Bientôt un gouvernement d’extrême gauche en Espagne ?

post_thumb_default

 

C’est la première fois depuis le rétablissement de la démocratie après la mort du général Franco que le parti socialiste espagnol (PSOE) s’apprête à former une coalition avec l’extrême gauche, et c’est aussi la première fois qu’il compte s’appuyer sur le soutien de partis séparatistes et d’héritiers de l’ETA, se lamentait le quotidien El Mundo dans son éditorial du 31 décembre. Ce sera le premier gouvernement social-communiste depuis la Deuxième République, remarquait déjà la veille le quotidien ABC en estimant que le futur exécutif se caractérisera par son revanchisme plus encore que par son progressisme, et qu’il met en danger le consensus de la transition démocratique des années 70-80.

Les manœuvres de Pedro Sánchez pourraient bien aboutir à la formation d’un gouvernement avant l’Epiphanie, et ce gouvernement rappellera effectivement fortement le Front populaire de 1936, même si l’on n’en est pas encore à tuer les prêtres comme en cette période sombre de l’histoire espagnole qui précéda la guerre civile. Le PSOE aurait pu choisir de négocier un gouvernement « constitutionnaliste » avec le PP mais il a préféré poursuivre dans la voie sur laquelle il s’était engagé au printemps 2018 en renversant le gouvernement de Rajoy avec les voix de l’extrême gauche et des séparatistes, renouant ainsi dans une certaine mesure avec sa tradition des années 30, quand il était un parti antiespagnol et antidémocratique.

Au programme

Les militants de la Gauche républicaine catalane (ERC), un parti séparatiste, doivent voter le jeudi 2 janvier le soutien ou non à ce gouvernement d’extrême gauche. Les leaders d’ERC se disent sceptiques vis-à-vis du Premier ministre mais estiment qu’il faut saisir la chance qui s’offre à eux : « c’est une opportunité dont l’indépendantisme doit profiter », a déclaré le porte-parole d’ERC en conférence de presse. Un signal leur est envoyé avec le parquet qui demande à la Cour suprême la libération du dirigeant séparatiste catalan Oriol Junqueras, condamné à 13 ans de prison pour sédition, afin de lui permettre de prendre possession de son siège de député au Parlement européen. Le parquet espagnol s’appuie pour cela sur un récent jugement de la Cour de justice de l’UE reconnaissant la validité de l’élection de Junqueras malgré sa condamnation en Espagne.

Au programme du futur gouvernement Sánchez : nouveau transfert de compétences en faveur du Pays basque et de la Catalogne, ouverture d’un dialogue « entre gouvernements » sur la ligne Madrid-Barcelone (où gouverne l’indépendantiste Quim Torra, ouvertement hispanophobe), hausse des impôts, annulation de la réforme du droit du travail de Rajoy, interdiction des écoles privées non mixtes, développement de l’éducation sexuelle à la mode LGBT, exclusion des notes de l’option catéchisme du calcul des moyennes des élèves, légalisation de l’euthanasie et lois féministes, dont une promesse de loi sur le consentement sexuel en vertu duquel tout acte sexuel avec une femme non précédée d’un « oui » de cette dernière sera considéré comme un viol. Va-t-on donc mettre tout le monde sur écoute ? Deux promesses encourageantes toutefois : celle d’empêcher l’accès des mineurs à la pornographie et celle de refuser la légalisation des mères porteuses. Reste à voir si elles seront tenues. •

Cet article Bientôt un gouvernement d’extrême gauche en Espagne ? est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    Une nouvelle guerre d’Espagne en perspective ?

  2. Posté par Vautrin le

    Les gauchistes espagnols vont provoquer FATALEMENT une nouvelle guerre civile. La gauche, partout, porte la guerre civile dans ses flancs comme la nuée porte l’orage. Et comme en 1939, elle sera vaincue. ¡ Arriba España !

  3. Posté par Dominique le

    Laissons la gauche espagnole doctrinaire appauvrir rapidement leur pays afin que les Espagnols comprennent au plus vite qu’ils auraient du élire un autre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.