Quand L’Humanité inclut Mickaël Harpon, le terroriste de la Préfecture, dans les « victimes » de « violences policières »

 

Dans un dossier spécial, l’Humanité avance que 26 personnes sont décédées en 2019 suite à des « violences policières ». Problème : Mickaël Harpon, l’homme qui a tué quatre fonctionnaires à la préfecture de police de Paris le 3 octobre avant d’être abattu par les forces de l’ordre, fait partie des 26. France Inter En lien : […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Jean-michel le

    Avec les communistes tout est possible !
    La preuve, le policier multi-assassin neutralisé par ses collègues devient un « martyr » victime d’une bavure policière.
    Ne cherchez pas plus loin pourquoi la France est dans le mur…

  2. Posté par antoine le

    Qui déposera PLAINTE contre ce torchon pour propagation de FAUSSES INFORMATIONS ou MENSONGES ?

  3. Posté par miranda le

    Encore une inversion des valeurs? Ce djihadiste en col blanc, qui a tué ses collègues, une victime de violences policières? Quels sont leurs arguments pour oser une pareille défense? On les attend.

  4. Posté par Sertorius le

    Qu’attendre d’autre d’un torchon comme l’Humanité? C’est la même chose que lire Marianne ou Le Canard Enchainé ou toute vêritê est permise si la cause est celle de la Gauche.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.