Le roi Abdallah II de Jordanie s’inquiète d’une résurgence de Daesh au Moyen-Orient

post_thumb_default

 

Le roi de Jordanie Abdallah II a fait part, dans un entretien accordé à la chaîne France 24, de ses craintes concernant la situation de plus en plus tendue au Moyen-Orient. «Ce qui m'inquiète le plus, c'est la résurgence et la montée en puissance [du groupe terroriste] Etat islamique au cours de l'année, pas seulement dans le sud-est syrien mais aussi dans l'ouest de l'Irak», s'est confié le monarque. «Cela va devenir un problème pour Bagdad, et nous devons être là pour aider les Irakiens à gérer cette menace pour nous tous, pas seulement pour la région mais aussi pour l'Europe et le monde entier», a-t-il ajouté.

Partant, la lutte contre Daesh fait partie des sujets de discussions entre les autorités jordaniennes et les dirigeants occidentaux. «Nous devons préserver la cohésion de la coalition internationale contre le terrorisme», a ainsi déclaré en conférence de presse le ministre jordanien des affaires étrangères Ayman Safadi, à l'issue d'une rencontre à Amman avec son homologue allemand Heiko Maas, ce 12 janvier. Le diplomate jordanien a affirmé que «toute division en son sein serait une opportunité pour les terroristes de s'infiltrer dans le vide créé».

Ces propos s'inscrivent dans un contexte compliqué pour la coalition internationale contre Daesh sous commandement américain, dont fait partie la Jordanie : en pleine crise irano-américaine et alors que les Etats-Unis ont mené des frappes sur le territoire irakien, le Parlement irakien a enjoint l'armée américaine à quitter son territoire.

«Ce qui se passera à Téhéran aura des conséquences pour Bagdad, Amman, Beyrouth»

Dans son entretien à France 24, Abdallah II s'est également ému des tensions extrêmes entre les Etats-Unis et l'Iran, suite à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par un drone américain à Bagdad, le 3 janvier. «Ce qui se passera à Téhéran aura des conséquences pour Bagdad, Amman, Beyrouth, et pour le processus de paix israélo-palestinien», met-il en garde. «Jusqu'à présent, il semble que nous assistions à une désescalade. Nous espérons que cette tendance se poursuivra», estime-t-il pour autant, affirmant dans la foulée que «dans les prochains mois, nous pourrons trouver le ton juste pour la région, afin de faire baisser la température».

Le roi de Jordanie est d'ores et déjà attendu à Bruxelles, Strasbourg et Paris dans les jours qui viennent, afin de rencontrer plusieurs dirigeants européens.

Lire aussi : Libye : Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar à Moscou pour signer un cessez-le-feu

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.