Le rap et le racisme anti-Blancs. Y a-t-il  aujourd’hui un racisme anti-Blancs toléré, admis?

Uli Windisch
Rédacteur en chef

 

Le rap et le racisme anti-Blancs. Y a-t-il  aujourdhui un racisme anti-Blancs toléré,admis?

 

C’est un vrai problème, tout à fait réel et grave, même très grave. Pourquoi ? Car il y a une sorte de tolérance envers des discours qui relèvent en réalité de la criminalité et qui sont fréquemment relativisés, même par la justice, par les acteurs politiques et les autorités ; on nous dit qu’il faut les prendre au second degré, que c’est même de l’art, de la poésie, que ça relève de la liberté d’expression, etc., et on ne se rend pas compte  – et là est le point essentiel – des effets de ce genre de discours, de leur impact. Il n’y a jamais de réaction ferme, intransigeante et réellement punitive contre ce genre de discours. Il faut   tout de même rappeler ce qui est dit concrètement par certains de ces rappeurs, car beaucoup de gens ne le savent pas, ne le retiennent pas ou n’osent pas l’écouter tellement c’est horrible, criminel.

Il y a eu récemment une polémique en France à propos d’une journaliste, musulmane mais laïque, Zineb El Rhazoui, qui a dit que quand des racailles tendaient des guets-apens aux policiers et que leurs voitures étaient brûlées, et même certains tués, il ne fallait pas hésiter à « tirer à balles réelles ». Ô scandale ! Un rappeur réagit et dit qu’il faut pourrir la vie de cette journaliste et profère de graves menaces. Il la traite de « gestapute », la diffamme, et exhibe un drapeau noir avec une tête de mort, ce qui est assimilable à des menaces de mort.

Les autorités ou la Justice ne sont guère intervenues, mais il y a eu – ce qui est hautement significatif – un sportif bien connu, Patrice Quarteron, qui a réagi à ces propos. Lui-même est musulman et il a eu les réactions qu’il faut avoir par rapport à ce genre de propos. Il a dit à ce rappeur : « Je t’annonce aujourd’hui : qu’il arrive le moindre problème à cette jeune femme, je balance l’adresse de ta femme, de tes enfants, de toute ta famille, de ton père, de ta mère. Je te le promets devant Dieu, le jour où il lui arrive quoi que ce soit, tu vas payer les conséquences, lourdes. » Il a aussi menacé de balancer des dossiers le concernant. C’est évidemment une réaction qui va faire réfléchir : cette fois la peur est inversée, les menaces sont inversées, mais c’est une réaction que l’on voudrait voir provenir des autorités, de la Justice, car il faut se souvenir de ce que disent vraiment ce genre de rappeurs ! Par exemple, voici un extrait du texte de l’un d’eux, qui se dénomme Nick Conrad :

 

Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs,

Attrapez-les vite et pendez leurs parents,

Écartelez-les pour passer le temps.

Divertir les enfants noirs, de tous âges, petits et grands,

Fouettez-les fort, faites-le franchement,

Que ça pue la mort, que ça pisse le sang,

Pendus aux arbres dans le vide sidéral,

Que ces fruits immondes procurent un spectacle fascinant.

[…]

 

Ce n’est pas anodin ! Et il est incompréhensible qu’on puisse tolérer ça sans une condamnation ferme ! Et il y a un refrain, répété maintes fois :

 

Pendez-les, pendez-les tous, pendez les Blancs,

Pas de sentiments, quils meurent tous en même temps,

Donnez lexemple, torturez devant le groupe

Ceux qui sont trop récalcitrants.

 

Il y a aussi un autre aspect, qui n’est jamais relevé. On nous dit donc que c’est une forme de musique, de chansons, mais on oublie que ces chansons, cette musique, ces délires racistes anti-Blancs sont diffusés à des milliers, à des dizaines de milliers d’exemplaires, et notamment dans les banlieues, auprès des jeunes musulmans, ce qui a pour effet – et ceci est un point capital – d’attiser la haine de notre société, car nombre de ces jeunes adhèrent à ces paroles, alors qu’ils devraient faire des efforts pour s’intégrer. Nous sommes là dans un monde de fous ! Ces paroles  ne sont pas sans conséquence. Cela est capital. Il faut réfléchir à leur impact sur l’espace public, à leur réception, et elles peuvent expliquer des passages à l’acte. La multiplicité de ces « faits divers », bientôt quotidiens, est inadmissible, scandaleuse ; c’est aussi parce qu’on ne réagit pas fermement à ce genre de discours, bien que ce ne soit évidemment pas la seule cause.

Il faut souligner que par rapport à ce genre de propos racistes anti-Blancs et criminels, il y a une part de responsabilité de nos sociétés, de par leur tendance à l’auto-flagellation, à l’auto-culpabilisation, par le fait de nous sentir et de nous montrer toujours coupables de tout. C’est une brèche dans laquelle s’engouffrent ces rappeurs et ces jeunes. Nous-mêmes, nous avons préparé depuis des dizaines d’années le terrain à ce genre de discours . D’où la nécessité de nous ressaisir.

Cela crée dans un premier temps une sorte d'accablement, mais on sait parfaitement qu’à la longue cela deviendra insupportable, qu’on ne contrôlera plus la situation et qu’il y aura des passages à l’acte, et de l’autodéfense de la part de nos populations. Il est donc essentiel de souligner l’extrême danger, la gravité et la criminalité de ces propos, ce qu’on ne semble visiblement pas voir. Cette inconscience totale se trouve à tous les niveaux.

Nous pouvons donner un autre exemple. Une femme, la vice-présidente d’un syndicat d’étudiants français regroupant un très  grand nombre d’étudiants, a osé dire : « On devrait gazer tous les Blancs, cette sous-race ! » Et personne à la tête des syndicats étudiants ne réagit vraiment et massivement ! On laisse passer, on dit que ce n’est pas grave, que c’est une humeur… Non, c’est encore une fois d’une gravité extrême, car en opposant ainsi les Blancs et les Noirs, on justifie finalement des actions et toute sorte de violences contre les Blancs.

Il faut encore mentionner une autre illustration de l’inconscience, de la folie de nos gouvernants : tout récemment, le ministre français du Travail a dit qu’il faudrait en Europe cinquante millions d’immigrés ! Ces propos sont totalement irresponsables… C’est un point de vue purement économique. On ne tient aucun compte de ce qu’entraîne l’immigration, de ses effets politiques, des conflits culturels inévitables qu’on a voulu cacher au nom de ce fameux multiculturalisme, naïf, béat, enthousiaste ! Nous sommes en train de le payer cher et il y a de quoi s’alarmer quand des autorités politiques ne comprennent pas comment fonctionne une société dans toutes ses dimensions, qu’il n’y a pas que le plan économique et qu’on a préparé le terrain pour les pires actes commis par des groupes qui rejettent la société dans laquelle ils vivent, et dont ensuite on se plaint.

 

Quelles seraient les mesures à prendre face à cette situation ?

 

Évidemment, la question qui se pose immédiatement est : « Que faire ? » Il faut avoir une vision à moyen et long terme, ce qui n’est pas le cas et montre d’autres formes d’irresponsabilités. Nous sommes tellement critiques, nous-mêmes, par rapport à notre propre société ! Toujours très négatifs, toujours dans l'auto-culpabilisation…

Prenons par exemple la naturalisation, qui souvent est accordée très facilement. Elle devrait être rendue beaucoup plus difficile : les personnes qui veulent être naturalisées devraient montrer qu’elles sont véritablement intégrées, assimilées même, avec tests à l’appui, et en aucun cas la donner par poste – à la limite !  Cela serait quelque chose de très efficace. Nous pourrions même imaginer – il faut oser le dire – une naturalisation à l’essai : quelqu’un qui ne se comporterait pas bien dans les trois, quatre ou cinq ans qui suivent sa naturalisation, la verrait retirée. Il faut restreindre le regroupement familial, même si cela semble terrible à dire, car c’est un moyen d’action réel. Quand des enfants sont acceptés sans autre alors qu’ils ne connaissent ni la langue ni la culture, cela produit ce que l’on trouve en ce moment dans bien des quartiers, par trop homogènes et de culture différente. Le droit du sol mérite aussi un grand débat, bien que comme toujours on nous dira, quelles que soient les mesures restrictives proposées, que c’est inefficace, que cela ne sert à rien, que l’on ne peut rien faire… En réalité, le droit du sol ne devrait même plus exister ! Vous arrivez dans une société avec des valeurs totalement différentes des, et du jour au lendemain vous êtes considéré comme ayant intégré les caractéristiques de notre société, de notre civilisation. On évoque parfois l’idée de retirer les allocations familiales et sociales si des enfants ne se comportent pas bien, mais on dira de nouveau que ça ne sert à rien, que c’est inefficace, que ça fait l’effet contraire. Pas du tout ! Nous sommes dans une phase où il faut prendre des mesures importantes, déterminées, sans concession, pour que nous puissions revivre dans des sociétés dans lesquelles nous ne verrons plus ce genre de laxisme et, disons-le carrément, de tolérance criminelle. On voit que cette tolérance, cette non-action, cette non-exigence, cette non-défense de notre culture et de notre civilisation, auxquelles on peut  se demander si l’on y croit encore, ouvrent la porte à des dangers qui seront de plus en plus grands et menaçants. La population, dans un premier temps, ressent une certaine lassitude et ne dit rien, jusqu’au jour où il y aura des réactions en masse – on le voit maintenant dans plusieurs pays – et on dira alors que ce sont ces affreux mouvements populistes ! Mais ce n’est qu’un aspect de tout ce que vont générer cette irresponsabilité totale et cette tolérance criminelle.

NB. Cet article  est une transcription libre et adaptée du langage oral de l’Eclairage UW (audio) édité sous le titre : Rappeurs et racistes anti-Blancs : tolérance criminelle - 5.12.19.

Merci à A. L. pour la transcription.

Lien vers cet Eclairage UW  ici

Uli Windisch, 21.12.2019

12 commentaires

  1. Posté par toni le

    Zineb El Rhazoui, n’est pas musulmane, elle est née musulmane mais devenu athée et comme nous savons tous pour de bonnes raisons, les sbires de l’islam ont tenté de l’assassiner.

  2. Posté par Samuel Zwygart le

    En réponse à Toni: Dois-je vous rappeler la période des traites? Dois-je vous rappeler les razzias faites au peuples? Vols, viols, exterminations, humiliations?
    Et dois-je vous rappeler que ces même traites sont facteurs conséquents d’un arrièrisme? Concernant l’ascendant du nord sur le sud il deviant clair que les objectifs des deux sont très divergeants quand l’un connait une philosophie et une histoire qui ne nécessite pas la domination sur l’autre. On connait déjà le vainqueur : La perfidie.

  3. Posté par Franco portugais le

    Quarteron musulman?! N importe quoi! Je vous lis régulièrement mais là vous me décevez énormément. J attend des explications et surtout une correction. Demandé à Patrice s il est musulman…

  4. Posté par toni le

    En réponse a samuel zwygart, je ne me souvient que des blancs soit entrés dans des crèches pour tuer des enfants noirs, quant a la question de l’arrièrisme sud-nord, pourquoi c’est le nord qui a pris l’ascendant sur le sud, tout simplement le sud était arriéré par rapport au nord bien avant, le fort domine le faible, donc cet arrièrisme n’a rien a voir avec les blancs, il est naturel chez certains peuples regardez le QI de chacun et vous avez la réponse.

  5. Posté par samuel zwygart le

    Toutes les réactions aux textes de ce personage – nick Conrad- semblent à la hauteur du du débilisme qu’il voulait occtroyer à son oeuvre. Il faut comprendre, malgré aucune défense construite clairement, qu’il essayait de donner forme au mirroir des souffrances. Tous ce qu’il raconte dans ces texte a été subis dans l’Histoire par les peuples non-blancs. Nous pourrions nous arreter sur les opinions mais je déplore le fait que ces reactions n’ont pas été semblables pour toutes les traites faites aux peuples dits du tiers-monde. Et que ces souffrances ne soient pas identifiées comme des cause certaines de l’arrièrisme sud-nord.

  6. Posté par Pierre le

    Au delà du fait des colonisations, Imaginez Greta et sa famille haineuse et malsaine avoir des domestiques étrangers comme ça se fait beaucoup dans la haute bourgeoisie, vous comprendrez les racines de cette haine absolue du blanc.
    En d’autres termes, les responsables, ce sont pas vous qui ne traiteraient pas un être humain de la sorte, ce dernier spectateur des comportements les plus abjectes, mais ceux qui paient par cette proximité de la haine c’est vous.
    Comprenez aussi, que le laxisme, la tolérance et l’excuse permanente vient de la conscience de la haute bourgeoisie de leur attitude, de leur avoir montré le pire de l’être humain. C’est loin d’être une excuse.
    Contester le racisme anti blanc c’est simplement ne pas vouloir pour cette classe sociale assumez ces responsabilités et que l’on puisse comprendre d’où ça vient.
    Et quand je pense que Mme borne à passer Noël en FAMILLE au Maroc, je me dis que ce racisme anti blanc a de beaux jours devant lui…

  7. Posté par MIGNOT le

    « …et on ne se rend pas compte – et là est le point essentiel – des effets de ce genre de discours, de leur impact… » Je ne suis pas d’accord, les politiques s’en rendent parfaitement compte, Ils savent bien ce qu’ils font, et c’est ça le plus grave. Ils cherchent tout simplement à créer le chaos et ils y réussissent parfaitement !

  8. Posté par Jean Noël Marescot le

    Le racisme anti blanc je n’en veut pas dans notre pays et doit etre sanctionne aussi durement que les autres formes de racisme

  9. Posté par yvan le

    Le discours d’Eric Zemmour est une incitation à la haine, à la discrimination quand pourtant il ne fait que dire ce que tout le monde peut voir. Les chansons de ce Nick Conrad sont des appels au bien vivre ensemble, il faut le considérer comme un artiste.
    C’est la conclusion de cette classe politique que la France à réussi à avoir. Macron est bien représenté.

  10. Posté par bloc&vite le

    les associations du style « touche pas à mon pote » ou likra ou autres du genre « droit de l’homme » ont bougées et criées au scandale ? Un laxisme et laissé faire c’est à vomir.

  11. Posté par Rictus le

    Est-ce que des choses semblables existent en Suisse ? Si oui, il convient effectivement de les dénoncer aux autorités compétentes et de les sanctionner, comme le permettent nos lois. Quant à ce qui se passe en France…

  12. Posté par Blaise le

    Les gens de gauche veulent souvent bien faire, ils sont même souvent sincères, mais généralement ils n’ont pas évolué depuis l’âge de 14 ans, quand ils pensaient que le monde devrait être comme ils le souhaitent, et non pas comme il l’est. Ils n’ont pas fait de « mise à jour » depuis l’adolescence….
    Ils vous disent « la répression ne sert à rien, il faut de la pédagogie ! » Pour les rappeurs il faut de la pédagogie ! Ils vous disent cela aussi pour le trafic de drogue, pour la burqa, pour le salafisme, pour plein de choses.
    Demandez-leur donc s’il aimeraient aussi décriminaliser le féminicide, la pédophilie, le viol, pour faire plutôt de la « pédagogie ». Ils se sentiront bien bêtas et vous allez bien rire.
    Si au sujet des rappeurs qui appellent à tuer les bébés blancs, ils vous disent « c’est du second degré », demandez-leur si Zemmour fait aussi du second degré quand il dit que la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes. Si la réponse est oui, on devrait le laisser s’exprimer librement. Et dans le cas contraire il faudra expliquer pourquoi dire « je rentre dans les crèches, je tue les bébés blancs » c’est du second degré.
    Il faut faire réfléchir les gens de gauche. Ils ne sont souvent pas vraiment méchants, mais surtout pas vraiment malins. Pourtant ils peuvent évoluer, et nous rejoindre ! J’y crois, mais il faudra faire preuve de « pédagogie » . Car si nous voulons gagner, il faut aussi les gagner à notre cause.(émoticone de rire !!! vive la pédagogie envers les gens de gauche !!!).

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.