Bolivie : un tournant décisif pour l’Amérique latine

post_thumb_default

 

Le récent changement de gouvernement en Bolivie, le 10 novembre dernier, à la suite du coup d’Etat manqué de l’ancien président socialiste Evo Morales, signale l’échec du projet du forum de São Paulo, cher aux Cubains, à Nicolas Maduro, Daniel Ortega et autre Lula da Silva, visant à transformer l’Amérique latine en un continent socialiste.

Les forces de sécurité boliviennes ont pu mettre au jour les militants et activistes communistes vénézuéliens, cubains et colombiens derrière les troubles qui ont secoué le pays après la fuite de l’ex-président. Certains ont pu être arrêtés, comme l’ex-guérillero des FARC colombiennes, l’Argentin Facundo Morales Schoenfeld, chargé de formation militaire et idéologique, et co-organisateur des émeutes dans la ville de Sucre ; ou les quatre Cubains, dont trois fonctionnaires de l’ambassade de Cuba en Bolivie, pris alors qu’ils distribuaient de l’argent parmi les Boliviens pour les inciter à descendre dans la rue (700 autres agents Cubains sont par ailleurs en cours d’expulsion) ; ou encore ces trois Vénézuéliens arrêtés lors d’une manifestation comme ils transportaient des sacs de dynamite.

Le problème de l’ingérence étrangère dans les troubles que connaît la Bolivie est tel que le nouveau gouvernement, fermement ancré à droite, a constitué un groupe antiterroriste spécial fort d’une soixantaine d’hommes pour traquer les infiltrés.

L’ennemi est enfin désigné, il fonctionne de la même façon dans les émeutes au Chili, au Pérou et en Equateur, les gouvernements de ces pays vont maintenant pouvoir agir. •

Cet article Bolivie : un tournant décisif pour l’Amérique latine est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.