Djihadisme : Macron qualifie la Bosnie de «bombe à retardement», l’ambassadeur français convoqué

post_thumb_default

 

Le président en exercice bosnien n'a pas apprécié l'interview d'Emmanuel Macron à The Economist. Zeljko Komsic a alors convoqué, le 8 novembre, l'ambassadeur de France à Sarajevo.

Dans cet entretien rendu public le 7 novembre, Emmanuel Macron a qualifié la Bosnie de «bombe à retardement» en évoquant le retour de djihadistes dans ce pays des Balkans.

«Si vous vous préoccupez de la région, la première question c'est avant la Macédoine et l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine. La bombe à retardement qui fait tic-tac à côté de la Croatie [pays membre de l'UE] et qui est confrontée au problème du retour de djihadistes, c'est la Bosnie-Herzégovine», a révélé Emmanuel Macron dans l'hebdomadaire britannique.

Près de 100 Bosniens dans des camps syriens

Une centaine de ressortissants bosniens se trouvent actuellement dans des camps dans le nord de la Syrie, avait récemment déclaré le Premier ministre bosnien Denis Zvizdic. Selon la Radio Free Europe, il s'agit de 23 hommes, 27 femmes et une soixantaine d'enfants.

Plusieurs dizaines d'hommes sont déjà retournés dans le pays et la plupart ont été traduits devant la justice, qui se voit parfois reprocher de prononcer à leur encontre des peines trop clémentes.

Plus de 80 auraient été tués dans les combats, selon les médias bosniens.

«La France peut compter sur le soutien de la Bosnie»

Dans un communiqué, le cabinet de Zeljko Komsic, qui est membre croate de la présidence de Bosnie, explique que le dirigeant bosnien a présenté à l'ambassadeur de France, Guillaume Rousson, «des chiffres précis» sur le nombre de ressortissants bosniens qui se trouvaient sur le front à l'étranger ou qui y sont toujours.

«Le président en exercice a souligné que la Bosnie-Herzégovine participe avec succès à la lutte contre le terrorisme [...] et que la France et d'autres pays [...] peuvent compter sur le soutien de la Bosnie» dans ce domaine, lit-on dans le communiqué qui, toutefois, n'évoque pas les propos du président français.

Sa déclaration a provoqué de vives réactions à Sarajevo, notamment des responsables bosniaques, les musulmans de Bosnie.

Des déclarations «qui seraient infondées»

«Si c'est bien le contexte de la déclaration [la menace djihadiste], alors il s'agit de quelque chose d'entièrement infondé et qui ne correspond pas aux faits», a déclaré le membre bosniaque de la présidence Sefik Dzaferovic.

La convocation de l'ambassadeur ne fait pas l'unanimité au sein de la présidence tripartite (bosniaque, croate, serbe). Son membre serbe, Milorad Dodik, souvent en désaccord avec ses deux collègues, a déclaré qu'«il ne s'agit pas de l'opinion de la Bosnie-Herzégovine», faute d'un consensus sur cette question au sein de la présidence.

Lire aussi : L'Ukraine et la Bulgarie remontées contre l'interview d'Emmanuel Macron à Valeurs actuelles

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.