La France, République islamique en herbe

Dans ce pays qui fut un champion de la liberté d'expression, l'autocensure progresse en flèche.

"Cela fait cinq ans que je vais au commissariat tous les mois ou presque pour déposer une plainte pour menaces de mort. Pas pour insultes : pour menaces de mort". Marika Bret, journaliste à Charlie Hebdo 8 janvier 2020.

"Plus personne n'ose publier des caricatures de Mahomet. L'autocensure domine... La haine se dirige contre ceux qui s’opposent à la censure plutôt que contre ceux qui censurent. Sans parler de la psychiatrisation du terrorisme pour mieux disculper l'Islam. Si on nous avait dit au début des années 2000 qu'en 2020, une vingtaine de caricaturistes et d'intellectuels français seraient sous protection policière, personne ne l'aurait cru". - Pascal Bruckner, écrivain.

Une femme juive, Sarah Halimi, a été torturée et assassinée dans son appartement parisien par son voisin, Kobili Traoré, aux cris de "Allahu Akbar". Une cour d'appel a récemment décidé que Traoré, parce qu'il avait fumé du cannabis, n'était "pas pénalement responsable" de ses actes. Comme l'a dit le Grand Rabbin de France, Haim Korsia, ce verdict équivaut à un "permis de tuer des Juifs".

"Cinq ans après les tueries de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher, la France a appris à vivre avec la menace islamiste", a écrit Yves Thréard, rédacteur en chef adjoint du quotidien Le Figaro.

[…]

Suite en anglais : Gatestone Institute (10.01.2020)
Traduction Cenator

Un commentaire

  1. Posté par antoine le

    « Cinq ans après les tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, la France a appris à vivre avec la menace islamiste ».
    Puisqu’il y une vraie MENACE contre le peuple, que fait le gouvernement pourri et corrompu ?
    RIEN, à part museler les Gilets Jaunes et augmenter les taxes soi-disant écolo …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.