Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître

Ces mots tirés de "La Bohême" de l'immense Charles Aznavour semblent tout indiqués pour constituer le titre des quelques lignes qui vont suivre. Chaque jour apporte de nouvelles révélations dans l'affaire Crypto AG, cette société de cryptage noyautée par les services secrets américains et allemands pour un temps. La présidente du Parti libéral-radical Petra Gössi a réclamé très tôt l'ouverture d'une enquête parlementaire afin de faire la lumière sur les faits. Après avoir reçu quelques coups de téléphone, celle-ci a revu sa position, la constitution d'une commission d'enquête n'est plus aussi urgente dès lors qu'elle risque de mettre en évidence le rôle joué par divers représentants de son propre parti. On sent aussi une certaine fébrilité au PDC dont quelques figures pourraient également être éclaboussées. A l'inverse, la gauche réclame des investigations toutes affaires cessantes. Il y a bien évidemment le potentiel politique de l'affaire qui pourrait mettre les deux partis en difficultés mais il y a aussi des velléités vengeresses.

Durant la Guerre Froide, nous avons eu la chance de compter des hommes et des femmes qui ont choisi d'assumer la responsabilité de notre sécurité collective en prenant des décisions qui leur valent le déshonneur aujourd'hui. Les mouvements d'extrême-gauche faisaient couler le sang un peu partout en Europe. Les Cellules Communistes Combattantes en Belgique, Action Directe en France, la Bande à Baader en Allemagne, les Brigades Rouges en Italie, tous mouvements soutenus par les Républiques démocratiques luttaient contre les démocraties de l'Ouest. Il y eut aussi en Suisse quelques actions à caractère terroriste, de moindre portée heureusement. La gauche suisse n'a jamais eu une position véritablement claire face au terrorisme communiste à l'époque, islamiste aujourd'hui. Il y a peut-être une légère critique quant à la manière de faire mais les buts étant louables, on se doit d'absoudre les auteurs d'attentats. On se rappelle à ce propos qu'un représentant socialiste au Parlement avait invité l'an dernier un Irakien condamné pour soutien au terrorisme au Palais fédéral. La gauche voit ainsi dans cette affaire l'opportunité de faire payer celles et ceux qui ont entravé ses entreprises visant à affaiblir notre pays. A ce propos, il serait intéressant de savoir si le Conseiller fédéral socialiste Pierre Graber disposait d'informations provenant de Crypto AG lorsqu'il baissait pavillon devant les terroristes de l'Organisation de Libération de la Palestine en 1969-70.

Ces faits sont lointains, on ne s'en souvient plus guère, on les examine à la lumière d'aujourd'hui, on critique, on condamne, on s'indigne. C'est inquiétant. La menace n'a pas disparu, elle a changé de forme. Communisme hier, islamisme aujourd'hui, terrorisme toujours. Qui aujourd'hui aura le courage du Divisionnaire Peter Regli d'agir pour le bien du pays, quitte à en payer le prix ? Qui sera au djihadisme aujourd'hui ce que ceux qui sont soumis à l'opprobre générale furent au communisme avant la chute du Mur ? Personne ! L'époque n'est plus aux grands hommes prêts à payer de leur personne pour le bien commun. Même au PLR, on sort le parapluie, on parle de pur hasard, de postes clés en mains du parti sans jamais évoquer le courage qu'il a fallu aux temps difficiles. De nos jours, plus personne n'ose nommer l'ennemi, à plus forte raison le combattre, bien au contraire.

La gauche se réjouit maintenant de mettre en difficulté ses adversaires. Elle a avec elle les médias qui vont s'en donner à cœur joie. Les protagonistes de l'affaire n'en n'ont pas fini de voir leurs noms trainés dans la boue. Concluons avec Bismarck qui disait de la gratitude que c'est un facteur politique avec lequel il est prudent de ne pas compter. L'attitude de Peter Regli n'en est que plus grande.

Yvan Perrin, 16.2.2020

6 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Et revoilà la crotte de nez de Christian (alias la piccole et peut être vert dans le nez) qui a renoncer à son traitement.

    Pour compléter ce tableau qui LIE L’AFFAIRE CRYPTO A UN CHANTAGE AYANT PERMIS LA CONSTITUTION OCCULTE DE LA FINMA, SOCIETE ANONYME PRIVEE MONTEE PAR DES SOCIALISTES POUR DETRUIRE LA FINANCE SUISSE ET METTRE LE PAYS EN ESCLAVAGE FISCAL vous avez à votre disposition une partie intéressante de cette vidéo qui démontre le même mécanisme imposé aux Etats-Unis aussi par des sociétés privées et non d’Etat. https://www.youtube.com/watch?v=zxtQNYBtDBA&feature=youtu.be

    Si vous n’avez pas le temps de la lire et de la copier intégralement vous pouvez commencer à la 14ème minute 21 seconde et terminer à la 23ème minute.

    Les méthodes décrites sont exactement les mêmes dans un exemple pris au hasard: Le Liban. Ce pays est totalement ruiné et épuisé financièrement pendant que des voyous politiques ont signé des contrats basés sur des pseudo décisions législatives n’ayant jamais eu l’aval des parlementaires, donc des faux. Ainsi le Liban fait exploiter son pétrole offshore, sans que l’Etat ne puisse toucher un part de 40% sauf erreur, qui lui a été soustraite par ces aigrefins avides d’enrichissement personnel. Alors que ces taux sont quasi officiel pour ce genre de contrat dans le monde entier. Avec l’équipage du C.F, la Leuthard désormais planquée chez Coop etc. et la Sommarugua associée a Berset & Cie qui vendent les fonds pourtant bien nécessaires à la survie de la Suisse, au profit de l’étranger on a un similarité de comportement comme ses aigrefins libanais, mais avec une dose de bonne conscience pour mieux faire passer la pilule.

  2. Posté par Christian le

    Aldo, de plus en plus dans le délire … pauvre garçon!

  3. Posté par Gilles Bourquin le

    On ne peut que féliciter les personnes placées aux responsabilités durant la guerre froide et qui ont pris les décisions utiles dans le cadre de leur mission placée au centre de la défense. Le renseignement ne constitue-t-il pas la première ligne de défense? De plus et avant tout, le renseignement travaille en général dans le secret, c’est ce qui lui permet d’être efficace.

  4. Posté par aldo le

    Pour compléter aldo le 16 février 2020 à 21h54.
    Mais quel peut être le rapport entre Crypto, la Cia, le BND et la Finma? On peut craindre fortement que LES MILIEUX DE GAUCHE ONT IMPOSE LA FINMA A CEUX DE DROITE EN LES FAISANT CHANTER JUSTEMENT AVEC L’AFFAIRE CRYPTO. Et c’est cette machination qui fait que les banques malgré tout leurs pouvoirs ont fermé leur gueule. Le CHANTAGE A LA SUISSE vous connaissez, non? Justement une spécialité allemande et européenne dont font largement usage les têtes décisionnaires de l’UErss telles la Merkel, le Juncker et maintenant la von der Leyen qui DONNE 9 JOURS A LA SOMMARUGA (sous quelles pressions réelles ?) POUR IMPOSER L’ACCORD CADRE PRISON DEFINITIVE POUR BETONNER L’IMMIGATION DE MASSE. SI TOUS CES INTERVENANTS N’ETAIENT PAS EN LIEN AVEC LE BND ALLEMAND ON LE SAURAIT DEJA. https://lesobservateurs.ch/2020/02/11/simonetta-sommaruga-la-trahison-de-la-democratie-suisse/

  5. Posté par aldo le

    On peut effectivement se demander si « l’affaire » Crypto.AG n’a pas permis d’éviter pas mal de saloperies dont celles-là https://lesobservateurs.ch/2020/02/14/geneve-un-attentat-islamiste-de-grande-envergure-etait-prevu-au-lignon-deux-albanais-auraient-ete-arretes/ Ce qui est malheureux dans cette histoire c’est les coups tordus que les Allemands ont pu jouer contre la CIA et la Suisse, alors qu’il possèdent et orchestrent tout ce qui se passe dans l’Europe bolchévique. C’était une position idéale pour nous imposer par des intrigues et des complots cette bécasse prétentieuse de pianiste à la noix, qui a bien prêté serment, mais visiblement a des intérêts étranger à nos moeurs démocratiques quitte à fomenté dans le pays des guerres civiles tribales. On sait qu’à cette époque lointaine il était prévu que le C.F. en cas de coup dur puisse quitter le pays se réfugier en Grande-Bretagne. Donc des fonds nécessaires à sa subsistance ont été transférés, vraisemblablement sous forme d’or. Qu’est-il advenu de tout cela et au profit de qui ? La presse qui avait dévoilé cette affaire n’en a plus jamais parlé. Est-ce parce que des socialos ont ramassé le magot et quel est à leur botte ?

    On peut aussi s’inquiéter de la nature semi-privée de la Finma en S.A. qui a un rôle terriblement destructeur contre les banques suisse pour laver plus blanc que les Pays-Bas ou le Luxembourg, qui au regard de nombreuses affaires intrigantes mais parfois nécessaires, dont les montages de « l’affaire » Ghosn par exemple. Cette Finma, avait été fondée par des socialistes tels que Madame Anne Héritier-Lachat (épouse de David Lachat avocat) qui avait pondu une thèse sur les pots-de-vins. C’est cet encadrement socialiste et sous forme de S.A. qui laisse planer de grandes interrogations jamais débattues dans la presse à ma connaissance. Les bases juridiques seraient intéressantes à connaître de A à Z, vu les dégâts commis contre les intérêts de la Suisse, juste pour laver plus blanc et soumettre la Suisse aux combines internationalistes de l’Europe et maintenant l’ONU, qui puisent manifestement leurs sources dans l’arbitraire bolchévique.

  6. Posté par antoine le

    L’Histoire passe mais les faits restent !
    L’Histoire est le fait des hommes et en particulier que de quelques Hommes (Churchill, De Gaulle, Staline, Mao, etc …).
    Ceux qui auront pris de sages décisions dans des moments critiques seront, lorsque l’Histoire aura fait un bond de 40 ou 70 ans, traités plus bas que terre …
    Triste Histoire, mais comme elle est de moins en moins enseignée, cela au profit de l’étude du genre qui ne sert à rien, il faudra des personnes très instruites pour en révéler le sens !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.