Le nouveau délire de la gauche: la rente de licenciement

UDC - communiqué de presse: Refus clair et net du projet hypocrite de rente de licenciement

Réuni aujourd’hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s’est clairement prononcé contre l’introduction d’une « rente de licenciement ». Le Conseil fédéral prétend par ce projet protéger les emplois menacés par l’immigration de masse en provenance de l’UE. Or, les salariés suisses âgés veulent du travail et non pas une rente. C’est précisément ce que vise l’initiative pour une immigration modérée (initiative de limitation) qui sera soumise au souverain le 17 mai prochain. Il est scandaleux que le Conseil fédéral veuille mettre en place cette nouvelle assurance sociale coûtant des centaines de millions et inefficace juste pour tenter de couler cette initiative populaire.

Le groupe UDC des Chambres fédérales s’est réuni aujourd’hui à Muotathal (SZ) pour préparer la session parlementaire de printemps. Il a décidé à l’unanimité de refuser l’entrée en matière sur la rente de licenciement proposée par le Conseil fédéral pour les chômeurs suisses âgés. Le gouvernement veut faire passer ce projet en procédure accélérée durant la session de printemps alors qu’il s’agit de créer une nouvelle assurance sociale lourde de conséquences et coûtant des centaines de millions, voire des milliards de francs.

Ce procédé est hypocrite et irresponsable, pire, c’est même un authentique scandale politique. Si le Conseil fédéral veut étendre l’Etat social suisse, c’est uniquement pour inciter les Suissesses et les Suisses à voter non le 17 mai prochain à l’initiative de limitation. Moyennant cette rente de licenciement financée par les contribuables, le Conseil fédéral prétend atténuer les graves conséquences négatives que la libre circulation des personnes a pour les travailleurs suisses âgés. Ceux-ci sont en effet de plus en plus évincés du marché du travail par une main-d’œuvre bon marché importée de l’UE. Or, l’UDC est certaine que les Suisses veulent du travail et non pas une rente. Cette dite prestation transitoire encouragerait les employeurs suisses à licencier encore plus et encore plus légèrement des travailleurs âgés.

Le groupe UDC approuve en outre l’initiative parlementaire Rickli qui exige la suppression du soutien financier transitoire que la Confédération verse à des parlementaires qui ont quitté les chambres fédérales. Concrètement, l’UDC veut que les parlementaires, qui ont quitté le législatif de leur propre volonté, soient privés de cette prestation qui est versée en plus d’éventuelles allocations de l’assurance-chômage.

Le groupe UDC s’oppose en outre au contreprojet à l’initiative populaire « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage ». Son motif de refus est double: d’une part, ce contreprojet est sans effet, d’autre part, il prévoit le financement de projets encourageant l’égalité des droits des hommes et des femmes à l’étranger.

Examinant la modification de la loi fédérale qui donne à la police davantage de moyens de lutte contre des personnes représentant une menace terroriste, le groupe UDC s’est prononcé pour la version la plus sévère. Selon cette dernière, des mesures policières préventives comme l’assignation à domicile pourront être prolongées en présence d’une menace terroriste. Enfin, le groupe UDC soutient une initiative du canton de St-Gall qui demande que le délai de prescription pour les peines privatives de liberté à vie, qui est actuellement de 30 ans, soit supprimé et que ces peines deviennent imprescriptibles.

source:

 

 

6 commentaires

  1. Posté par antoine le

    @Jean Durand
     »Le mérite de cette discussion est que le Conseil Fédéral admet que la libre circulation met le marché de travail suisse sous pression. Mieux vaut tard que jamais. »
    Le Conseil Fédéral est en retard d’une guerre !
    Les 7  »sages » sont juste bons pour le blabla sous l’arbre à palabre !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_%C3%A0_palabres

  2. Posté par Jean Durand le

    Et si le non passe le 17 mai, est-ce qu’il y a des gens qui croient vraiment que cette rente verra effectivement le jour?
    Le mérite de cette discussion est que le Conseil Fédéral admet que la libre circulation met le marché de travail suisse sous pression. Mieux vaut tard que jamais.

  3. Posté par antoine le

     »Ce procédé est hypocrite et irresponsable, pire, c’est même un authentique scandale politique. Si le Conseil fédéral veut étendre l’État social suisse, c’est uniquement pour inciter les Suissesses et les Suisses à voter non le 17 mai prochain à l’initiative de limitation »
    Le Conseil Fédéral ne reluit pas dans ces propositions, ses vues sont troubles et il lui manque la lumière à certains étages …
    L’Homme vieillit tous les jours et à un moment donné, le coût des assurances est trop élevé pour le patron qui préfère engager un jeune. Ce n’est qu’une question de fric !
    Dans la prévoyance professionnelle (2e pilier), la charge financière augmente avec l’âge du salarié. Si cela cause des dysfonctions, il faut en modifier le contenu pour que tous, jeunes et personnes âgées, paient les mêmes cotisations ! C’est plus égalitaire et il ne faut surtout pas cette assurance pour financer cette rente de licenciement.
    Et cette assurance serait financée par qui ?
    Employé et patron ?
    Encore des centaines de millions ou des milliards immobilisés pour RIEN !
    Je voterai OUI à l’initiative pour une limitation de l’immigration.

  4. Posté par Maurice le

    Merci l’UDC ! Continuez de veiller et d’être vigilants aux propositions absurdes, et nous, continuons de voter pour vous !

  5. Posté par Nausée le

    C’est cela, oui… Nous allons devoir financer la mise au chômage des plus de 50 ans afin de les remplacer par des jeunes immigrés sous-payés. Salopards de traitres PS-PDC-PLR du C.F. !

  6. Posté par aldo le

    Ce qui est remarquable c’est de considérer que le Suisse n’est pas âgé de la même manière qu’en France. POURQUOI CES CRYPTO-COMMUNISTES DE MACRON LREM, POURSUIVENT-ILS CETTE GUERRILLA DE REFORMES DES RETRAITES ALORS QU’EN TANT QUE TELS ILS IMPOSERONT BOLCHEVIQUEMENT LE 49.3 DICTATORIAL ? SINON POUR FAIRE CROIRE A LA FACADE D’UNE DEMOCRATIE DEVENUE BANANIERE ET QUI SE VEUT A LA TETE DE L’EUROPE, CE QUI EN DIT LONG SUR L’EUROPE TOUT AUTANT BOLCHEVIQUE comme se plaisait à le démontrer avec de nombreux exemples, Nigel Farage !

    La planification mondialiste passe par LA DESTRUCTION DES ETATS-NATIONS RICHES AVEC CES FOLIES. Déjà une vraie réforme de retraite imposerait en France une suppression immédiate des 35 heures. C’est que le bourrage de crânes des mafieux syndicalistes qui a formaté cette population à croire qu’on était vieux entre 50 et 55 ans. MAIS LE PLUS GRAVE C’EST LE MEPRIS DES HUMAINS tous mis sur le même plan, dans le même panier. CONSIDERES AUSSI IDIOTS LES UNS QUE LES AUTRES, QU’INTERCHANGEABLES.

    C’est avec ce raisonnement qu’on comprend de mieux en mieux POURQUOI CARLOS GHOSN A ETE L’OBJET D’UN VASTE COMPLOT FRANCO-JAPONAIS. La perte de 20 millions par jour de valeur boursière il fallait un solide connerie idéologique pour y arriver. Il était idéologiquement insupportable aux yeux des crypto-communistes. Sauver des entreprise en faillite, c’est la honte. Les faire couler pour les dépecer à la manière des oligarques soviétiques, méthode Bernard Tapie, là c’est respectable idéologiquement même si tous les coup bas sont permis, jusqu’à façonner le droit pour satisfaire des ambitions personnelles.

    DANS CES AFFAIRES ON OUBLIE GRANDEMENT LA VALEUR INDIVIDUELLE.QUI N’A PAS D’AGE. Elle ne fait que confirmer la PUISSANCE DE L’INDIVIDU DÉVELOPPÉ ET L’INÉGALITÉ DE FAIT face à l’abrutissement du groupe. La liberté d’entreprise face au bolchévo-nazis. LA VALEUR DES HIERARCHIES DU MÉRITE ET SURTOUT DE L’EXPERIENCE, FACE AUX COMBINAISONS MAFIEUSES ET AUX DIPLÔMES BIDON, qui portent des imbéciles à croire que la malade mentale autiste asperger, la petite peste antifa Greta Thunberg pourrait chambouler l’ordre économique mondiale avec sa statures d’idiote utile extrême et de véritable marionnette des manipulateurs d’inspirations cypto-communistes qui planifient ses mises en scène. Et si l’ONU et le WEF trempent là-dedans ont peut craindre que tout est noyauté pour satisfaire le totalitarisme illimité du gouvernement mondial..

    De ce point de vue L’UDC A RAISON de ne pas autoriser le démantèlement des entreprises suisses, par la perte de valeur énorme que constitue le respect des hiérarchies basées sur le mérite et l’âge, même si on perçoit toutes sortes de manœuvres pour placer à la tête de nos entreprises suisses des destructeurs internationalistes pourvus de diplômes de complaisance, imputables aux noyautages planétaires, notamment avec les multifacettes censurées des escroqueries politiques multiples recouvrant la multiplicité d’interprétation du rôle du plan soviétique qui pointe son nez derrière Erasmus .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.