Un blogueur politique hostile à Poutine et à Kadyrov retrouvé dans un hôtel français avec la gorge tranchée

Un blogueur tchétchène qui s’était élevé contre les gouvernements de Russie et de Tchétchénie a été retrouvé mort dans une chambre d’hôtel française, la gorge tranchée et poignardé.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

La police de Lille, en France, a découvert le corps d’Imran Aliev, 44 ans, à la fin du mois dernier, dans ce que la police française soupçonne être un meurtre « politiquement motivé ».

Imran Aliev était un adversaire acharné du président russe Vladimir Poutine et du dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov.

Il utilisait les pseudonymes « Mansur Stariy » et « Old Mansur », et était connu pour ses dénonciations enflammées de Poutine et Kadyrov. La semaine dernière, un fonctionnaire français a déclaré à Business Insider qu’Aliev vivait en Belgique en tant que réfugié politique, et qu’il était sous protection policière « en raison des menaces provenant de Russie et de Tchétchénie concernant son blog d’opposition ».

Aliev aurait été accompagné à l’hôtel par un autre Tchétchène qui a disparu après l’assassinat apparent et que les autorités recherchent actuellement.

On ignore pourquoi Aliev s’était rendu de Belgique vers la ville frontalière de Lille. Un fonctionnaire belge n’a pas voulu dire s’il avait informé les autorités de cette ville de son voyage.

« Je ne peux pas dire directement si quelqu’un savait qu’il avait l’intention de se déplacer, mais je pense qu’il n’aurait pas été difficile d’organiser la protection d’une personne se trouvant à quelques kilomètres de la frontière », a déclaré le fonctionnaire.

Plus d’une douzaine de personnes auraient été assassinées au Royaume-Uni par des assassins russes. En 2018, Sergei Skripal et sa fille Yulia ont failli mourir après avoir été empoisonnés par un agent neurotoxique russe, ce qui a poussé la première ministre de l’époque, Theresa May, à expulser 23 diplomates russes.

« Il est évident que, compte tenu de l’histoire d’Aliev et des menaces antérieures, nous devons examiner avec force la possibilité d’un service de renseignement d’État dans ce meurtre, et nous recueillons et analysons des preuves à partir des habitudes de voyage, des interceptions électroniques et d’autres outils d’enquête à notre disposition », a déclaré le fonctionnaire de police français.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.