Un millier de pompiers dans la rue à Strasbourg pour protester contre les agressions

post_thumb_default

 

Près d'un millier de pompiers ont manifesté à Strasbourg ce 17 janvier afin de protester contre leur insécurité quotidienne et contre les nombreuses agressions dont ils font l'objet lors de leurs interventions. Camions, sirènes hurlantes, casques et uniformes, les soldats du feu entendaient afficher fièrement leurs couleurs, et ont été applaudis par les passants à plusieurs reprises.

#Strasbourg Le cortège arrive place Broglie, une délégation de #pompiers@sdis67 va être reçue par @Prefet67#dnainfospic.twitter.com/h6WwFr22C9

— Antoine Bonin (@abonin_DNA) January 17, 2020

«Nous sommes là pour exprimer tout le désarroi qu'on peut avoir sur les agressions qui sont faites envers les sapeurs-pompiers», explique Yann Scheer, chef de la caserne ouest de Strasbourg. «On a le sentiment d'être pris pour cibles», déplore-t-il. «Avant on était parfois des dommages collatéraux d'interventions compliquées dans certains secteurs. Maintenant on est clairement pris pour cible, comme au Nouvel An», ajoute-t-il.

Trois pompiers poignardés par l'homme qu'ils venaient secourir

Le soir du Nouvel an 2020, de nombreux guet-apens ont été tendus aux pompiers de Strasbourg par des bandes violentes. Deux pompiers avaient été blessés par un jet de projectile ayant traversé la vitre de leur véhicule. Le 12 janvier, trois d'entre eux ont été agressés au couteau par un homme qu'ils venaient secourir, là aussi dans les environs de Strasbourg.

Ces agressions sont «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase» pour Christophe Elsaesser, le président de l'Union départementale des sapeurs-pompiers du Bas-Rhin, qui rassemble des pompiers volontaires. Celui-ci dénonce une situation qui empire depuis «des années». Selon une étude de l'Observatoire national de la délinquance, les agressions contre les sapeurs-pompiers auraient augmenté de 21% entre 2017 et 2018.

«Avant chaque intervention, on pense d'abord désormais à s'assurer de notre sécurité», regrette Yann Scheer. Selon lui, de plus en plus de pompiers réclament désormais d'être accompagnés par les forces de l'ordre lors de leurs interventions. Nicolas, pompier depuis quinze ans, fustige un «manque de respect de tout ce qui représente l'ordre public». «On n'est pas sereins, on sait que ça peut arriver n'importe quand, on est un peu démunis face à ça», déplore-t-il. En tête du cortège, plusieurs manifestants portaient un cercueil noir, sur lequel était inscrit «Touche pas à mon pompier» ou encore «Pour que cela n'arrive jamais dans le Bas-Rhin».

Marche contre les violences envers les sapeurs-pompiers à #Strasbourg. Solidaire de mes collègues #Pompiers67. #Soutien#TouchePasÀMonPompierspic.twitter.com/r1KZ9Es9MA

— Nathalie Fournaise (@NathWF) January 17, 2020

Les sapeurs-pompiers ont symboliquement déposé le cercueil devant le Palais de justice de Strasbourg, avant de s'étendre sur le sol durant plusieurs minutes, faisant les morts. Le message est clair : un drame risque un jour d'arriver, et la justice impuissante l'aurait alors sur la conscience. A l'issue de la manifestation, une délégation de pompiers a été reçue à la préfecture du Bas-Rhin.

Lire aussi : Manifestations du 5 décembre : en première ligne, les pompiers font reculer la police

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    Vivons nous dans un monde normal? NON! Car lorsque des malfrats s’en prennent à des SAUVEURS de vie, nous ne ne sommes plus dans le réel. Nous sommes dans une autre dimension.

    Et quand l’ETAT n’agit pas face au désarroi de ces hommes de courage, nous pouvons soupçonner nos élites de complicité avec les agresseurs.

    Ne pas administrer des peines sévères envers les barbares, ne pas les éloigner de la CIVILISATION en les exilant (îles kerguelen ou autres) ou en les renvoyant dans leur pays s’ils ne sont pas français, relève de la haute trahison. CAR LES POMPIERS FONT PARTIE D’UN CORPS D’ETAT .

     » L’acte ou l’action méritant la qualification de haute trahison est un crime qui consiste en une extrême déloyauté à l’égard de son pays, de son chef d’État, de son gouvernement ou de ses institutions. Ce crime est souvent associé avec celui d’intelligence avec l’ennemi » source (wikipédia)

    IL y a donc bien déloyauté des élites :
    – envers les membres (pompiers) d’un corps d’état qui protège l’état nation et son peuple , donc le pays,
    – une mise en danger (de ces pompiers) qui les engage à risquer leur vie face à des individus armés qui ont pour but de les tuer ou les handicaper,
    – et par conséquent l’abandon ou l’inertie de nos élites peuvent-être interprétés comme « tolérance envers l’ennemi » pouvant s’apparenter à « une intelligence avec l’ennemi ».

    Les pompiers sauront-ils OSER se défendre juridiquement?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.