Guerre au Yémen : des célébrités se mobilisent pour cesser la vente d’armes à l’Arabie saoudite

post_thumb_default

 

A l’initiative de huit ONG dont Médecins du Monde, Action contre la faim, la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme) ou encore l'organisation Mwatana, plusieurs personnalités de diverses nationalités se sont mobilisées pour demander à la France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis d'interrompre leurs ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis qui sont engagés dans la guerre au Yémen depuis 2015.

L’actrice Catherine Deneuve, l’ex-joueur de l'équipe des Bleus Vikash Dhorasoo, l’humoriste et chroniqueuse Sophia Aram ainsi que la chanteuse et compositrice britannique Annie Lennox (du groupe de musique Eurythmics) et son compatriote l'acteur Charles Dance (Tywin Lannister dans «Game of Thrones»), ont choisi de briser le silence régnant sur la situation au Yémen. Ils dénoncent dans une vidéo la responsabilité de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis dans le conflit qui ravage le pays et la très grave crise humanitaire qui s’y enracine. Pour y remédier, ces personnalités demandent à ces trois pays de cesser toute vente d’armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Il est de notre devoir d’empêcher que des enfants [...] aient leur vie brisée par des biens fabriqués au Royaume Uni, en France ou aux Etats-Unis

La vidéo s’inspire du documentaire «Yémen : les enfants et les guerre» de la réalisatrice primée yéménite Khadija Al-Salami.

Avec Catherine Deneuve, @AnnieLennox@vikash_dhorasoo et Charles Dance, nous interpelons @EmmanuelMacron : Cessez d’alimenter la guerre au Yémen. Suspendez les ventes d’armes à l'Arabie saoudite et aux EAU.#YemenCantWaitpic.twitter.com/Qu3ymsmtpR

— sophia aram (@SophiaAram) November 6, 2019

Lire aussi : Yémen : chronologie d'une guerre qui a dévasté le pays, devenu un «enfer sur terre» pour les enfants

 «Ce n’est pas notre histoire mais son histoire est aussi notre responsabilité», déclarent les célébrités dans ce clip vidéo qui évoque le cas d'une enfant de quatre ans dont les parents, les deux frères et un oncle ont été tués en 2017 dans un raid aérien sur un village. «Ce qui me révolte, c’est qu’on parle si peu du Yémen. Tout le monde devrait être choqué par des histoires comme celle d’Alanoud. Pourtant, nous regardons ailleurs, ce qui a permis à cette guerre tragique de se poursuivre depuis plus de quatre ans», confie Catherine Deneuve. 

Pour sa part, l’acteur Charles Dance estime «qu’il est de notre devoir d’empêcher que des enfants comme la petite Alanoud aient leur vie brisée par des biens fabriqués au Royaume Uni, en France ou aux États-Unis».

«Cessez les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis», concluent les personnalités, «le Yémen ne peut plus attendre».

La France a vendu pour 11 milliards d'euros d'armes et de matériel militaire à l'Arabie saoudite en neuf ans. Un commerce dont l'aspect éthique est très critiquée par de nombreuses ONG, dans la mesure où le royaume saoudien mène à la tête d'une coalition de pays arabes une guerre au Yémen depuis 2015, internationalisant la guerre civile yéménite commencée l'année d'avant. D'après les Nations unies, ce conflit a fait des dizaines de milliers de morts, trois millions de déplacés, et représenterait «la pire catastrophe humanitaire actuelle».

En avril dernier, après des récentes révélations de l'ONG Disclose concernant l'utilisation d'armes françaises dans le conflit au Yémen, la ministre française des Armées Florence Parly avait déclaré qu'«à [s]a connaissance, ces armes [n'étaient] pas utilisées de façon offensive dans cette guerre au Yémen».

Lire aussi : Armes françaises au Yémen : ce qui s'est dit lors de l'audition des deux journalistes par la DGSI

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.