMMENT de médicament : OUI !
    On a une usine qui serait prête à en produire en qualité et quantité : OUI !
    On a un gouvernement qui traine à prendre LA décision de relancer la production : OUI
    Que fait-on : RIEN on attend …
    Quelle efficacité et quelle irresponsabilité !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.