Nuria Gorrite: Je veux former les jeunes à lire une presse de gauche

Nuria Gorrite: «Je veux former les jeunes à l’idée d’une presse payante»

[...]

6,2 millions à faire valider par le Grand Conseil

6,2 millions seront nécessaires pour ce plan d’action. Le gouvernement compte allouer durant cinq ans les moyens disponibles pour la mise en œuvre d’un décret spécifique, instituant des mesures de soutien à la diversité des médias. [...]

*****

Cenator : Les médias romands accusent régulièrement le gouvernement Orban de mainmise sur la presse, affirmant par là que la liberté de la presse est bafouée en Hongrie. /voir ici:, iciici:  etc...)

Mais lorsque la socialiste Gorrite annonce vouloir subventionner davantage la presse romande pour éviter des « catastrophes » comme la disparition du Matin et de l’Hebdo, et accessoirement instruire la jeunesse à lire la presse déjà orientée 100% à gauche, là, il n'y a plus aucun danger d’ingérence du politique dans le contenu journalistique. Donc, en bonne logique de gauchiste, « la possibilité de se former librement une opinion » existe en comparant entre eux les médias de gauche, mais lorsqu’en Hongrie une presse de droite et une presse de gauche coexistent, cela viole la liberté de se former une opinion.

Gorrite dit qu’elle ne croit pas que « les jeunes ne s’intéressent qu’à ce qui est gratuit ». En effet, si l’on fait passer à la caisse les contribuables pour financer la propagande de gauche, les jeunes lobotomisés vont aimer la presse payante, et même tous les gauchistes vont aimer la presse payante.
Gorrite rassure la population : le gouvernement socialiste financera avec l’argent des contribuables les annonces du service public et des offres d’emplois, nous obligeant ainsi à lire les journaux pour des infos incontournables.

Et pour pérenniser la presse de gauche, deux mesures vont s’ajouter à ce projet :

– « La formation de futurs journalistes serait aussi soutenue par la prise en charge des frais d’écolage pour les stagiaires. »

– « ... le gouvernement viendra avec un projet de loi pour pérenniser le dispositif d’appui à la diversité des médias, en modifiant la loi sur l’information.

Et bien entendu, Gorrite, avec l'intégrité propre à la gauche, ajoute :

Le Conseil d’Etat précise que ces mesures, qui ne doivent en aucune manière fausser la concurrence, respectent le principe fondamental de liberté rédactionnelle et éditoriale des médias.

Et comme chaque fois que la gauche est au pouvoir, elle va répandre le désastre chaque jour un peu plus sur la population.

« Premier canton suisse

Le canton de Vaud serait ainsi le premier canton suisse à offrir une aide à la presse. Sur le plan fédéral, le montant des aides indirectes, sous la forme de rabais de distribution, se monte à 50 millions de francs annuels, dont 30 millions dédiés aux quotidiens ou hebdomadaires locaux et régionaux, et 20 millions pour la presse associative. A ce montant s’ajoutent 73 millions de francs sous la forme d’un taux de TVA réduit et 5,3 millions affectés à la recherche dans le domaine des médias.

A l’échelon communal, la Ville de Lausanne est à l’origine d’une initiative engagée en matière d’aide à la presse écrite imprimée. En 2018, la municipalité annonçait renforcer l’information directe à la population par un partenariat avec l’hebdomadaire gratuit Lausanne-Cités, en y achetant un encart rédactionnel de quatre pages consacré à la Ville de Lausanne, 22 fois l’an, pour un coût de 170 000 francs et une durée de cinq ans. »

*****

Article complet:

Lire aussi :
Des mesures d’urgence pour aider la presse
Dix idées pour sauver la presse

Sur le même sujet : interviews de Nuria Gorrite et de Peter

Rothenbühler à la RTS (Forum) - et TJ du 19h30 du 16.01.2020

5 commentaires

  1. Posté par combattant le

    Gare au GORITTE chantait Brassens ?J’ai cru mal entendre,mais par contre notre tapioque,celle-ci,m’hérisse le poil.Quand je vous disait que la politique de GÔCHE par les femmes ou hommes,c’est du GRAND N’IMPORTE QUOI ! A balayer par un CYCLONE autorisé par la greta carbonne !

  2. Posté par antoine le

    Mme Gorrite :
     »Le Conseil d’Etat précise que ces mesures, qui ne doivent en aucune manière fausser la concurrence, respectent le principe fondamental de liberté rédactionnelle et éditoriale des médias. »
    – fausser la concurrence: celle-ci sera définitivement biaisée !
    – liberté rédactionnelle des médias : cette liberté sera bafouée ! La rédaction qui mangera dans la main de la gôche respectera la volonté de ses patrons !
    – liberté éditoriale des médias : on verra l’influence sur les gros titres et les sujets traités. Le pire sera l’omission de traiter des informations contraire au politiquement  »correct »

  3. Posté par Matelot le

    Et pourtant, si la presse et les médias romand en général étaient moins partiaux, leurs feuilles de choux se vendraient certainement mieux. Las, c’est systématiquement du gauchisme pro-migrant, bien que cela semble un peu passé de mode, c’est du pro-EU et maintenant, le gros truc, la nouvelle marotte, c’est le climat.
    Evidement alors que la population n’achète pas ou plus, car cette populace qui n’y comprend rien à rien est, semble t’il, un peu moins con ce que cette élite en pense.

  4. Posté par Bussy le

    Ce qui détourne les jeunes de la propagande, c’est pas le prix, c’est le contenu !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.