Brexit : énième épisode…

 

Ça y est ! À sa quatrième tentative, Boris Johnson a réussi, le 29 octobre, à arracher la tenue d’élections législatives anticipées au Royaume-Uni avec une écrasante majorité. Tous les partis ont cédé devant une situation inextricable dont on ne peut sortir que par de nouvelles élections. La situation de blocage qui handicape le Brexit dans une cacophonie et des combinaisons perverses depuis l’été dernier va enfin connaître un dénouement le jeudi 12 décembre, avec la deadline du 31 janvier pour entériner, ou pas, l’accord du Brexit, en ligne de mire. Le Parlement britannique est dissous le 6 novembre.

Brexit

Brexit

À noter que l’accord du Brexit prévoit une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020, date à laquelle la rupture sera définitivement consommée.

Mais la situation reste délicate tant au plan politique que sur celui des conséquences directes ou indirectes des résultats.

Boris Johnson, « Bojo », déclarait mardi après-midi à la Chambre : « Il n’y a qu’un seul moyen de mener à son terme le Brexit face à cette obstruction parlementaire permanente, ce refus volontaire et sans fin de respecter le mandat du peuple, c’est de rafraîchir ce Parlement et de donner le choix au peuple. »

« Après un an de blocage parlementaire, les cartes vont être rebattues, pour un scrutin qui risque fort de ressembler à un miniréférendum sur le Brexit », observe justement Le Temps. Le Premier ministre prévoit de mener une campagne sur le thème du « peuple contre le Parlement ». Il « va utiliser son argument favori : blâmer les parlementaires pour le blocage et demander aux électeurs de lui donner une majorité pour faire passer le Brexit ».

Ici comme ailleurs le décalage entre le peuple et ses représentants est patent et Boris Johnson entend bien insister sur ce point et faire respecter le vote populaire de 2016. Ici comme ailleurs, le poids des élites en place et de tout un système contre le peuple est inquiétant, comme l’idée que ces élites se font de la démocratie qu’elles invoquent par ailleurs sans cesse.

Pourtant les sondages, toujours incertains au Royaume-Uni, donnent à Johnson une confortable avance (8 à 13 %) sur Jeremy Corbyn, suivi du Parti Libéral (anti-Brexit) et de Nigel Farage et son Brexit dur qui est crédité tout de même de 12 % des voix. L’Écosse de son côté et sa position anti-Brexit avec le Parti National écossais au pouvoir, se renforce. Au final, seuls le Parti Libéral et le PNE sont opposés à tout Brexit ; le Labour est favorable à un Brexit tempéré, les Conservateurs au Brexit de Johnson, et le Parti du Brexit de Farage est favorable à un Brexit dur voire sans accord.

Mais la campagne va aussi porter sur des enjeux nationaux. C’est sur ce que Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste, compte, avec un programme social (fin de l’austérité, crise du logement…). Toutefois, son engagement à renégocier l’accord sur le Brexit est curieux puisque l’UE à d’ores et déjà rejeté toute nouvelle négociation. Puis Corbyn promet un second référendum pour entériner sa potentielle renégociation.

Cette position semble peu crédible et prolonge une situation dont les Britanniques ont assez après trois ans et demi d’instabilité. Boris Johnson de son côté met en avant une réforme du NHS (sécurité sociale britannique) avec l’injection de 2 milliards de livres, comme il l’avait déjà annoncé, dans l’optique du Brexit, dès 2016 : l’argent pour l’UE économisé permettrait une telle amélioration pour les Britanniques. On le voit, son programme « national » est intimement lié au Brexit.

Reste que ce type de scrutin dans un tel contexte mouvementé dont les Britanniques ont assez, constitue un pari risqué pour les uns et les autres, même si, théoriquement, Boris Johnson devrait en sortir vainqueur et même triomphant !

Une incertitude demeure pourtant pour lui : l’éclatement des voix sur les quatre tendances (Labour, Conservateurs, Libéraux et Farage) pourrait déboucher sur un Parlement sans majorité pour Johnson et compliquer à nouveau le Brexit. D’autre part les déclarations de Donald Trump dans un journal anglais ne sont pas faites pour aider Bojo, lorsque Trump considère que l’accord de Brexit remet en cause un grand accord commercial entre les USA et le Royaume-Uni… Cette flèche du Parthe, balayée par Bojo, est tout de même gênante dans l’optique du Brexit du 31 janvier.

Un Brexit sans accord risquerait d’entraîner le Royaume-Uni dans des troubles plus graves encore. En effet se posent les cas de l’Écosse et de l’Irlande. L’Écosse qui court après son indépendance surtout depuis l’échec du référendum de 2014, pourrait revenir à la charge et faire sécession à condition qu’elle puisse organiser un nouveau référendum ce qui lui est refusé par principe par Londres. Le score des Indépendantistes au pouvoir de 45 % en 2014 pourrait bien dépasser les 50 % dans le contexte du Brexit.

Quant à l’Irlande, la réunification des deux Irlande revient sur le tapis, surtout depuis que les communautés religieuses catholiques et protestantes sont presque équilibrées contrairement au passé où les Protestants représentaient 65 % des Irlandais. Les vicissitudes du Brexit pourraient, là aussi, mener à une réunification qui amputerait le Royaume-Uni de l’Ulster.

Rendez-vous le 13 décembre pour pouvoir, enfin, peut-être, démêler une situation enkystée dont le feuilleton interminable finit par lasser tout le monde. Avec une victoire de Bojo si possible…

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Cet article Brexit : énième épisode… est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Bussy le

    Il n’y aura pas de Brexit, c’est évident !
    D’abord Theresa May qui « négociait » alors qu’elle était contre, maintenant Farage qui crée son mouvement et donc affaiblit Johnson, et Trump qui vient à l’aide en sortant un truc qui va faire peur au peuple….
    Au fait, les Johnson et Farage font partie des élites… non ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.