Hansjörg Schmid, directeur du Centre suisse islam et société de l’Université de Fribourg: les prêches haineux sont «très marginaux»

Que révèlent les sermons controversés par rapport aux problèmes des musulmans en Suisse? Interview

Igor Cardellini

Islam – Le prédicateur Abu Ramadan ne prêchera plus dans la mosquée Ar’Rahman à Bienne. Le comité directeur de l’association de soutien lui a demandé d’y renoncer à la suite des révélations du Matin Dimanche sur son activité en son sein. Alors qu’il est déjà visé par plusieurs procédures pénales, notamment en raison de soupçons de discrimination raciale, des enregistrements montrent qu’il continue à prôner la violence.

Hansjörg Schmid, directeur du Centre suisse islam et société (CSIS) de l’Université de Fribourg, évalue ce que ce nouveau cas révèle des problèmes et besoins de la communauté musulmane en Suisse.

[...]

Il s'agit d'une approche qui correspond à une idéologie extrémiste opposant les "vrais musulmans" aux "mauvais musulmans" ou non-croyants. Une telle interprétation de l'islam rend tout dialogue et vivre-ensemble impossible.

[...]

Y a-t-il multiplication des cas en Suisse ?

Hansjörg Schmid : Chaque cas est un cas en trop, c'est clair, mais sur 250 associations dans le pays, ça reste très marginal.

[...]

Une obligation d'enregistrer les prêches renforcerait un climat de méfiance et rprésenterait même une discrimination vis-à-vis des autres religions. [...]

Et Hansjörg Schmid explique que les problèmes proviennent du fait que les mosquées mises en cause n'ont pas un imam fixe, formé en Suisse.

Déjà visé par deux procédures pénales, Abu Ramadan a continué de prôner la violence.

Le magistrat décidera selon son bon vouloir s'il sera expulsé, la loi ne l'y oblige pas car il détient un permis C.

La Suisse a renvoyé 1039 délinquants en 2017, et 1702 en 2018.

Source: https://www.laliberte.ch/news/suisse/preches-haineux-tres-marginaux-553575 (abonnés)

Extraits et résumé : Cenator

**********

Voici la réalité concernant les problèmes liés aux mosquées en Suisse:

Mireille Vallette sur son livre "Le radicalisme dans les mosquées suisses"

Fribourg, Bâle , Berne, Lucerne, Genève... école, hôpital, piscine, cimetière, prison... Pourquoi et comment les fondamentalistes influencent-ils les institutions suisses? Quelle est la différence entre djihad culturel et islamisation? Questions à Mireille Vallette sur son dernier livre "Le radicalisme dans les mosquées suisses: islamisation, djihad culturel et concessions sans fin" (Ed. Xenia, 2017)

***

Voir aussi:

Islamisation: le Centre islam et société en pleine phase de conquête!

https://www.letemps.ch/monde/propagande-penetre-nos-mosquees

https://www.migrosmagazine.ch/saida-keller-messahli-dans-les-mosquees-en-suisse-on-fait-de-la-politique

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/list/boulevard-de-l-islamisme/le-radicalisme-dans-les-mosquees-suisses.html

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2018/05/04/pour-prevenir-la-radicalisation-financons-les-mosquees-291897.html

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2017/11/17/un-centre-islam-et-societe-ambigu-287806.html

5 commentaires

  1. Posté par Christian Hofer le

    Il existe une chose importante que les non musulmans ne connaissent pas : les musulmans ne peuvent en aucun cas critiquer leur religion sous peine d’être qualifiés de mécréants et donc de ne pas entrer au « paradis d’Allah » qui est strictement réservé aux musulmans (cette discrimination ne choque bien entendu aucunement nos politiciens ni nos associations « anti-racisme »). Donc aucun d’eux ne remettra en question ni l’islam, ni le coran, ni ce que dit cet imam.

    Ainsi, pour tromper les kouffars, vous aurez droit au *pas d’amalgame* que les gauchistes ont mis à leur disposition, à la minimisation des atrocités dont l’islam est coupable (esclavagisme de Mahomet et dans l’islam en général, mise en esclavage des prisonniers, viols et conversions forcées, génocide des chrétiens, discrimination envers les non musulmans etc. etc.).

    Les musulmans ne veulent en aucun changer ni s’intégrer dans nos sociétés. A la place, ils feront régresser notre civilisation en s’imposant par le nombre, par leurs exigences et par la force.

  2. Posté par Sergio le

    Les prêches haineux sont le fait d’une minorité. Comprenez, cela n’a aucune importance. Circulez et oubliez, il n’y a rien à voir.
    Une infime minorité LGBTX des élèves d’un lycée prennent une telle importance qu’il faut leur dédier leurs propres toilettes. Cette fois, c’est un véritable cri d’alarme. Le sujet est de la plus haute importance et résonne haut et fort dans tous les médias. Qu’on se le dise.

  3. Posté par aldo le

    Le coronavirus était aussi très marginal en Chine.

  4. Posté par Sertorius le

    ‘les prêches haineux sont «très marginaux»’

    On disait ça des discours d’Hitler aussi.

  5. Posté par antoine le

    Il prêchera ailleurs !
     »Le prédicateur Abu Ramadan ne prêchera plus dans la mosquée Ar’Rahman à Bienne »
    Il devrait être expulsé d’EUROPE mais nos autorités ont PEUR de se fait traiter d’islamophobe …
    D’autre part, il nous a coûté cher en services sociaux (env. 600’000.– Frs) cet imam haineux !
    https://lesobservateurs.ch/2017/09/01/imam-haineux-apres-avoir-beneficie-de-600000-daide-sociale-il-est-a-lavs-sans-jamais-avoir-travaille-chez-nous-je-suis-bien-integre-clame-t-il/
    TOUTES les mosquées devraient être sous surveillance !
    Contrairement à ce qui est dit (voir ci-dessous) :
    https://lesobservateurs.ch/2018/03/30/berne-mohamed-hamdaoui-socialiste-il-ne-faut-pas-surveiller-systematiquement-les-imams-du-canton-ce-serait-de-la-discrimination/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.