Albert Rösti : Empêchons une Suisse à 10 millions d’habitants !

17 février 2020

Ces conséquences graves liées à la libre circulation des personnes sont ressenties par tous les Suisses. Par nos adversaires également. Mais au lieu de prendre le problème à la racine et restreindre enfin l‘immigration, ces derniers se bornent à combattre les symptômes en dissimulant les problèmes et en alignant les billets. Nous pouvons, le 17 mai, mettre fin à cette démesure en disant un OUI clair et franc à l‘initiative de limitation et en réduisant enfin l’immigration à un niveau acceptable pour la Suisse.

Je suis souvent sur la route – de préférence en voiture. Je garde ainsi une certaine flexibilité et je peux rentrer plus rapidement chez moi lorsque les manifestations auxquelles je participe prennent plus de temps que prévu. Cela n‘est toutefois plus guère possible aujourd’hui.

En effet, quelle que soit l‘heure de la journée, il est difficile de circuler de manière fluide sur les principaux axes de la Suisse tant nos routes sont encombrées. Opter pour le train n‘est pas non plus une solution: surcharges, retards, voire même suppressions, voilà le lot des chemins de fer. Or ce sont là deux effets concrets de la libre circulation des personnes, qui me rappellent chaque jour que la Suisse a vu sa population augmenter d‘un million de personnes en un peu plus d‘une décennie. Aujourd‘hui, 8,6 millions de personnes vivent dans notre pays. Si la libre circulation des personnes ne ralentit pas d’une manière ou d’une autre, on atteindra bientôt les 10 millions.

Cela étant, la surcharge que connaissent les infrastructures de transport n‘est même pas la conséquence la plus grave de cette immigration massive. L’immigration de masse fait encore plus mal lorsque les gens ne peuvent plus payer leur loyer ou que les plus de 50 ans ne parviennent plus à trouver un emploi, pour la simple raison qu‘ils sont remplacés par des étrangers provenant de l‘UE, plus jeunes et moins chers. Cela vaut également pour notre environnement naturel: la croissance démographique rapide entraîne le bétonnage de notre paysage cultivé et détruit la biodiversité.

Ces conséquences graves liées à la libre circulation des personnes sont ressenties par tous les Suisses. Par nos adversaires également. Mais au lieu de prendre le problème à la racine et restreindre enfin l‘immigration, ces derniers se bornent à combattre les symptômes en dissimulant les problèmes et en alignant les billets. Par exemple, avec de nouvelles «prestations transitoires» pour les chômeurs âgés. En réalité, cette nouvelle rente permettrait seulement aux entreprises d‘échanger avec encore moins de retenue des travailleurs suisses plus âgés contre des étrangers provenant de l‘UE, jeunes et bon marché.

Nous pouvons, le 17 mai, mettre fin à cette démesure en disant un OUI clair et franc à l‘initiative de limitation et en réduisant enfin l’immigration à un niveau acceptable pour la Suisse. Le combat pour un contrôle indépendant de l‘immigration s’apparente à un combat de David contre Goliath. Pour la bonne raison que tous les autres partis, menés par les grandes entreprises, combattent notre initiative visant à limiter l‘immigration. Aidez-nous donc à redevenir maîtres dans notre propre pays.

Votons OUI !

source:

3 commentaires

  1. Posté par Bussy le

    Malheureusement, même les écolos soutiennent cette immigration massive, et d’autres nous disent qu’il faut une Suisse de 9 mios pour payer nos retraites, et pour ces 9 mios, il faudra une Suisse de 11 mios, pour ces 11 mios ça sera 13 mios…… 50 mios, 100 mios ?
    Une Suisse à étages peut-être, les pauvres au sous-sol, les riches au 50ème étage en attique ?
    Et le Cervin bétonné avec un HLM au sommet !
    On va vers du mieux c’est sûr !

  2. Posté par antoine le

    Je voterai OUI pour une limitation de l’immigration !
    Il faudra ouvrir les 2 yeux et les oreilles !
    Le Conseil Fédéral risque de faire son c.ca nerveux !
    Ils ne sont pas à un déni démocratique près …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.