Pour 2020, la fin du monde!

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens
post_thumb_default

Bonne année - ce sera la dernière.

file-20190621-61767-19c6l8d.jpg

2020, bien mieux que 2012 et les imbécilités du Calendrier Maya, sera la marque de grandes catastrophes dont certains esprits supérieurs ont déjà devinés l'imminence. Elles pourraient marquer la fin de la civilisation telle que nous la connaissions. Voilà donc une petite partie de ce qui nous attend cette année:

[Les] grandes villes européennes sont englouties sous la mer montante, alors que la Grande-Bretagne est plongée dans un climat «sibérien». Conflit nucléaire, méga-sécheresses, famine et émeutes généralisées éclatent à travers le monde.

Un changement climatique brutal peut amener la planète au bord de l'anarchie alors que les pays développent un arsenal nucléaire pour défendre et sécuriser un approvisionnement en déclin en nourriture, en eau et en énergie. La menace contre la stabilité mondiale éclipse largement celle du terrorisme, affirment les experts.

Les perturbations et les conflits seront des caractéristiques endémiques de la vie sur terre. [En 2020], Encore une fois, la guerre définit la vie humaine.

Vous n'avez pas les pieds mouillés? Vérifiez donc à deux fois.

Évidemment, vous pourriez croire, en regardant au dehors, où tout est calme, que le texte ci-dessus n'est qu'un ramassis d'âneries écrites par de mauvais auteurs de science-fiction.

Vous auriez tort.

Il s'agit d'un petit extrait d'un rapport "scientifique" (les guillemets sont de rigueur) émis par les plus brillants esprits de notre temps, des experts travaillant ou consultés par le Pentagone sur le sujet du réchauffement climatique. D'ailleurs, les rédacteurs finaux du rapport proprement dit, Peter Schwartz, consultant de la CIA et ancien chef de la planification au Royal Dutch / Shell Group, et Doug Randall du Global Business Network en Californie, déclarent que le changement climatique "devrait être élevé au-delà d'un débat scientifique pour devenir un problème de sécurité nationale américain".

Bon, allez, je vous donne la clef de l'énigme. Tout ceci est authentique, le document entier est disponible ici (en anglais), mais le rapport date de 2004.

Voilà tout simplement comment les auteurs et les experts consultés imaginaient de façon plausible l'évolution du monde pour les seize ans plus tard. Greta Thunberg venait à peine de souffler sa première bougie, mais le Monde était déjà promis à sa fin.

En 2004, 2020 semblait loin. Le rapport fut présenté à la Maison Blanche, occupée par un certain George W. Bush à l'époque, et eut même droit à son attention dans les médias. En février 2004, le quotidien anglais de gauche The Guardian et bien d'autres se firent l'écho de ce rapport secret du DoD (Department of Defense) prévoyant une catastrophe climatique seize ans plus tard.

Nous y sommes, et bien entendu la catastrophe n'est pas là. Le catastrophisme, lui, ne s'est jamais aussi bien porté.

C'est ainsi que fonctionne la magie du réchauffement climatique. La planète et l'humanité sont vouées à l'apocalypse "si on n'agit pas tout de suite", "si on ne fait pas plus" on se plaint sans cesse que "les mesures  prises sont clairement insuffisantes" ; et d'ailleurs "c'est maintenant le dernier moment pour agir"... Air connu, pour ceux qui connaissent la chanson.

Année après année, décennie après décennie, les mêmes phrases se répètent. Il n'y a que ceux qui les entendent pour la première fois pour ne pas comprendre qu'elles sont creuses.

N'excusons pas ce rapport comme un texte lancé à la va-vite promettant des catastrophes surgies de nulle part à dans un horizon perçu comme lointain. La catastrophe annoncée arrive année après année à un rythme soutenu:

La sécheresse persiste pendant toute la décennie dans les régions agricoles essentielles et dans les zones autour des principaux centres de population en Europe et dans l'est de l'Amérique du Nord. Les températures annuelles moyennes chutent jusqu'à 5° Fahrenheit en Asie et en Amérique du Nord et jusqu'à 6° Fahrenheit en Europe. Les températures augmentent jusqu'à 4° Fahrenheit dans des zones-clés de l'Australie, de l'Amérique du Sud et de l'Afrique australe. Les tempêtes et les vents d'hiver s'intensifient, amplifiant l'impact des changements. L'Europe de l'Ouest et le Pacifique Nord sont confrontés à des vents d'ouest renforcés (...)

2012: une sécheresse sévère et le froid poussent les populations scandinaves vers le sud, et sont repoussées par l'UE. Le sud-est des États-Unis et le Mexique sont envahis par un flot de réfugiés venus des Îles Caraïbes.

2015: Le conflit au sein de l'UE concernant l'approvisionnement en eau et en nourriture entraîne des escarmouches et des relations diplomatiques tendues 2018: la Russie rejoint l'UE, fournissant des ressources énergétiques.

2020: Migration des pays du nord comme la Hollande et l'Allemagne vers l'Espagne et l'Italie. [Ne me demandez pas pourquoi...]

En fait, dans la droite ligne du film-catastrophe de propagande Le Jour d'Après de Roland Emmerich, le rapport prévoit dès 2004-2005 "des inondations généralisées dues à une élévation du niveau de la mer" qui "vont provoquer des bouleversements majeurs pour des millions de personnes"...

Le tout alors que le monde réel avait déjà commencé sa pause de 17 ans sans réchauffement, ce qui n'a jamais empêché les croyants (et les scientifiques malhonnêtes) d'en voir partout la marque.

Mais Internet n'oublie pas. L'eau a coulé sous les ponts depuis le Protocole de Kyoto en 1995. Le flot de prévisions alarmistes ne s'est jamais interrompu depuis vingt-cinq ans ; les spectateurs de la RTS ont droit à leur petit reportage de propagande quasiment tous les soirs. Il n'empêche: par la seule force du temps qui passe, les échéances des catastrophes prévues n'en finissent pas d'arriver et de montrer le ridicule de leurs auteurs et de tous ceux qui les ont suivis sans le moindre esprit critique.

La leçon a tout de même été apprise ; désormais, les "scientifiques" évoquent plus souvent des échéances plus lointaines encore pour leurs prédictions catastrophistes, jusqu'à 2100. Quitte à se couvrir de ridicule et devenir la risée de tous, autant que ce soit à titre posthume.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 9 janvier 2020

12 commentaires

  1. Posté par Palador le

    ça fait depuis que l’acteur américain avait annoncé comme farce la guerre des mondes dans les années 50….on est toujours là

  2. Posté par JeanPaul le

    On critique la gauche, avec raison, mais on évite de parler de certains fous dangereux qui sévissent à droite, comme Erdogan, Poutine, Bolsonaro….

  3. Posté par Marc le

    Ce virus passé, ce sera business as usual! Les bourses vont remontées en flèches, les riches vont presser les pauvres, les gauchistes vont demander plus de requérant pour…. remplacer les morts (certainement), Greta va nous pomper avec son changement climatique, les patriotes vont toujours et encore se faire traiter de tous les noms, la presse va nous mentir à tour de bras et les méchants seront toujours les mêmes.
    Aucun changement en vu !

  4. Posté par Baechler Beat le

    No comment… sauf qu’en cette mi-mars 2020, il y a un petit imprévu un brin viral qui souffle et traverse la Suisse… Qui certes, ne cautionne pas les propos enflammés et trop emportés de cetains. N’en demeure pas moins que la mondialisation ne facilite pas la vie des individus et des sociétés, autant que cela était espéré…

  5. Posté par Marc le

    @Cenator vous avez raison, la catastrophe ne va pas venir de la météo, des bombes des guerres du froid du chaux ou autres mais du gauchisme/socialisme et de la crédulité de la population. Le paradis était là sous nos pieds, 25% de population en moins en Suisse et nous avions le pays le plus beau du monde, le plus prospère et le plus attirant. Mais non il fallait que les socialistes menteurs (certainement naïf) chamboule tout pour en faire un pays mondialisé, multiculturel sauvage (pas mieux que le capitalisme sauvage) surpeuplé qui va bientôt devenir ingérable comme d’autres pays/villes d’Europe (ou d’Afrique). Dommage, mais c’est comme ça…

  6. Posté par miranda le

    Ca fait du bien de lire cet article et tous ces commentaires.
    Le « MARCHE » du catastrophisme a de beaux jours devant lui puisque ceux qui le répandent sont inféodés consciemment ou inconsciemment au pouvoir mondialiste..

    Cela ne suffit de provoquer « un abattement des consciences en faisant venir l’immigration-invasion destabilisante psychologiquement et économiquement dans une majorité de pays, il
    leur faut encore en rajouter à l’abattement pour que les gens ne se sentent plus en sécurité nulle part.
    Et surtout pour que « le gentil et souple cerveau du citoyen  » SE PREPARE A L’IDEE DE L’EXIL PERPETUEL étant attendu que l’homme devienne un travailleur nomade déplaçable et corvéable à souhait..

    N’oublions pas qu’à cette insécurité « climatique » ils ajoutent de l’insécurité sociale en introduisant dans nos sociétés des individus dangereux (très peu sanctionnés) ce qui engendre une hausse de la criminalité qui insécurise encore davantage.
    TOUT EST BON, non pas seulement dans le catastrophisme climatique et autres, mais surtout TOUT EST BON DANS L’INSECURISATION DE L’INDIVIDU.

    Ca nous donne une idée assez claire de « l’affection » que ressentent ces destabilisateurs envers les peuples. Sont-ils seulement capables d’en avoir envers leur propre entourage?

    Une question: Si le changement climatique s’annonce aussi catastrophique qu’ils nous le disent, pourquoi ne SONT-ILS PAS en train de nous y préparer QUOTIDIENNEMENT avec des idées protectrices et innovantes? Curieusement ce sont des petites sphères écolo qui s’en préoccupent et qui essaient de véhiculer leurs idées. Ca veut dire quoi?

  7. Posté par Saint-Martin Agnès le

    Notre planète brûle, Californie, Canada, Amazonie, Sibérie, Afrique, Australie, Portugal, Grèce… Ailleurs des trombes d eau emportent tout parce que l eau déboule depuis le haut des montagnes vu qu il n y a plus de glaciers pour la scotcher… Mais tout va bien ! La fin de ce système, quelle bêtise ! On recule l âge de la retraite parce qu on va vivre de plus en plus vieux… La 10G nous permettra de communiquer comme jamais, bientôt on ira planter des poireaux sur Mars… Chouette!

  8. Posté par aimé blum le

    ceux qui ont les moyens peuvent se réfugier à Monaco et en Suisse; voir en Alsace !

  9. Posté par blum le

    pourvu qu’on continue de payer nos retraites;dans ce cas la fin du Monde est plus supportable !

  10. Posté par antoine le

    Al Gore le menteur prévoyait, dans sa boule de cristal en 2006, une élévation de 6-7 mètres du niveau des océans, la mort des ours polaire et la fonte quasi total de la calotte polaire arctique tout cela pour une échéance de 10 ans !
    http://www.wikistrike.com/2015/09/al-gore-le-nobel-menteur-sauveur-de-planete-et-milliardaire-du-carbone.html
    – Le niveau des océans monte de 1 à 2 mm par an soit 1 à 2 cm en 10 ans !
    – La population des ours polaire à passé de 5’000 à 20’000 individus, donc le contraire d’une extinction.
    – etc …
    La catastrophisme est une marchandise qui se vend très bien surtout dans les journaux gratuits et le TJ 19H30 de la RTSocialiste !
    Il serait tend de condamner tous les merdias qui diffusent de fausses informations !
    Pour l’éducation des jeunes générations, il serait tend d’ INFORMER des nombreuses erreurs contenues dans le film d’Al Gore (voir le jugement en UK), de lire Le Roy Ladurie (Histoire du climat depuis l’an mil), M. Gervais (l’urgence climatique est un leurre) et M. Pont (Le vrais, le faux et l’incertain), etc …
    Il serait judicieux de comparer les simulations faites il y a 40 ans et les mesures réelles des températures.
    Cela permettrait de faire passer un message honnête !
    Actuellement, l’enseignement est aux mains de la gôche Mme Torracinta (PS) à Genève, Mme Amarelle (PS) dans le canton de Vaud. Il faut que cela cesse et soit organisé avec un tournus des différents partis politiques !

  11. Posté par Cenator le

    Pour la première fois depuis que je vous lis, je ne suis pas d’accord avec vous.
    C’est vrai, l’expérience nous enseigne en Occident qu’après chaque crise d’hystérie gauchiste (antinucléaires, mai 68, groupes contre l’armée, Indignés, etc…), la mode passe et ils inventent d’autres prétextes pour mobiliser la population. Les lubies de la gauche, c’est comme une grippe saisonnière : en juin, on n’y pense plus.
    Sauf qu’ici, nous avons affaire à autre chose. L’épidémie est plus dévastatrice, parce que le « corps » occidental est usé et affaibli. Et même si, dans quelques années, la vérité va éclater au grand jour, même si plus personne ne pourra nier la manipulation massive de l’information, l’endoctrinement mensonger de toute une jeunesse, la « gauchisation » de la vie politique, des médias, de la finance… tous devront plier le genou. En effet, dans dix ans, il sera trop tard à cause du remplacement de population et à cause de tout ce que la gauche aura produit durant ces années : dettes stratosphériques, lavage de cerveau dans l’enseignement et la science, justice corrompue, faillite du système de retraites, armée et police noyautées…
    Cette fois, nous n’allons pas nous en sortir indemnes, j’en suis malheureusement persuadé.

  12. Posté par Fabien le

    C’est comme la théorie du « il n’y aura plus de pétrole dans 40 ans », nos médias sont enchantés par l’alarmisme de gauche. Et le plus impressionnant, c’est qu’à chaque fois ça marche…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.