Nos lecteurs. La direction des musées cantonaux a profité de la « nuit des musées » pour transformer la nef de la basilique de Valère en chambre à coucher…

post_thumb_default

Profanation de la basilique de Valère

La direction des musées cantonaux a profité de la « nuit des musées » pour transformer la nef de la basilique de Valère en chambre à coucher à l'occasion de manifestations profanes.

Le 9 novembre dernier, les "festivités" de la « nuit des musées » ont donné lieu à des débordements jusque-là jamais atteints dans une église en Valais. Le musée d'histoire, qui tient ses locaux dans le corps des bâtiments du château, a écarté les bancs de la nef pour y installer coussins et poufs afin que les visiteurs puissent s'étendre, sinon s'ébattre. Ainsi a-t-on pu voir le tout-venant, affalé, une main dans le pantalon, au beau milieu de la basilique, admirant des panneaux abscons débitant des banalités sur les sens de la vue et de l'ouïe pendant que de jeunes artistes faisaient de la musique. Le tout, bien évidemment, devant un Saint Sacrement relégué au second plan, poussé dans un coin ; il ne faudrait surtout pas que Dieu dérange. Selon des témoins, des fidèles, qui cherchaient à prier en famille ont été aimablement requis de ne pas perturber la manifestation plus longtemps.

Première cathédrale de Sion, merveille unique au monde de l'architecture médiévale, élevée au rang de basilique mineure par le pape Jean-Paul II lors de sa visite en 1984, Valère subit depuis plusieurs années les assauts de la république valaisanne pour une sécularisation à des fins d'expositions et autres trouvailles du même tenant. Une thématique qui sied parfaitement à un musée d'histoire puisque c'est précisément comme cela que les civilisations disparaissent.

 

RR, 18.11.2019

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.