Kosovo : L’engagement de la Suisse sera prolongé

La commission de la politique de sécurité du Conseil national a approuvé ce mardi la prolongation et l'augmentation des effectifs de la Swisscoy au Kosovo.

[...]

Depuis octobre 1999, l?armée suisse participe à la Kosovo Force multinationale. A ses débuts, la Swisscoy était une compagnie logistique non armée. Elle a ensuite adapté ses tâches et ses effectifs aux besoins de la KFOR.

20min.ch

2 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Et oui, qui en Europe ne participe pas à la protection de ce « charmant nouvel état ». On suppose aussi que la Suisse a les moyens d’apporter son généreux financement. Si les suisses connaissaient l’histoire de ce charmant pays, ils seraient soucieux de l’avenir « multiculturel » de leur propre pays, mais pas seulement la Suisse, mais la majorité des pays européens :

    Extrait d’article (cité plus bas)
    Les Albanais musulmans du Kosovo, ou Kosovars, sont des immigrés qui par vagues successives se sont installés dans la province serbe et chrétienne du Kosovo, jusqu’à constituer aujourd’hui la majorité de la population.

    (les Albanais composaient 2% de la population du Kosovo au XVIe siècle,
    32% en 1871,….. 48% en 1899,….. 60% en 1931,….. 74% en 1971,…… 92% en 2013).

    Jusqu’à une date récente, la société albanaise du Kosovo était une société profondément fractionnée par des luttes internes du type vendetta.

    L’élite albanaise, qui dans les années 1980 voulait émanciper la population musulmane du pouvoir de Belgrade, devait donc unir préalablement cette population.
    Ces intellectuels ont donc créé le Conseil central du Mouvement national de
    Réconciliation et ont placé à sa tête l’ethnologue Anton Ceta. Au début des années 1990, la
    « réconciliation du sang » pour « le peuple, la jeunesse et le drapeau » était quasiment accomplie. La seconde phase du processus de libération pouvait alors commencer.

    En septembre 1990, sous l’impulsion de l’écrivain Ibrahim Rugova, une Assemblée se réunit
    clandestinement à Kacanik, s’érige en Parlement parallèle et ne tarde plus à proclamer (février 1991) la République du Kosovo.

    Dès lors, le Parlement va mettre en place un véritable Etat parallèle : gouvernement parallèle, système fiscal parallèle, système éducatif parallèle, système de soin et d’entraide parallèle et même armée parallèle.

    Aujourd’hui, la province serbe du Kosovo a fait sécession et est devenue un Etat albanais indépendant. Grâce à quels acteurs extérieurs????
    .
    Fin de l’extrait d’un article paru dans : http://data.over-blog-kiwi.com/1/41/47/59/20190912/ob_d78f31_grand-remplacement-que-faire.pdf
    chapitre : Que faire? l’Exemple KOSOVAR :

  2. Posté par taiou le

    Que va faire l’armée suisse au Kosovo ? On ferait mieux de retourner les populations migrantes du Kosovo natal chez eux, et qu’ils s’occupent de leurs affaires. Depuis 1999, soit 20 ans que l’on déploie nos forces là-bas, en plus de s’occuper chez nous, de leur population migrante. C’est formidable.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.