L’excellence scolaire des jeunes élèves d’origine asiatique

post_thumb_default

 

Barthélémy Courmont et Laurent Alexandre dans un entretien mené par Atlantico dialoguent sur l’excellence scolaire des jeunes élèves d’origine asiatique.

— Selon une étude de la sociologue du Cnam Yaël Brinbaum parue en décembre 2019, les enfants d’origine asiatique, et plus particulièrement les filles, se démarquent en France par leur surréussite scolaire. Comment l’expliquer ?

Barthelemy Courmont — Les résultats de cette étude qui a analysé les trajectoires de 30 000 enfants scolarisés sur une décennie sont spectaculaires en ce qu’ils indiquent que les enfants d’origine asiatique réussissent mieux que tous les autres groupes ethniques en milieu scolaire. Les filles comme les garçons asiatiques atteignent ainsi des taux de réussite au bac très élevés (92 % et 88 %), qui dépassent même les Français d’origine (nous entendons ici ceux qui sont Français depuis au moins trois générations) et les autres enfants appartenant à la deuxième génération de l’immigration. Idem sur le taux de redoublement, très faible, et dans les orientations vers des bacs généraux à très forte majorité. Cette étude n’offre cependant pas de précision sur les origines de ces « Asiatiques », l’Asie étant une entité aussi vaste que diversifiée. Gageons que les cas les plus étudiés sont des enfants qui appartiennent à la deuxième génération d’une immigration en provenance de Chine et du Vietnam en majorité, de pays comme la Corée ou le Japon ensuite. Il s’agit de pays de culture confucéenne, où l’éducation est mise en avant. On constate par exemple dans ces sociétés que le « savant » celui qui détient des diplômes ou exerce des fonctions dans l’éducation, est un personnage important et respecté, par exemple le lao shi (老師, professeur) chinois. Dans ces sociétés, le rythme scolaire est très soutenu et les jeunes suivent de nombreux enseignements en plus des heures de classe, pour conforter leurs connaissances ou apprendre de nouvelles matières, de la musique, du dessin, des langues étrangères, etc. Bien sûr, ces habitudes changent au contact de la société française, mais les habitudes demeurent et restent très présentes en particulier dès lors que les parents de ces enfants scolarisés en France ont reçu une éducation confucéenne.

Laurent Alexandre — On a un début de réponse. On retrouve chez les Asiatiques de l’est de très bons scores aux tests de QI. Le quotient intellectuel (QI) moyen en Asie de l’Est est très élevé : à Singapour et à Hongkong par exemple il serait 10 points au-dessus de celui constaté en France ou aux É.-U. (108 contre 98).

L’admission dans les grandes universités américaines utilisant systématiquement le test de mesure cognitive SAT qui est très fortement corrélé au test de QI, il est logique que les Asiatiques prennent beaucoup de places dans les grandes universités. Dans le classement PISA des élèves par pays, la Chine est désormais numéro 1 mondial. Les autres pays d’Asie de l’Est sont également très bien placés. Par ailleurs, il existe une forte pression exercée par les parents. Et les professeurs sont respectés… Les parents asiatiques veulent que leurs enfants gagnent la guerre des intelligences.

— Quelle que soit l’origine, les filles dépassent les garçons, sauf chez les descendants asiatiques où les deux sexes frôlent l’excellence. Pourquoi ?

Barthelemy Courmont — Dans les sociétés confucéennes, la réussite du garçon est primordiale. Il y a encore quelques décennies, on sacrifiait l’éducation des filles dans de nombreuses sociétés asiatiques au profit des garçons, quand les ressources familiales étaient limitées, parce que c’est le garçon qui va fonder un foyer, perpétuer le nom, et donc la famille, tandis que la fille quitte la famille au moment du mariage. La réussite des filles est donc secondaire. Cette approche traditionnelle, aujourd’hui confrontée à l’interculturalité et au développement, autant qu’à un accès plus facile à l’éducation, n’en demeure pas moins une réalité culturelle. La pression sociale reste ainsi très forte sur les garçons qui doivent réussir et, pour y parvenir, atteindre des performances scolaires. Ils sont ainsi poussés par leur famille. C’est sans doute ce qui explique que les garçons asiatiques réussissent aussi bien que les filles, contrairement à d’autres groupes ethniques, en tout cas pour ce qui est des personnes originaires de cultures confucéennes (Asie du nord-est surtout). Là encore, il serait intéressant de voir si les enfants originaires d’Asie du sud-est (hors péninsule indochinoise) ou d’Asie du sud (Inde surtout) offrent les mêmes résultats.

Laurent Alexandre — On observe que les filles sont plus appliquées que les garçons. Mais cet écart est nettement moins prononcé chez les Asiatiques. Il n’y a pas d’explications claires à ce phénomène.

— Les enfants d’origine asiatique sont surreprésentés dans les filières scientifiques. Il y a-t-il un rapport au prestige plus important dans la culture asiatique que dans la culture occidentale ?

Barthelemy Courmont — C’est à la fois le point fort et la limite de la pensée confucéenne appliquée au monde de l’éducation, comme le montrent très nettement des pays comme la Corée du Sud, le Japon et, de plus en plus, la Chine. Le système éducatif y est très dur, et les performances spectaculaires (la Corée du Sud se hisse régulièrement en tête des pays offrant les meilleurs résultats scolaires), mais les méthodes d’apprentissage privilégient souvent le bachotage plus que la réflexion [note du carnet : nous ne pensons pas qu’il y ait une incompatibilité entre les deux, en Occident on assiste surtout à des jeunes peu cultivés qui ressassent des stéréotypes à la mode, confondus avec de la réflexion. Il faut une bonne dose de connaissance pour pouvoir réfléchir par soi-même...].

Cela s’avère utile pour les sciences de la nature, moins pour les sciences humaines, où la réussite d’étudiants asiatiques est nettement plus faible [note du carnet : peut-être sont-elle justement peu valorisée — la revanche chinoise ne viendra pas de là — et n’attirent donc pas les meilleurs éléments ? Ajoutons que les Asiatiques se méfient de la philosophie européenne et ne considèrent pas important de préserver la culture classique européenne, cela diminue l’attrait des études non scientifiques dispensées à l’université.]. Ce n’est donc, à mon sens, pas tant une question de prestige que de technique d’éducation. Il est par exemple troublant de voir de jeunes Chinois être capables de réciter par cœur des poèmes anciens, parfois très longs. Mais ils n’ont pas pour autant une bonne connaissance de la littérature ni un goût prononcé pour les lettres. Ce qui était autrefois gage de réussite et de connaissance l’est moins désormais, a fortiori dans les sociétés occidentales où on apprend aux jeunes à réfléchir plus qu’à retenir, dans les sciences humaines en particulier. Notons par ailleurs que dans certains pays asiatiques, la Corée du Sud en particulier encore, les jeunes sont tellement poussés lors de leur enseignement primaire et secondaire qu’ils perdent l’envie d’apprendre une fois à l’université. Les sciences humaines, basées, sur l’envie d’apprendre, ne leur conviennent que rarement. Bien sûr, ces remarques doivent être nuancées, d’autant qu’elles concernent le système éducatif dans les sociétés asiatiques, et non la communauté asiatique de France. Mais là encore, cela ne saurait être sous-estimé. Imaginez une famille dont les deux parents ont été formés à « l’école coréenne ou japonaise ». Même s’ils en gardent un souvenir amer, il y a de grandes chances qu’ils reproduiront à une certaine échelle ce modèle sur leurs enfants.

Laurent Alexandre — Les descendants d’immigrés asiatiques sont effectivement surreprésentés parmi les bacheliers scientifiques (36 % des filles, 42 % des garçons) contre seulement un quart des Français d’origine. Les pays d’Asie de l’Est comme la Chine, où règne un spectaculaire consensus sur les modifications génétiques, la manipulation cérébrale et le déploiement de l’IA sont ultra favorables à la science. L’impérialisme technologique chinois est saisissant. La Chine est devenue la première puissance transhumaniste, loin devant les États-Unis, et ne trouve aucun obstacle sur sa route. La science est reine en Asie de l’est. À l’inverse, les sciences sont désormais méprisées en France. L’écologie a diabolisé le nucléaire, l’ingénierie, l’aviation…

— Le phénomène semble mondialisé. Peut-on supposer un facteur génétique ?

Laurent Alexandre — Il y a trois hypothèses. Soit, les Asiatiques travaillent davantage. Soit, ils ont un meilleur patrimoine génétique. Soit, ils ont une culture qui pousse davantage à l’excellence. Aucune de ces explications n’est politiquement correcte. Cela revient à dire que les cultures ne sont égales face à l’école ou que certaines communautés sont moins courageuses ou bien encore ont de moins bonnes caractéristiques génétiques. Personnellement, je pense que, quelle que soit la cause de ces disparités, il est nécessaire de les combattre. Cae derrière ces inégalités cognitives, il y a de grandes inégalités sociales : les polytechniciens gagnent mieux leur vie que les Bac moins 3. Cette supériorité intellectuelle des Asiatiques pose des problèmes politiques aux É.-U..

Les Américains d’origine asiatique sont 14,7 millions soit 4,8 % de la population américaine. Dès 2014, la célèbre université de Harvard a été attaquée en justice par une organisation d’étudiants asiatiques, « Students for fair admissions », pour ses préférences accordées aux candidats noirs, hispaniques et blancs,  aux dépens d’étudiants asiatiques plus méritants : en raison de cette politique, les Asiatiques représentaient seulement 19 % des étudiants admis, alors qu’ils atteindraient 43 % sur les seuls critères intellectuels et scolaires. Soit quasiment dix fois leur poids démographique ! 64 organisations asiatiques américaines reprochent désormais à Harvard et à d’autres prestigieuses universités de la Ivy League de fixer des critères d’admission plus élevés pour leur communauté, via une discrimination inversée.

À New York, le très prestigieux lycée Stuyvesant, qui ne sélectionne que sur examen d’entrée et ne pratique aucune discrimination en faveur des autres groupes ethniques, est ainsi asiatique à 72 %. Le sociologue Thomas Espenshade, de Princeton, a montré en 2009 que pour être acceptés dans les meilleures universités, les Asiatiques devaient en moyenne obtenir (sur un total de 2 400 points) 140 points de plus que les étudiants blancs, 270 points de plus que les « Hispaniques » et 450 points de plus que les « Afro-Américains » aux tests intellectuels SAT. La politique de discrimination positive a été pensée pendant les années 1960 pour aider les minorités raciales défavorisées. Elle affronte aujourd’hui une grave crise : les associations asiatiques sont convaincues que la politique de discrimination positive construite par les blancs pour aider les Hispaniques et les noirs est devenue un instrument pour réduire la place des Asiatiques.

Aux États-Unis, les différences économiques entre communautés deviennent gigantesques. Les statistiques gouvernementales montrent que les familles Asiatiques gagnent 81 431 dollars par an contre 65 041 pour les « Blancs », 47 675 pour les « Hispaniques » et 39 490 dollars pour les « Noirs » (US Census Bureau, Current Population Survey). Les Asiatiques gagnent donc 2,06 fois plus que les noirs et nettement plus que les blancs.

Certains généticiens réputés jettent de l’huile sur le feu et implorent l’opinion de rouvrir un autre débat miné : le lien entre notre race, notre ADN et nos caractéristiques y compris intellectuelles. Dans le New York Times du 23 mars 2018, David Reich — généticien de réputation internationale à Harvard — a défendu l’idée que nier les différences interraciales sera contre­productif et renforcera le racisme : « En tant que généticien, je sais aussi qu’il n’est [...] plus possible d’ignorer les différences génétiques moyennes entre les “races”. Il sera impossible — en fait, antiscientifique, stupide et absurde — de nier ces différences. » Je ne suis pas d’accord avec David Reich. J’ai expliqué dans « Le Monde » que je n’étais pas favorable à l’ouverture de ce débat.

En revanche, je suis favorable à une lutte déterminée contre les inégalités entre communautés.

La France connaît sans aucun doute également de grandes disparités d’accès aux grandes écoles et de revenus, mais l’interdiction des statistiques ethniques ne permet pas de les mesurer et d’y remédier : les sociologues et politiciens peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ils ne seront jamais perturbés par les criantes inégalités intercommunautaires ! Personnellement, je suis favorable aux inégalités positives pour diminuer les écarts intercommunautaires et donc aux statistiques ethniques pour les monitorer. Nous refusons de regarder en face les différences socio-économiques intercommunautaires. En croyant être bienveillants, nous nous empêchons en réalité de combattre les inégalités entre communautés.

Source

Voir aussi

Le nouvel exode blanc

QI, intelligence et confusion moyenne-variance

Les gènes influeraient sur la réussite. Mais alors qu’est-ce que l’égalité en éducation ?

Biologie — L’expression de 6 500 différences génétiques distinguent l’homme de la femme

Boris Cyrulnik : l’école valorise la docilité des filles et dévalorise la hardiesse des garçons

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Gérard Guichard le

    Oui, mais il doit y avoir dressage (façon Sans famille d’Hector Malot). On ne nous dit pas tout

  2. Posté par Vautrin le

    Regardez le phylum génétique des « groupes humains », et vous pourrez faire des déductions utiles. Il y a gros à parier qu’en dépit de ce qu’on veut nous faire croire, les différences génétiques ne font pas que distinguer des phénotypes raciaux. Il peut exister (à démontrer) qu’il y a aussi des différences de structuration du cerveau. Mais bien entendu, comme « on » a peur des résultats, qui risquent d’être très politiquement incorrects, toute recherche en ce domaine est interdite dans les pays occidentaux. Personnellement, cela ne me dérange pas que l’on établisse que certains groupes asiatiques aient plus de capacités fonctionnelles que les groupes caucasiens : nous avons inventé la science positive, ce qui montre que l’on peut toujours se surpasser par l’effort. En revanche, d’autres groupes phénotypiques semblent bloqués. Et, plus inquiétant, dans les races caucasiennes, on dirait que certains groupes subissent une décadence cérébrale, témoin le retour de la pensée mythique entérinée par les castes dirigeantes (délires climatolâtres, utlra-féminisme, perversions galopantes, perte de la capacité à instituer formellement des frontières etc.). Il y a du travail pour les générations de scientifiques à venir.

  3. Posté par Bussy le

    Le plan Kalergi des zélites européennes et de leurs maîtres oligarques mondialistes de métissage des peuples européens pour les rendre dociles va tourner au monstre fiasco, ce plan ouvrant une voie royale aux asiatiques, qui vont donc dominer l’Europe puis la planète.
    Mais comme tout vaut mieux que de s’abrutir avec idioties arriérées véhiculées par les envahisseurs actuels de l’Europe, une Europe dominée par les asiatiques ne semble pas si mal que ça !
    A moins que les Russes viennent nous aider, par peur de contagion, et ça ça serait encore mieux !
    Il y a de l’espoir !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.