Julien Assange : je me meurs à petit feu

 

Julien Assange : je me meurs à petit feuAssange a été autorisé à passer un seul appel de la prison de Belmarsh à sécurité maximale dans le sud-est de Londres pour les vacances de Noël, espérant un bref contact avec le monde au-delà des murs ternes d’acier et de béton auxquels il est confiné.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par aldo le

    C’est là qu’on mesure toutes les chienneries des journalistes qui ont bénéficié de ses informations pour d’abord en censurer certainement une bonne partie, puis pour meubler leurs articles, sans trop faire de vagues. C’est peut être aussi parce que ce sont en partie leurs fidèles poulains qui pouvaient être dégommés comme les Clinton-Obama et le parti Democrate. Rappelons que les Clintons ont fait fortune en ouvrant les vannes de l’immigration de masse, notamment en encaissant des fonds des Chinois et de nombreux autres pays pour leur expédier la m…. selon la méthode soviétique imposée aussi en Europe. Et ce sont les mêmes Tartuffes qui font des procès à Trump pour avoir eu prétendument des contacts avec les Russes et ont fabriqué du vent en agitant ces baudruches médiatiques sans consistance, alors que les Democrates représentes actuellement exactement le bolchévisme soviétique et non les Russes qui en ont éjecté une bonne partie pour aller peupler l’Europe UErss mais aussi les Etat-Unis avec Soros et ses relais sataniques mettant en péril toute la planète avec cette véritable internationale socialiste aux contours totalitaires.

  2. Posté par Sertorius le

    C’est fini pour lui. Il aurai du savoir qu’il prenait des risques de ce genre en volant des secrets d’état des États-Unis.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.