Un bus de pèlerins catholiques pris pour cible à Caen par des individus vêtus de noir et cagoulés

post_thumb_default

 

A Caen (Calvados), un bus de pèlerins catholiques a été assailli le 19 janvier par une vingtaine de personnes, cagoulées et vêtues de noir, selon des informations rapportées par France 3 Normandie. Le bus attaqué contenait une cinquantaine de personnes, dont quelques enfants.

Les fais sont survenus vers 8h du matin durant «deux [à] trois minutes», alors que le bus devait partir de Caen pour gagner Pontmain (Mayenne), lieu de pèlerinage en raison d'une apparition de la Vierge Marie en 1871, selon la tradition catholique. D'après le média public, les assaillants ont tenté d'immobiliser le véhicule en tirant avec de pistolets de paintball sur le pare-brise.

«Alors que nous sortions du parking privé du Diocèse, nous avons vu une vingtaine de personnes cagoulées devant le bus qui essayaient de nous empêcher de partir», a témoigné auprès de la même source Gérard Pitel, un prêtre ayant assisté à la scène.

Le clergé local appelle «à la paix sociale» et refuse de porter plainte

Selon l'organisatrice du pèlerinage, les catholiques présents dans le car étaient surpris d'être attaqués «sans savoir pourquoi». «Ils ont sans doute confondu avec des bus de La Manif pour tous», a estimé pour France 3 Laurent Berthou, porte-parole de l'évêque du diocèse de Bayeux-Lisieux, Jean-Claude Boulanger. Des militants de La Manif pour tous venus de toute la France étaient appelés à manifester à Paris ce même jour, contre la «PMA sans père»

Pour autant Laurent Berthou veut «lancer un appel à la paix sociale et au respect des opinions des uns et des autres». Par conséquent, le diocèse n'entend pas déposer de plainte.

«C'est la deuxième fois qu'un bus de pèlerins est attaqué», a relevé le porte-parole de l'évêque, évoquant la prise à partie d'un bus qui revenait de Lourdes par des personnes «vociférant des insultes» en octobre 2019, le jour d'une mobilisation à Paris de la Manif pour tous.

En 2018, le ministère de l'Intérieur a recensé 1 704 actes antireligieux, dont 1 063 actes antichrétiens. Sur la même période, 877 édifices catholiques ont été dégradées, selon des données du Service central de renseignement criminel (SCRC) de la gendarmerie couvrant 95% du territoire, citées par Le Figaro.

Lire aussi : Plusieurs statues de la Vierge Marie détruites dans le Béarn, le suspect admis en psychiatrie

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Sergio le

    Oui, les assaillants se sont trompés de bus. Non, personne n’a été arrêté. C’est bien cela, aucune plainte ne sera déposée. Voilà, circulez…

  2. Posté par finance le

    Honteux , cette histoire ! Les ordures sont partout maintenant . Faudra bien faire le grand ménage .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.