Pour le secrétaire général de l’Otan, « l’Union européenne ne peut pas défendre l’Europe »

post_thumb_default

 

  Alors que l’Otan a été décrite comme étant dans un état de « mort cérébrale » par le président Macron, son secrétaire général, le norvégion Jens Stoltenberg en appelé à l’unité au sein de l’Alliance, à l’occasion d’un discours prononcé devant la Fondation Körber, à Berlin, le 7 novembre. « L’Otan est la seule plate-forme où les...

Cet article Pour le secrétaire général de l’Otan, « l’Union européenne ne peut pas défendre l’Europe » est apparu en premier sur Zone Militaire.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Lucie le

    En attendant, le totalitarisme contre les citoyens européens se durcit…

    LA COUR DE JUSTICE DE L’UNION EUROPÉENNE RÉDUIT ENCORE… LA LIBERTÉ D’EXPRESSION…

    Un arrêt *** du 3 octobre de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) (voir cet arrêt en format pdf dans cet article).

    « Cet arrêt a des implications majeures pour la liberté d’expression en ligne dans le monde entier (…). Il signifie aussi qu’un tribunal qui ordonne le retrait d’un post dans un État membre de l’UE sera en mesure d’ordonner la suppression de ce post sur les réseaux sociaux d’autres pays, même si ces pays ne considèrent pas cette publication comme illégale. Un dangereux précédent est constitué qui donne aux tribunaux d’un pays la possibilité de contrôler les contenus mis en ligne dans un autre pays. Cela pourrait donner lieu à des abus, en particulier de la part de régimes faiblement engagés dans le respect des droits de l’homme. » – Thomas Hughes, directeur exécutif d’ARTICLE 19, une organisation à but non lucratif qui œuvre pour « la protection du droit à la liberté d’expression dans le monde », le 3 octobre 2019.

    L’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne […] semble donner aux États membres de l’UE un pouvoir sans précédent pour déterminer ce que doit être le débat public en ligne – pour déterminer ce que les citoyens sont en droit de lire ou pas…. [L]es perspectives semblent encore plus sombres pour l’avenir de la liberté d’expression en Europe.

    Un arrêt du 3 octobre de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) donne à n’importe quel tribunal de l’un ou l’autre des États membres de l’UE, le pouvoir d’enjoindre à Facebook de supprimer des documents diffamatoires ou injurieux dans le monde entier :

    « une juridiction d’un État membre peut enjoindre à un hébergeur :

    – de supprimer les informations qu’il stocke et dont le contenu est identique à celui d’une information déclarée illicite précédemment ou de bloquer l’accès à celles-ci, quel que soit l’auteur de la demande de stockage de ces informations ;

    – de supprimer les informations visées par l’injonction ou de bloquer l’accès à celles-ci au niveau mondial, dans le cadre du droit international pertinent dont il est du ressort des États membres de tenir compte. »

    Le jugement a été rendu peu après qu’une élue autrichienne, Eva Glawischnig-Piesczek, présidente de Die Grünen (Les Verts), ait poursuivi Facebook Irlande devant les tribunaux autrichiens. Selon la Cour de justice de l’Union européenne :

    « Elle [Glawischnig-Piesczek] a demandé à ce qu’il soit ordonné à Facebook d’effacer un commentaire d’internaute qui portait atteinte à son honneur ainsi que des allégations identiques et/ou de contenu équivalent.

    « L’utilisateur de Facebook en cause avait partagé, sur sa page personnelle, un article du magazine d’information autrichien en ligne oe24.at intitulé « Les Verts : en faveur du maintien d’un revenu minimal pour les réfugiés ». Cela a eu pour effet de générer sur cette page un « aperçu vignette » du site d’origine, comportant le titre de cet article, un bref résumé de ce dernier ainsi qu’une photographie de Mme Glawischnig-Piesczek. Ce même utilisateur a également publié, au sujet de cet article, un commentaire rédigé dans des termes dont les juridictions autrichiennes ont constaté qu’ils étaient de nature à porter atteinte à l’honneur de M me Glawischnig-Piesczek, à l’injurier et à la diffamer. Cette contribution pouvait être consultée par chaque utilisateur de Facebook. (…)

    https://fr.gatestoneinstitute.org/15175/cour-justice-ue-liberte-expression

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.