Une élue ex-LREM ne veut pas que Paris et Marseille soient dirigées par «des maghrébines musulmanes»

post_thumb_default

 

«Vouloir que Paris et Marseille soient dirigées par des maghrébines de confession musulmane, c'est trahir la France, son identité et son histoire», a écrit dans un de ses messages sur Twitter Agnès Cerighelli, une élue exclue de LREM en mars 2019 pour des propos homophobes. 

Agnès Cerighelli s'en prend cette fois à la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati et la candidate du PS à Marseille, Samia Ghali. Face à ces propos, la réaction du gouvernement ne s'est pas fait attendre. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé le 17 février saisir la justice pour provocation à la haine. 

«S’habituer à ce genre de dérapage, rester impassible face à des propos aussi répugnants, c’est faire gagner la haine et reculer la République. Je signale ces publications au procureur de la République pour provocation à la haine, en vertu de l’article 40 de procédure pénale», a tweeté le ministre.

Visiblement coutumière des phrases choc, l'ex-élue de la majorité n'en est pas à sa première polémique. Agnès Cerighelli a été condamnée par le tribunal correctionnel de Versailles à 4000 euros d'amende dont 2000 avec sursis et à indemniser cinq associations de lutte contre l'homophobie pour deux tweets jugés injurieux à l'égard des homosexuels. a en revanche été relaxée des chefs de «provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l'orientation sexuelle» pour un message du 25 mars 2019 dans lequel elle qualifiait le «lobby LGBT» de «secte» faisant usage «du mensonge et de la propagande» pour faire avancer sa cause.

L'élue a été condamnée pour injure homophobe pour deux messages du 28 et 29 mars 2019. Dans le premier, elle parle des activistes LGBT comme d'un «lobby infâme et pervers». Dans le second, elle compare le «rainbow flag», symbole des militants LGBT, au port de l'étoile jaune imposé aux juifs en 1941.

«Agnès Cerighelli a construit sa carrière politique en diffusant des propos de haine contre les homosexuels et les musulmans sur les réseaux sociaux», a réagi Etienne Deshoulières, avocat de l'association Mousse.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Simond le

    Les petits macarons sont décidément bien maladroits. Êtes vous sûrs d’avoir bien fermé les poubelles ?

  2. Posté par Sertorius le

    Agnès Cerighelli n’a rien dit sur Sibeth Ndiaye comme porte-parole pour la France? C’est pourtant bien aussi ‘trahir la France, son identité et son histoire.’ Bizzare qu’elle ai choisi LREM comme parti politique. Elle devrait plutôt joindre le RN pour sa futur carriere politique.

  3. Posté par Dominique le

    La liberté d’expression n’existe plus dans la monarchie autoritaire de Macron-Castaner pour qui toute opinion différente de celle qu’ils imposent au peuple serait un blasphème à l’égard du petit Dieu de Brigitte. Agnès Cerighelli n’a agressé physiquement ni des homosexuels ni ces deux candidates aux mairies de Marseille et de Paris ni n’a encouragé à les tabasser. Elle a raison de donner son opinion que partagent beaucoup de Français et de parler vrai.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.