Quand Jacques Pilet se prend pour James Bond

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

Quand Jacques Pilet se prend pour James Bond

Jacques Pilet sera ce soir sur le plateau d'Infrarouge pour débattre des conséquences de l'affaire Crypto. On lui découvre ainsi un nouveau talent, expert en espionnage. En guise d'amuse-bouche, l'homme nous propose sa lecture des faits sur le site "bon pour la tête". Jacques Pilet fustige cette "machine à banaliser les scandales" qui serait en marche visant à ce que l'on ne se pose pas de questions sur le fonctionnement de l'Etat. Bigre ! La conspiration du silence, l'omertà planeraient sur cette affaire qui pour l'instant semble plutôt avoir été médiatisée. Même Jacques Pilet a daigné s'y intéresser. Notre expert poursuit en fustigeant le fait que le monde politique juge pour l'instant utile d'attendre le rapport de l'enquêteur ad hoc prévu pour fin juin. Il regrette ainsi qu'une commission d'enquête parlementaire ne soit pas mise sur pied de suite. Peut-être devrait-il en toucher un mot à ses amis du PLR et du PDC dont l'empressement a considérablement baissé dès lors que les dirigeants ont appris que leurs formations risquaient d'être éclaboussées.

L'accusateur poursuit de la manière suivante :

"Autre enfumage: déclarer que de toute façon les espions ne cessent d’échanger et de voler des données entre eux. Nous n’avons fait ni mieux ni pire que les autres. Faux: une telle opération systématique, centralisée et prolongée d’espionnage à l’échelle planétaire est unique dans l’histoire."

Il est vrai que les services secrets de la planète ont l'obligeance de tenir l'omniscient Jacques Pilet au courant de leurs activités. Comment notre homme peut-il affirmer que la Chine n'a jamais lancé d'opération systématique, centralisée et prolongée d'espionnage à l'échelle planétaire ? A-t-il déjà entendu parler de la marque Huawei qui livre ses produits avec logiciel espion d'usine ? Est-il sûr que la Russie, Israël, l'Iran ou les Frères musulmans ne disposent pas de réseaux à l'échelle de la planète ? En fait, il se plante lamentablement lorsqu'il prétend qu'il est faux de dire que tout le monde espionne tout le monde. Chaque état conscient de ses intérêts et prêt à les défendre ne peut qu'être doté de structures agissant à l'échelle du globe compte tenu de la mondialisation.

Par définition, on ne connait des services secrets que leurs échecs puisque les réussites sont précisément secrètes. La clandestinité constitue leur terrain d'activités, le milieu dans lequel ils sont amenés à œuvrer. Fort heureusement, Jacques Pilet est là pour nous éclairer. Il évoque ces esprits indépendants qui estiment que depuis la chute du Mur, plus rien ne justifie l'àplatventrisme systématique devant les Etats-Unis. Venant d'un personnage qui a fait de l'aplatventrisme systématique devant l'Union européenne sa religion, l'expression est savoureuse. Au fait, les pays de l'Union disposent-ils de services secrets ? Bien évidemment mais dans l'esprit de Jacques Pilet, ils sont européens donc bienveillants.

Le spécialiste trouve néanmoins un aspect positif à cette affaire:

"Cela dit, ces révélations autour de l’affaire Crypto ont bien des effets bénéfiques: elles donnent un sérieux coup à la mythologie souverainiste que la Suisse, notamment sous l’impulsion de l’UDC, développe plus que jamais depuis quelques décennies. Le déni de réalité devient trop grossier."

Ben oui, c'est évident, l'affaire Crypto AG démontre que nous devons adhérer toutes affaires cessantes à l'Union européenne afin de mettre un terme à la mythologie souverainiste suisse propagée par l'UDC. Comme le dit en connaisseur Jacques Pilet, le déni de réalité devient trop grossier. C'est donc sans la moindre surprise que le seul parti évoqué dans cette diatribe est l'UDC. Jacques Pilet ne saurait s'en prendre aux formations ouvertement favorables à l'adhésion à l'Union européenne. En fait, notre homme oublie lorsqu'il proclame que la Suisse vit dans l'interdépendance aussi bien en matière de sécurité que d'économie, que l'indépendance consiste à choisir avec qui nous souhaitons être interdépendants. Ce qui permet de ne pas avoir l'Union européenne comme unique option. N'en déplaise à Jacques Pilet.

 

Yvan Perrin, 19.2.2020

5 commentaires

  1. Posté par Gilles Bourquin le

    Le pire dans ce débat, c’est que la RTS ait invité J. Pilet. C’est comme si la SSR avait des dettes envers cet ancien journaliste. Que Levrat ou Lüscher se battent, c’est normal. De plus, tant l’experte en cybersécurité que M. Zala ont fourni des éléments enrichissants. Mais les commentaires de M. Pilet ont rabaissé la débat à un niveau amateur; ce personnage ne sait pas de quoi il parle; j’espère pour lui qu’il ne s’en rend pas compte. Dommage pour cette émission.

  2. Posté par Sertorius le

    ‘Au fait, les pays de l’Union disposent-ils de services secrets ? Bien évidemment mais dans l’esprit de Jacques Pilet, ils sont européens donc bienveillants.’

    Oui, les français étaient très bienveillants avec le Rainbow Warrior à Aukland par example.

    ‘Comme le dit en connaisseur Jacques Pilet, le déni de réalité devient trop grossier.’

    Une réalité grossiere comme celle de Schengen et l’immigration?

    ‘En fait, notre homme oublie lorsqu’il proclame que la Suisse vit dans l’interdépendance aussi bien en matière de sécurité que d’économie, que l’indépendance consiste à choisir avec qui nous souhaitons être interdépendants.’

    Il oublie aussi de se demander la question la plus importante. A quel point est-ce que l’interdépendence devient une grossiere réalité qui n’est qu’une grave dépendence étatique ou il n’y a plus de liberté?

  3. Posté par aldo le

    Après avoir perdu son crachoir d’origine, l’Hebdo, voilà ce tartuffe qui propage sa science amputée de son manque de conscience des réalité. ET C’EST LA PRAVDA-TSR QUI LUI SERT LA SOUPE ÉTALANT SES BALIVERNES QUI ONT CONDUIT AU COUR-CIRCUIT DEFINITIF DE L’HEBDO. A croire que la leçon n’a pas suffit. Ce Monsieur fonctionne comme une éoliennes toujours actif dans le sens du vent, mais les piles étant plates il ramène régulièrement sa fraise pour les recharger. Et vu le trésor de guerre de la TSR extorqué par ces bolchéviques avec l’impôt obligatoire BILLAG-SERAF-SECON, on espère pour lui qu’il sera plus que défrayé pour son déplacement. Entre camarades pollueurs des esprits, l’idée d’une solitdarité financière, même insultante pour le peuple, ne devrait pas les effrayer.

  4. Posté par Chris le

    Je pensais qu’il était en EMS avec un bavoir. Ressortir les vieilles momies de gauche, une spécialité de notre service public « impartial ». Après Ruth, Micheline, voici Jacques. On se croirait sur une croisière, à remonter le Nil…

  5. Posté par Dominique le

    La descente en flèche de cet europhile hypocrite qui se fait mousser sur le dos des patriotes suisses réalistes et de notre peuple souverain est savoureuse. Toutes mes félicitations à Yvan Perrin.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.