Blackout de la RTS sur les émeutes du Nouvel An

Cenator : Alors que les nouvelles concernant l’état de guerre créé dans des villes d’Europe occidentale par la diversité et l’extrême gauche la nuit du Nouvel An 2020 se font toujours plus nombreuses sur internet, la Radio Télévision Socialiste diffuse sa propagande de gauche habituelle imperturbablement, sans en piper un mot. Le comble, c’est que, périodiquement, la RTS accuse le gouvernement « d’extrême droite » hongrois de contrôler les médias.

Déjà lors de la Saint-Sylvestre 2015/2016, une vague d’agressions avaient été commises par la diversité à Cologne et ailleurs en Europe mais avaient été passées sous silence par les médias suisses. La RTS avait décidé de les ignorer tant que c’était possible.

Actuellement, il y a un rideau de fer de l’information qui s’est installé entre l’Europe de l’Est et de nombreux pays de l’Europe de l’Ouest. En Suisse romande, la situation est spécialement grave.

Nous traduisons ici quelques passages du TJ de la chaîne hongroise M1 sur les événements de Nouvel An dans plusieurs villes européennes où la diversité utilise maintenant cette fête comme une démonstration de force pour illustrer leur mépris pour notre civilisation et leur désir de domination sur nous.

Les reportages télévisés hongrois sont ensuite analysés par des spécialistes. Il ne s’agit nullement d’une simple série d’images-choc diffusées les unes après les autres, mais elles sont suivies de réflexions qui sont totalement absentes chez nous.

**********

TJ du 2 janvier, 19:30

M1 - Híradó 2 janv. 2020 19:30

https://www.youtube.com/watch?v=GiihnHw4rKg (0:42 - 7:12)

État de guerre en Europe de l’Ouest dans plusieurs villes dans la nuit de St-Sylvestre

[…]

Interview de la correspondante en Allemagne, Tünde Volf-Nagy (TVN) (3:30 - 7:12)

Journaliste M1: C’est beaucoup plus grave qu’il ne nous avait semblé au début. C’est une véritable de guerre de rue.

TVN : Et cette guerre de rue qui n’est pas causé entre de jeunes fêtards avinés et les policiers qui essaient de mettre de l’ordre. Il s’agit de jeunes hommes avec un background de migration, provenant d’autres cultures. Dans les vidéos, nous pouvons clairement identifier cette population. Délibérément, ils attaquent les policiers et tous ceux qui représentent l’ordre de l’État, pompiers, ambulances.

Le but est de prouver qu’ici, dans leurs rues, ce sont eux qui commandent. Ils montrent qu’ils ne laissent pas des représentant de l’État décider pour eux ce qu’ils ont le droit de faire et à quel endroit. En ce sens, c’est réellement un état de guerre entre ces deux fronts.

Ne nous leurrons pas : la plupart de ces jeunes migrants n’ont pas grand-chose à perdre.

Dans une des vidéos on entend un homme dire : De toute façon, ils ont refusé ma demande d’asile, peut-être que dans trois mois, je devrai partir d’ici. Donc il n’a pas grand-chose à perdre. S’il est arrêté, il devient inexpulsable pendant la durée de l’enquête et cela lui permettra de prolonger son séjour en Allemagne.

Donc, ce qu’on voit sur les vidéos, ce ne sont pas de simples troubles de la Saint-Sylvestre mais de graves problèmes d’intégration.

Journaliste M1: Est-ce que les politiciens acceptent comme une nouvelle normalité le fait que cela devienne un danger de mort de circuler dans certains endroits, non pas seulement à la Saint-Sylvestre mais aussi le reste du temps ?

TVN : Les politiciens ont réagi avant tout aux événements de Leipzig. Horst Seehofer, le ministre de l’Intérieur, a parlé du policier blessé. Il a critiqué vertement le terrorisme de l’extrême gauche. Mais sur internet et dans certains milieux politiques, l’opinion a fait surface que ce sont les policiers qui ont provoqué les fêtards, en se montrant trop durs avec les jeunes migrants.

A Berlin, la police a choisi la stratégie la communication à la Saint-Sylvestre pour éviter les accusations. Ils ont alors reçu plus de 400 messages sur Twitter en peu de temps et ont été inondés de débilités du genre : « Il faut venir emmener ma belle-mère, je ne la supporte plus » ou « Une personne a attrapé un pigeon et l’a mis dans sa poche ». Parmi tout ce fatras, des messages d’appel d’urgence et des signalements d’attaques se sont perdus.

Avouons également que ceux qui se demandaient si l’État allemand était encore souverain dans les no-go zones n’ont maintenant plus de doutes sur la réponse.

Et les gens ont compris même plus. Ils réalisent que même si dès demain, la politique migratoire prenait un tournant à 180 degrés et fermait les frontières en stoppant l’entrée à toute immigration, il n’en resterait pas moins que ceux qui sont déjà là – non seulement ceux qui vivent en Allemagne depuis des décennies mais aussi les immigrés de fraîche date – pensent tous qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent, ils sont devenus inexpulsables. C’est-à-dire que même si demain il y avait un changement dans la politique migratoire, le problème est bien installé.

Journaliste : Cela vaut la peine de visionner les vidéos, merci.

*****

TJ du 3 janvier, 08:00

M1 - Híradó 2020.01.03. 08:00

https://www.youtube.com/watch?v=0A5OZJCsU0E

Présentateur :

(1:00) Des vidéos amateurs sont postées sur internet les unes après les autres suite aux événements de la Saint-Sylvestre, dont la plupart se sont déroulés dans des quartiers habités par des immigrés : voitures en feu, gangs locaux qui se tirent dessus entre eux ou tirent sur les policiers, les pompiers, les ambulanciers.

De plus, en Allemagne, des bandes de l’extrême gauche ont attaqué la police. À Leipzig, ces attaques ont fait plusieurs dizaines de blessés. Les médecins luttent depuis deux jours pour sauver la vie d’un policier.

Reportage :

(1:30) Des dizaines de milliers de personnes ont fêté le Nouvel-An à la porte de Brandebourg à Berlin et admiré le splendide feu d’artifice. Mais en même temps, un peu moins au centre, c’est une tout autre ambiance, une ambiance de guerre qui dominait les rues.

D’autres images viennent des quartiers de Cologne où il y a une concentration de migrants. Normalement, il est interdit par la loi depuis janvier 2019 déjà d’utiliser des feux d’artifices durant le St-Sylvestre, car en banlieue cela avait dégénéré en scènes de guerre à plusieurs reprises. En plus, des attaques avaient visé expressément les forces de l’ordre.

Cette année, malgré l’interdiction, rien n’a changé. Les bandes ont visé avec des feu d’artifices des piétons, des voitures et les maisons environnantes. Beaucoup ont tiré dans tous les sens avec des pistolets d’alarme. Ils ont également tiré sur les pompiers. Des situations de chaos similaires ont prévalu dans le quartier de Schönenberg à Berlin.

L’année passée, les policiers dépêchés sur place avaient été attaqués. Cette année, c’était encore pire : les semeurs de trouble avaient bien préparé leurs attaques. Les policiers envoyés sur place ont assistéimpuissants au déchaînement, des attaques contre les voitures et commerces. En dépit de l’interdiction, les explosions ont duré toute la nuit.

Personne n’était à l’abri. Les habitants du quartier, les voitures qui circulaient, et même les femmes avec poussettes étaient pris pour cibles.

Les événements les plus graves se sont produits à Leipzig, dans le quartier de Konevitz. Plusieurs policiers ont été attaqués par des groupes d’extrême gauche violents, qui ont jeté contre eux des bouteilles, des pétardes et ont tiré des feu d’artifices directement sur eux. Un policier de 38 ans a perdu connaissance après avoir été touché par une fusée et a été hospitalisé avec des blessures graves.

Neuf personnes ont été arrêtées jusqu’ici.

Des nouvelles semblables nous sont parvenues de Francfort, de Hambourg et d’autres villes.

*****

TJ du 3 janvier

M1 - Híradó 3 janv. 2020

https://www.youtube.com/watch?v=rHjEFZy0ueI

Incendies et émeutes pour la Saint-Sylvestre dans des villes de Belgique et de France

Présentateur :

Plus de 200 personnes ont été arrêtées suite aux scènes de guerre qui se sont déroulées durant la Saint-Sylvestre. Dans les villes criblées de no-go zones, les autorités sont impuissantes face aux immigrants.

Reportage :

De jeunes migrants ont incendié des centaines de voitures. Des voitures de police ont également été attaquées.

A Strasbourg, le maire socialiste admet que la violence dans les villes augmente.

À Paris, des voitures brûlent.

(1:43) Un policier à terre est battu brutalement par la diversité, qui l’a fait chuter de sa moto (voir aussi la note en fin d’article). Ses collègues arrivent en courant et tirent pour lui sauver la vie. Nous ignorons le lieu de cette attaque. Il semble que les policiers ne soient même pas équipés de balles réelles, car personne ne tombe après les tirs.

Les vitrines sont systématiquement cassées par la racaille.

Les gens ne sont même pas surpris. À Molenbeek, un homme dit que les gens ne font que s’amuser. Il affirme que tout est de faute aux policiers qui interviennent et empêchent les jeunes de s’amuser et il demande au journaliste hongrois : « C’est à qui la faute s’il y a un problème ? »

*****

Ndlr : voir ici une série de vidéos tournées dans plusieurs villes de France. Sur la septième de ces vidéos, postée par « Punarutthana », on voit mieux cette scène où le policier motard est agressé. Noter aussi la huitième et dernière vidéo, postée par « Alex », où une racaille locale fait une espèce de visite guidée de l’émeute.

3 commentaires

  1. Posté par Palador le

    Comme d’habitude les médias suisses vont nous parler de ski et du méchant Trump. Mais silence radio sur le calvaire des Chrétiens et l’état quasiment de guerre civile en France. Pas touche aux clandestins ! Sacré journaleux !

  2. Posté par Jean Durand le

    La situation médiatique en Europe occidentale est désespérée, elle est irrécupérable. La seule chose qu’on peut espérer est que leur audimat baisse grâce à une prise de conscience par le grand public qu’on leur manipule. Je ne cesse pas d’en parler autour de moi.
    Une autre chose hautement souhaitable est l’avènement d’un média grand public s’adressant aux conservateurs, comme on en a quelques-uns aux US.

  3. Posté par antoine le

    C’est lamentable … nos gouvernements pourris et corrompus sont COMPLICES de cet état de fait !
    Pour ne PAS rétablir l’ordre, pour ne PAS intervenir, pour ne PAS appliquer les lois en vigueur, nos lâches gouvernements me dégoute !
    Cessons de payer nos impôts pour ces inutiles !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.