Le calvaire des musulmanes qui ont signé la tribune contre le voile : Insultées, harcelées, menacées

post_thumb_default

 

Depuis qu’elles ont signé la tribune dénonçant le voile
islamique, des citoyennes de confession musulmane subissent insultes et
pressions sur les réseaux sociaux et parfois aussi dans leur ville
.
En plus des assignations à résidence communautaire de l’humoriste
devenu rappeur Mustapha El Atrassi, qui leur rappelle dans sa chanson « 
colis suspect » qu’elles ne s’appartiennent pas (« nos femmes »), elles doivent subir au quotidien insultes, harcèlement et menaces. Trois d’entre elles ont accepté de témoigner.

« J’ai répondu plusieurs fois aux sollicitations de la presse. La
première fois, j’ai eu droit à un déferlement de messages haineux sur
les réseaux. A la suite de la tribune publiée dans 
Marianne, il y a eu une nouvelle vague d’insultes et de pressions, des commentaires dégueulasses sur Facebook,des messages anonymes sur Messenger, c’est pourquoi je ne témoigne plus à visage découvert.

[…]

J’ai décidé de porter plainte pour harcèlement et intimidation.
J’ai constitué un dossier de 28 pages de copies d’écran. Tout part d’une
personne que j’ai identifiée, une personne proche de l’association
locale des Frères musulmans. Concrètement, on n’est pas du tout aidées.
Ni au niveau local, ni au niveau de l’Etat. Quand on discute avec les
autorités compétentes, elles nous disent « mais non, ne vous inquiétez pas, ces sont des menaces en l’air ».
Ils ne se rendent pas compte que les islamistes nous mettent une cible
dans le dos. Quelqu’un m’a envoyé récemment cette menace : « On a des jeunes qui n’ont rien à perdre »… J’ai
de plus en plus peur de sortir, c’est une peur physique, qui influe sur
ma santé. J’étais très mal la semaine dernière, je fais un ulcère. Je
n’ose même plus dire dans quel milieu je travaille car je sais qu’on va
me reconnaître. J’envisage sérieusement de déménager.
 »

« J’étais invitée sur CNews il y a quelques jours pour évoquer la
tribune mais je leur ai laissé un message à 3 heures du matin pour leur
dire « Je ne viens pas ». Les islamistes avaient balancé mon nom
marital sur Twitter. C’est comme ça que mes élèves ou mes collègues me
connaissent (sur les réseaux sociaux, j’utilise mon nom de jeune fille).
J’ai une famille, il n’est pas question de les exposer. J’ai reçu
beaucoup d’insultes, ça a été une vague assez violente et massive,
surtout à partir du moment où on a parlé de la tribune sur CNews et
BFMTV et que certains ont découvert que c’est moi qui l’avais rédigée.

Je n’ai eu droit qu’à des insultes en-dessous de la ceinture, pas de « Tu iras en enfer »
ou des choses comme ça, que des insultes venant de gens assez obsédés.
J’ai bloqué une centaine de personnes sur Facebook. Beaucoup de
cosignataires ont subi la même chose, surtout les femmes. Pour
certaines, ils sont allés chercher leur biographie, ils ont déterré des
choses. Il y en a qui ne veulent plus témoigner, certaines regrettent
d’avoir signé cette tribune.
 »

« Quand j’ai signé, je savais qu’il y aurait des insultes odieuses mais pas à ce point. J’ai « partagé » l’article de Marianne sur
les réseaux sociaux pour dire que j’étais signataire. Certains ont
commenté « Super merci » puis beaucoup de gens se sont mis à m’insulter.
Comment ces gens-là sont arrivés sur mon compte ? C’est Madjid
Messaoudène qui a « partagé » mon nom, j’ai ensuite reçu des centaines
de messages, « On va te niquer », « sale pute », « on va déféquer dans
ta bouche ». Il y a une véritable chasse aux sorcières, on cherche à
nous intimider pour nous faire taire.

J’ai répondu, bloqué, fait des captures d’écran mais depuis
avant-hier, ça recommence, cette fois-ci autour du clip d’El Atrassi.
C’est désormais Barakacity qui me harcèle 
(dont le président, Idriss Sihamedi, s’était fait connaître en déclarant refuser de serrer la main des femmes devant la ministre Najat-Vallaud Belkacem sur Canalplus, ndlr).
J’ai bloqué les personnes insultantes envers les femmes, les autres je
les laisse, il faut que les gens voient avec qui ils vivent. Ils font du
mal à ceux qui combattent les extrémistes. Le mot « islamophobe »
n’existe pas, à Bayonne il s’agissait d’un acte anti-musulmans.

Ces quatre dernières années, j’étais retournée vivre au Maroc, je
tenais un blog. Les islamistes ont été ressortir tout ce que j’ai écrit
pendant cette période. Là-bas, j’étais pas insultée, on partageait mes
écrits, je l’ai été uniquement par ceux qui habitaient en France. Ici,
les gens ne font que répéter ce qu’ils voient sur Internet, ils ne
parlent pas arabe, ils nous traitent toutes de « collabotes », de
« vendues », ils me disent : « Les Juifs et les Français ne t’accepteront pas ».
 »

Rappelons que c’est au côté de certains de ces harceleurs qu’une
grande partie de la classe politique française va défiler ce dimanche 10
novembre « contre l’islamophobie ».

Marianne

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par JSG le

    Difficile de rester modéré quand on lit des articles semblables, quand on peut se rendre compte de l’inertie de nos gouvernants qui « regardent ailleurs » laissant se déliter la France en se réfugiant derrière le mur de la pseudo laïcité pour cacher leur lâcheté accablante. Le système de l’Islam s’écroulera dès que « leurs femmes » prendront conscience qu’elles ne sont pas « leurs » esclaves, et respect pour celles qui osent ! et honte à cette majorité qui détourne le regard, qui ne fait rien alors qu’elle a le pouvoir de faire stopper net cette saloperie qui délite le pays.
    >Atatürk Mustafa Kemal (1881­-1938) Fondateur de la république laïque de Turquie disait :
    « Mais pourquoi nos femmes s’affublent­-elles encore d’un voile pour se masquer le visage, et se détournent-­elles à la vue d’un homme ? Cela est­-il digne d’un peuple civilisé ? Camarades, nos femmes ne sont ­elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple ! »
    « Vous venez me parler des avantages que nous a valu notre conversion à l’Islam, et moi je vous dis : regardez ce qu’elle nous a coûtée ! ». « L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies ».
    Ce n’est pourtant pas moi qui le dit…

  2. Posté par Passa le

    Il semble que le sujet de l’islam est récurent et n’amène rien de joyeux sous le soleil.

  3. Posté par miranda le

    QUE POUVAIT-ON ATTENDRE DES RADICALISES? Et qui protège les radicalisés aujourd’hui dans notre beau pays de France?

    Dénoncer ou critiquer le FOULARD, c’est mettre au jour le marqueur MAJEUR qui permet aux radicalisés de connaître et faire connaître le niveau d’expansion de leur belle religion. Les mosquées, apparemment ça ne suffit pas.

    Une bonne proportion de musulmans sont maintenant radicalisés. Comment peut- on raisonner ces gens là? Et comme leur IDENTITE c’est l’Islam et qu’ils ne veulent se créer AUCUN AUTRE HORIZON, AUCUNE OUVERTURE vers la culture française ou européenne, on n’a plus rien à attendre d’eux. Qu’ils restent dans leur ENFERMEMENT.

    En attendant, on peut comprendre les musulmans modérés qui expriment leur refus de cet islam là. Surtout ceux qui ont vu ce que 10 années d’horreur ont donné en Algérie avec la présence des Frères musulmans. Qui ont pignon sur rue maintenant en France et en Europe.
    SUR ORDRE DE QUI?

    Un jour viendra où ces musulmans modérés souhaiteront partir de ces quartiers contaminés. Il faut qu’ils expriment leur souhait d’en partir et qu’ils aient une aide de l’ETAT. Car en migrant ailleurs, surtout dans les métropoles, ça coûte cher. Ils peuvent louer des grands appartements qu’ils partageront éventuellement en co-location. Et ça pourrait les rassurer de vivre ensemble pendant une certaine période. Car être seul dans ce genre d’épreuve est difficilement supportable.

    Au cas où ils soient obligés de fuir ces quartiers, Il faut que les assistantes sociales les aident dans leur parcours de recherche, car évidemment, à cause de la réputation de l’Islam à cause des radicalisés, ils risquent d’avoir face à eux des propriétaires très méfiants.
    Ils devraient même aller au secours catholiques pour être soutenus dans cette démarche.

    BREF, tout ça ne nous étonne pas. Tout comme nous voyons que l’ETAT MACRONIEN ne fait rien pour les français en danger et encore moins pour eux. .

    Nous n’avions jamais connu un président exprimant un tel mépris de l’humain.. Il est probable que ses maîtres  » tout aussi méprisants de l’humain » aient été dépassés par leur élève qui se conduit comme le roi des……
    En finir avec cette clique mondialiste méprisante de l’humain ne peut se faire que par la révolte COMMUNE des peuples. Et pas dans l’affrontement, seulement une grève internationale de longue durée.

  4. Posté par JeanPaul le

    Moi-même, je revendique mon islamophobie, contre cette immondice, qui traite les femmes comme des esclaves, qui prône l’assassinat de ceux qui ne pratiquent pas cette doctrine nazifiante… Je suis très fier d’être un mécréant, un infidèle, un koufar…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.