Les entrées illégales en Suisse sont toujours trop nombreuses

20min.ch - Migration illégale en baisse en 2019

Quelque 12'927 cas de séjours illégaux ont été enregistrés en Suisse l'année passée, contre 16'563 en 2018.

La migration illégale a de nouveau diminué l'an dernier en Suisse. Le Corps des garde-frontière a recensé 12'927 cas de séjours illégaux. Il en avait dénombré 16'563 en 2018, et 27'300 en 2017.

Les régions les plus touchées sont le Tessin (3474), la région nord-ouest, qui inclut Bâle et Berne (3389), et la région comprenant les cantons de Vaud, Fribourg et du Valais (2444), indique l'Administration fédérale des douanes dans des statistiques publiées mercredi.

Dans le canton de Genève, 1338 personnes ont été découvertes sans permis de séjour valable pour la Suisse. Neuchâtel et le Jura sont, quant à eux, les cantons les moins touchés de Suisse. Ils ont dû faire face à 123 séjours illégaux.

Les Nigériens (1994) arrivent en tête pour la deuxième année consécutive. Ils sont suivis des Albanais (821), Algériens (769), Gambiens (625) et Marocains (543). Les Érythréens, qui avaient représenté un quart des cas en 2016, ne figurent plus dans les dix principales nationalités des migrants illégaux.

Trains en tête

Les agents ont procédé à 6489 interceptions dans les trains, 5472 sur la route, 947 dans les aéroports et 19 sur des bateaux. Seules les interceptions dans les aéroports ont légèrement augmenté; toutes les autres ont diminué.

Les activités des passeurs ont aussi légèrement augmenté par rapport à 2018, passant de 398 à 405. En 2017, seules 344 tentatives avaient été recensées. La Suisse a en outre transmis 5575 cas aux autorités étrangères, soit quelque 2600 cas de moins qu'une année auparavant.

(nxp/ats)

source:

*****

voir aussi: Genève : un clandestin interdit d’entrée en Suisse menace des passants et la police avec un tesson de bouteille

****

SEM: Rapport sur la migration 2018

71. Chiffres-clés 2018

La Suisse comptait 2 081 169 étrangers à la fin 2018, soit 1,3 % de plus qu’en 2017. 68 % de la population résidante permanente de nationalité étrangère provenait d’Etats membres de l’UE ou de l’AELE.

La même année, 44 141 personnes ont acquis la nationalité suisse. Ce chiffre est en recul de 4,2 % par rapport à 2017, mais en hausse de 2,7 % par rapport à 2016. La plupart des citoyens naturalisés suisses étaient originaires d’Allemagne, d’Italie, du Portugal, de France et du Kosovo. Le nombre de demandes de naturalisation a diminué de 12 % en 2018, passant de 34 799 à 30 621.

Le nombre de visas d’entrée Schengen pour un séjour d’une durée maximale de 90 jours est resté en hausse, passant de 479 465 (en 2017) à 517 135. La plupart des visas ont été délivrés par les représentations suisses en Inde, en Chine, en Thaïlande et au Kosovo.

Le nombre de nouvelles demandes d’asile a poursuivi son repli, reculant de 18 088 à 15 255 ( – 15,7 %). Les cinq princi-paux pays d’origine des requérants d’asile ont été l’Erythrée, la Syrie, l’Afghanistan, la Turquie et, désormais, la Géorgie (qui a devancé la Somalie).

Le SEM a traité 26 103 demandes d’asile (contre 27 221 un an plus tôt), réduisant en même temps le nombre de dossiers en suspens en première instance de 20 503 à 6358 personnes ont obtenu l’asile (contre 6360 l’année précédente) et 8568 ont été placées sous admission provi-soire après une décision d’asile négative en première instance (7839 en 2017), le taux de protection s’établissant ainsi à 60,5 % (contre 57,5 % en 2017). 1760 personnes ont été transférées dans un autre Etat européen au titre du règlement Dublin, tandis que 1298 ont été prises en charge par la Suisse à ce même titre.

La Suisse a par ailleurs accueilli 996 réfugiés syriens à réinstaller à partir du Liban et de la Jordanie, dans le cadre du contingent de réinstallation fixé par le Conseil fédéral en 2016, ainsi que 80 personnes vulnérables, qui avaient été évacuées au Niger depuis la Libye.

124 requérants d’asile et 1949 personnes admises à titre provisoire ont obtenu une autorisation de séjour en raison d’un cas de rigueur personnel.

Enfin, 6137 personnes ont quitté la Suisse par voie aérienne sous la surveillance des autorités (contre 7147 en 2017

****

2017:  SuisseLe nombre d'entrées illégales en Suisse a plongé de près de moitié depuis janvier par rapport à la même période en 2017.

****

2 commentaires

  1. Posté par antoine le

    Beau travail sur le terrain de la police !
    Mais c’est vrais qu’il faut dénoncer avec vigueur, les passeurs et tous les migrants illégaux !
    Les réfugiés politiques ou de guerre, ceux qui sont pourchassés pour leur idées ou parce leur pays est en guerre, accueillons-les pour qu’ils trouvent un havre de paix.
    Tous les profiteurs d’allocs ou autres traine-savates dehors !

  2. Posté par Stefen le

    Ca m’étonnerait qu’il y en ait que si peu qui rentrent. Quand on voit que la consommation annuelle de cannabis en suisse est de 40 à 60tonnes. Ça fait déjà environ 140kg par jour qui rentre. Et que dire des autres drogues, cocaine, heroine? Alors si plusieurs centaines de tonnes de drogues passent tranquillement la frontière chaque année, je doute qu’il y rentre seulement quelques milliers de clandestins.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.