Islamo-terrorisme : le retour massif des djihadistes se confirme

post_thumb_default

 

En matière de diplomatie, la faiblesse, voire la pleutrerie, finit toujours par se payer très cher. Et Erdogan, l’islamiste au pouvoir à Ankara, vient, hélas, d’en faire une fois de plus la démonstration à l’Europe, en mettant lundi à exécution sa menace d’expulser les djihadistes étrangers détenus sur son sol vers leurs pays d’origine. D’abord au « compte-gouttes » : onze Français, neuf Allemands, deux Irlandais, un Danois… Mais ce mouvement devrait très rapidement s’accélérer, entraînant – en comptant aussi les quelque 350 djihadistes qui reviendront tôt ou tard de Syrie – la véritable submersion terroriste d’une France qui est tout sauf prête à gérer cette menace.

Les insupportables provocations d’Ankara

Il fallait vraiment être d’une naïveté frisant la bêtise pour croire un seul instant que la Turquie, qui n’a cessé d’aider les combattants de l’EI tout en étant membre de la coalition, et exerce depuis des années sur l’UE un chantage à l’invasion migratoire, tiendrait ses engagements. Ainsi, le 8 novembre, le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, faisait cette déclaration hautement provocatrice à l’intention de l’Europe : « Pas besoin de courir dans tous les sens : nous allons vous renvoyer les membres de l’EI. Ils sont à vous, faites-en ce que vous voudrez. » Avant d’ajouter : « Que cela vous fasse plaisir ou non, que vous leur retiriez ou non leur nationalité, nous vous renverrons ces membres de l’EI. » Le 12, c’est Erdogan en personne qui assurait que « la Turquie continuera d’expulser les combattants de l’EI, que les autres pays les acceptent ou non ». Et ce n’est pas fini : le même jour, réagissant aux menaces de sanctions de l’UE à l’encontre de son pays à la suite des forages non autorisés d’Ankara au large de Chypre, le président turc mettait encore en garde l’UE : « Vous devriez revoir votre position à l’égard de la Turquie, qui détient tant de membres de l’EI en prison et les contrôle en Syrie »… Des menaces proprement inacceptables, qui ont fait réagir plusieurs élus du RN, dont Jordan Bardella, qui a déclaré très justement sur France 2 que « l’Union européenne doit adresser un refus ferme et définitif à la Turquie d’entrer dans l’UE et arrêter de verser […] des milliards à la Turquie chaque année » dans le cadre du processus de préadhésion et du contrôle des flux migratoires par Ankara. Une indignation partagée par Dupont-Aignan, qui a rappelé sur Public Sénat qu’Erdogan « menace l’Europe depuis des années », que « l’Europe se couche » et, « ce qui est incroyable, c’est qu’on continue à donner des milliards d’euros à la Turquie » ! Quant aux djihadistes de retour, a-t-il ajouté, on sait déjà qu’ils seront condamnés à de « petites peines, comme d’habitude, alors que s’ils étaient jugés en Syrie ou en Irak, ce serait terminé ».

La France en passe d’être submergée

Et c’est justement là qu’il faut s’attendre au pire. Car les Affaires étrangères ont beau nous répéter que les onze Français attendus en novembre seront rapatriés dans le cadre du « protocole Cazeneuve » qui, affirment-elles, « pour l’instant fonctionne sans accroc », il est absolument impensable que cette prise en charge quasi-individuelle suffise lorsque Ankara décidera d’ouvrir complètement les vannes. Dans le contexte actuel, on peut même se demander si la Turquie ne se laissera pas aller à expulser ces gens vers la France sans l’en avertir, comme elle l’a déjà fait en 2014 en renvoyant par avion vers Marseille trois djihadistes français, dont le beau-frère de Merah… Et puis il y a l’Europe, avec ses frontières passoires. A titre d’exemple, on précisera ainsi que les neuf membres de l’EI qui seront expulsés vers l’Allemagne, n’étant pas visés par des mandats d’arrêt, faute de moyens ou de preuves suffisantes, ne seront pas placés en détention lors de leur arrivée outre-Rhin, et auront donc toute possibilité de venir s’installer en France.

En attendant, une petite partie des onze Français attendus sur notre sol devraient, à moins d’être libérés à l’issue de leur garde à vue dans les locaux de la DGSI, rejoindre les quelque 250 « revenants » déjà incarcérés dans nos prisons, transformant encore un peu plus ces dernières en véritables écoles coraniques. Dont ils auront tôt fait de sortir, comme cette trentaine d’islamo-terroristes que la justice remet chaque année en circulation. •

Cet article Islamo-terrorisme : le retour massif des djihadistes se confirme est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.