Apostasier l’islam pose un problème même en Suisse

 

[…] L’apostasie, abandon volontaire et public d’une doctrine, d’une croyance ou d’une religion, ne mériterait pas qu’on s’y arrête tant il tombe sous le sens que chacun peut penser et croire ce qu’il veut, et changer d’avis également. Pourtant, la communauté musulmane ne voit pas les choses de la même façon. Gottfried Locher, président de la Fédération des Églises protestantes de Suisse et membre du Conseil suisse des religions, admettait publiquement en 2015 qu’il était difficile de sortir de l’islam: «On doit pouvoir quitter librement sa religion en Suisse et il faudra trouver une position commune avec les musulmans.» Jusqu’ici, aucune annonce de position commune n’a été publiée…

Que la condamnation des apostats soit encore sujette à la peine de mort dans de nombreux pays musulmans, ou condamnable pénalement dans plusieurs autres (ils y encourent la dissolution de leur mariage, l’enlèvement de leurs enfants et la privation du droit de succession), c’est déplorable mais ce sont leurs affaires. En revanche, que de telles condamnations soient reprises sous nos cieux, et peu ou prou appliquées à des musulmanes et musulmans résidant en Suisse, c’est inacceptable. C’est pourtant le cas! […]

Le Temps

Via Fdesouche

Un commentaire

  1. Posté par Antoine le

    Le droits de l’Homme à géométrie variable …
    C’est le moment de se rendre compte que l’islam n’est PAS compatible avec nos lois, notre Constitution (liberté de pensée) et notre mode de vie judéo-chrétienne.
    Pour info:
    Arrêté du 31 juillet 2001 de la Cour Européenne des droits de l’Homme:
    « L’islam est incompatible avec les lois européennes ».
    L’ONU est apparemment entre les mains d’ignares et d’islamo-collabos. Cette organisation n’a en conséquence aucune crédibilité. Elle brasse du vent, c’est tout.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.