La démocratie parisienne en danger?

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Sur une note plus légère, en France voisine, le microcosme parisien bruisse. Un événement singulier vient de se produire: Benjamin Griveaux, le candidat de La République En Marche pour la Mairie de Paris dans les élections municipales qui se tiennent dans un mois, annonce qu'il jette l'éponge.

griveaux.jpg
Benjamin Griveaux et son épouse, à l'époque des apparences heureuses

La cause? La diffusion jeudi sur les réseaux sociaux d'une vidéo sexuellement explicite qu'il a envoyé à une jeune femme. Devant les dégâts d'image irrécupérable pour celui qui se présentait comme un bon père de famille, le politicien de 42 ans, marié et père de deux enfants, a annoncé le lendemain son retrait de la campagne.

"Je ne suis pas prêt à nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis, cela va trop loin. C'est pourquoi j'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne", a annoncé le désormais ex-candidat LREM, expliquant que cette décision lui "coûte" mais souhaitant donner la priorité à sa famille.

Annoncer donner "priorité à sa famille" après avoir été pris la main dans le sac de sexting auprès d'une maîtresse, il faut avoir été porte-parole du gouvernement Macron pour oser. Ça tombe bien, Benjamin Griveaux a été porte-parole du gouvernement Macron ; il ose donc.

"La démocratie en danger"

La classe politique s'inquiète d'une "menace pour la démocratie", s'émeut Le Figaro.

Personne ne pose la question de la pertinence de cette thèse, et surtout pas un journaliste.

En quoi le naufrage de la candidature de Benjamin Griveaux menace-t-elle la démocratie? Ce sont ses mensonges qui l'ont menacée en premier lieu. Personne ne l'a obligé à tromper sa femme ni à tourner une vidéo honteuse. Et à tout prendre, mieux vaut que la vidéo sorte maintenant qu'après les élections. Imagine-t-on les chantages qu'aurait pu exercer un individu disposant de cette vidéo, si M. Griveaux avait été élu Maire de Paris?

Politiquement, Benjamin Griveaux n'est pas grand-chose - le candidat en difficulté d'un mouvement politique qui a perdu beaucoup de son influence depuis trois ans. Les mêmes voix qui dénoncent les "menaces pour la démocratie" ne s'émeuvent guère qu'à Béziers, le maire sortant Robert Ménard soit pris à partie et empêché de s'exprimer dans un meeting.

Personne ne proteste quand on s'en prend à Éric Zemmour. Personne ne s'indigne du traitement médiatique reçu quand François Fillon est descendu en flammes pour avoir reçu quelques costumes et des chemises d'un ami tailleur. Personne ne s'est interrogé sur la vie privée lors de l'épisode du SMS de Sarkozy. Personne n'évoque une "menace pour la démocratie" quand un mouvement représentant à peine 20% des électeurs parvient à disposer des principaux leviers du pouvoir en France.

Il ne s'agit pas de décréter que tout un chacun est irréprochable, mais d'observer un deux-poids-deux-mesures hallucinant sur ce qui constitue, ou pas, une "menace sur la démocratie".

Issu des rangs du Parti Socialiste, Benjamin Griveaux a été un proche collaborateur de Dominique Strauss-Kahn de 2003 à 2007 ; qui se ressemble s'assemble, est-on en droit de penser. On a aussi le droit de penser que le traitement médiatique réservé à ce scandale aurait eu une toute autre teneur si la victime venait d'un autre parti politique. Les médias et la classe politique française auraient-ils eu la même pudeur si la vidéo avait montré à la place de Griveaux un candidat des Républicains ou du Rassemblement National?

Un coup du Joker...

Ce qui pourrait n'être qu'une banale histoire d'image échappant à son créateur nous livre en fin de compte de précieux indices sur l'état de la France en 2020.

Vielle de deux ans (et donc tournée alors qu'il était porte-parole du gouvernement Macron), la vidéo montre le politicien en train de se masturber. Elle a depuis été montée avec différentes séquences de sa campagne où on le voit donner des interviews et des discours sur son respect des valeurs familiales. Des textos "classés X" entre lui et la femme ont été révélés en même temps.

La vidéo originale a été fournie par "l'artiste" russe Piotr Pavlenski, qui dit l'avoir obtenue d'une personne ayant eu une "relation consentie" avec Griveaux. L'individu s'est fait connaître dans son pays d'origine avec des performances spectaculaires contre le pouvoir de Poutine. En 2012, il se fait coudre les lèvres en soutien aux Pussy Riot, un groupe punk russe arrêté pour avoir chanté un couplet anti-Poutine dans une cathédrale de Moscou. En 2013, en protestation contre le vote de lois qu'il estime liberticides, il se pose sur la Place Rouge, nu et enroulé dans du fil de fer barbelé.

Persona non grata dans son pays de naissance, il fuit en France en 2017 et y obtient l'asile politique. Mais il trouve rapidement des griefs contre son pays d'accueil. Lors d'une "performance" dont il a le secret et intitulée "Éclairage", il met le feu à l'entrée d'une succursale de la Banque de France. Il dénonce "le pouvoir de la finance". Il sera condamné à un an de prison.

Piotr_incendie.jpg
Piotr Pavlenski pose devant l'entrée de la Banque de France qu'il vient d'incendier

Cela ne suffit bien sûr pas à résilier sa condition de réfugié politique - nous sommes en France. Mais cela ne suffit pas non plus à calmer une colère qui monte contre le Macronisme, qu'il considère désormais comme tout aussi répressif que celui de Poutine. Soutenant les gilets jaunes, Piotr Pavlenski est fier de son acte subversif. Il considère que la publication de la vidéo de Benjamin Griveaux est indispensable pour "mettre les politiciens en face de leurs mensonges".

Et si la classe politique française tremble et s'indigne de ce qui vient d'arriver à Griveaux, c'est parce qu'elle ressent enfin la peur. Les réseaux sociaux sont hors de contrôle. Plus aucun homme politique, même de gauche, ne peut se sentir totalement à l'abri d'une révélation publique de ses propres turpitudes.

L'artiste annonce que de nouvelles vidéos vont sortir, mettant en scène d'autres hommes politiques.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 14 février 2020

9 commentaires

  1. Posté par Sertorius le

    Benjamin Griveaux est victime de sa propre stupidité en croyant qu’il avait une vie privée dans le domaine politique. On a pas pardonner DSK pour ses vices sexuels alors pourquoi Griveaux?

  2. Posté par Gilles Bourquin le

    L’intéressé n’a-t-il pas saisi cette opportunité pour renoncer au combat? Il baissait dans les sondages (3e derrière Hidalgo et Dati) et devenait arrogant en se plaçant sur la défensive lors des débats et interviews.

  3. Posté par miranda le

    Quand des journalistes BOBOÏSTES découvrent « angoissés » que nous ne sommes plus vraiment en démocratie. Et quand l’avocat de Benjamin Griveaux leur dit que « nous sommes dans une ambiance à la STASI où se profile « le règne de la terreur », ces journalistes semblent enfin percevoir le danger.
    https://www.youtube.com/watch?v=g9BYuFCsrrE
    Mr Juan Branco est censé assurer la défense du hacker russe qui a donc anéanti la carrière de Griveaux et dévasté la vie de sa famille. De surprise en surprise.
    Etre un homme politique aujourd’hui, sous le règne de Macron, devient une aventure périlleuse. 19 députés LRM ont quitté ou ont été remplacées depuis son gouvernement.

    Quelle que soit « la faute » commise par Mr Griveaux, nous nous apercevons que LA VIE PRIVEE devient très, très menacée.Combien faudra-t-il de cas comme lui, pour que cette vie privée soit protégée par LA LOI? LE REVEIL EST LENT, TRES LENT.

  4. Posté par Anne Lauwaert le

    quand on se filme et qu’on envoie ce film à la ronde, la vie privée cesse d’être privée – il n’y a aucune menace à la démocratie – il n’y a que le RIDICULE qu’on s’inflige à soi-même

  5. Posté par aldo le

    LA BANDE A DSK RESSURGIT AVEC GRIVEAU, MAIS C’EST AU CELLE DE MACRON… VOILA LE FOND DE L’AFFAIRE.
    Griveaux, ce doit être un grivois qui a passé de plus en plus loin à l’acte. Déjà faire une sextape, c’est planter le décors tout en étant suffisamment con pour croire que le téléphone portable est un endroit sûr. C’est clair qu’avec ce pedigree, on peut peut-être pas en faire un pédophile mais un ministre là c’est certain. Ce qui permet de penser qu’au fil des démissions Macron doit avoir peur des moins cons que lui ce qui confirme le niveau général de la Macronie. Mais ensuite, quand on connaît le milieu Macron, avec Cohn-Bendit Attali & Co, on découvre la vérité dans la bouche de la dernière femme de Strauss-Kahn.

    http://www.leparisien.fr/politique/dsk-s-est-marie-avec-myriam-l-aouffir-a-marrakech-08-10-2017-7317228.php …et on se rappelle sournoisement de la voix off de Macron lors des tests de micro à la présidentielle:  » est-ce que je parais intelligent ? » Pourquoi un tel doute alors que son « ami » caché, Dominique Strauss-Kahn, fait semblant d’en être persuadé lui qui est si intelligent pour s’être fait piégé au Sofitel, on pourrait aussi en douter. Le clan Macron est donc bien une reconstitution du clan Strauss-Kahn, un club d’idiots et de pervers du village mondial avec Sibête, communicante de Griveau, et certainement bien d’autres inutiles coûteux. http://www.leparisien.fr/politique/dsk-s-est-marie-avec-myriam-l-aouffir-a-marrakech-08-10-2017-7317228.php

  6. Posté par Gérard Guichard le

    Encore un autre silence assourdissant 🙂 Je sais bien qu’il s’agit encore du billard à 18 bandes (outing, etc.) mais on voit bien où sont les vicieux

  7. Posté par Oblabla le

    Cette affaire Griveaux appelle plusieurs remarques :
    ° Tout d’abord, pourquoi Mr Griveaux a-t-il jeté l’éponge aussi vite ? Il semblerait que l’avocat du russe à l’origine de la dénonciation ait donné une indication en disant sur une chaine de télé qu’il n’y aurait pas que cette affaire gênante pour Griveaux…
    D’où peut-être la précipitation du retrait de Griveaux pour éviter que d’autres affaires soient révélées…
    ° Ensuite, l’unanimité des politiciens de tous bords et des journalistes pour dénoncer la gravissime menace pour la démocratie que représentent les réseaux sociaux car ils peuvent démolir en quelques heures un candidat. Il s’agit évidemment d’une hypocrisie totale et une tentative de leurrer les gueux que nous sommes sur les vraies raisons de leurs craintes.
    ° En fait, les politiciens ont très peur que leurs exactions quelles qu’elles soient, puissent être révélées sur les réseaux sociaux. Il aurait été difficile aujourd’hui à une crapule comme Mitterrand de cacher l’existence de sa fille adultérine entretenue à 100% par la république !
    ° Quant aux journalistes, ils ont en horreur les réseaux sociaux qui sont des concurrents féroces et qui les empêchent de rester dans leur « quant à soi » avec les politiciens en conservant leurs petits secrets. Il faut se rappeler que l’ensemble des journalistes politiques connaissaient l’existence de la fille de Mitterrand et savaient qu’elle était entretenue aux frais du contribuable. Mais ils ne l’ont jamais dit du vivant de Mitterrand…
    ° Par ailleurs, parler d’une menace pour la démocratie est une provocation. Quand on constate que depuis son arrivée, Macron a fait voter les lois les plus liberticides que ce pays ait connues en instituant une quasi censure sur les réseaux sociaux et en limitant considérablement la liberté d’expression.
    ° Cette affaire va être instrumentalisée par le pouvoir et les médias contre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux. Il ne faut pas être dupe de la polémique que vont créer ce gouvernement, tous les politiciens et les journalistes en parlant de « menace pour la démocratie » venant des réseaux sociaux. L’objectif sera de les museler davantage ; la vraie menace est là et nulle part ailleurs.
    Il va s’agir de la suite du combat pour la liberté d’expression ou de ce qu’il en reste. La menace pour la démocratie elle est là.

  8. Posté par claude haenggli le

    Quelle « débandade », si je peux me permettre cette expression !

  9. Posté par Bussy le

    Faut se méfier de ceux qui prétendent soutenir la famille… on en a un en Suisse, qui a fait mieux que se masturber sur les réseaux sociaux… trompé sa femme et sans préservatif, bel exemple, et un enfant sans père…..

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.