Des communes vaudoises s’unissent contre les charges sociales

Des communes vaudoises se plaignent de la clé de répartition pour les dépenses sociales cantonales. Réunies en assises, une centaine d'entre elles ont déclaré jeudi "l'état d'urgence" pour leurs finances.

L'objectif est de débattre de la facture sociale et exiger que le canton reprenne à sa charge la totalité des quelque 820 millions de francs de l'addition pour 2020, au lieu du principe "moitié-moitié" actuel. Des communes comme Crans-près-Céligny, Rolle et Bursinel ont récemment menacé de ne pas payer leur part de cette facture sociale.

"Plus de 160 personnes représentant 114 communes vaudoises ont participé à ces assises", soit plus du tiers des 309 communes du canton, se félicite Robert Middleton, interrogé par Keystone-ATS. Le syndic de Crans-près-Céligny est à l'origine des assises avec son homologue rollois Denys Jaquet. Les deux responsables ont également créé le groupe de réflexion "Mouvement contre la facture sociale".

"C'est un gros succès et un message fort envoyé au Conseil d'Etat pour dire que la situation actuelle ne peut plus durer et que des réformes rapides doivent être mises en place", affirme-t-il. "C'est un indicateur du ras-le-bol général des communes, dont beaucoup s'endettent et doivent commencer à emprunter pour faire tourner le ménage communal", constate-t-il.

>> Lire aussi: De nombreuses communes vaudoises contraintes de se serrer la ceinture

Etat d'urgence déclaré

[...]ats/ani

article complet:

5 commentaires

  1. Posté par antoine le

    De nombres communes vaudoises doivent se serrer la ceinture !
    Cela signifie MOINS d’investissement pour les routes ou les trottoirs !
    MOINS d’investissement dans les bâtiments scolaires et ses services …
    En clair cela signifie une BAISSE de la qualité de la vie pour NOUS, chez NOUS !

  2. Posté par miranda le

    UN BON EXEMPLE A SUIVRE pour les communes ou communautés de communes françaises. Tous les journaux résistants français devraient « s’emparer de votre article. Ca apporterait de « l’eau au moulin de la démocratie française ».

  3. Posté par acerso le

    En lisant l’article de la RTS avec le lien (de nombreuses communes contraintes de se serrer la ceinture), le journaliste écrit  » Soit les frais de l’aide aux seniors, aux handicapés, aux chômeurs en fin de droits, etc. assumés pour moitié par les communes et pour moitié par le canton. », donc ce sont uniquement les « indigènes » qui y sont responsables, aucunement et sans mention des coûts exorbitants de l’immigration (aide sociale, coûts de la santé, de l’intégration, des dégâts, etc) !!! Incroyable de rejeter la faute sur des gens qui ont certainement travaillé et payé des impôts et assurances… Un vrai dégoût « anti-blanc ».

  4. Posté par bigjames le

    Bravo à tous ces syndics courageux. Ras le bol de se faire tondre.

  5. Posté par Schwander le

    Des communes commencent à comprendre l’immigration à la Sommaruga… mais elles n’osent pas parler vrai parce que ce serait politiquement incorrect!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.