Les Gauchistes, ça ose tout: « Former les migrants permet d’économiser »

Une étude révèle que les migrants qui bénéficient de formation en Suisse pèsent moins sur l'aide sociale.

L'encouragement précoce des adolescents et des jeunes adultes arrivés tardivement en Suisse profite aussi à la société et à l'économie. Selon une nouvelle étude, investir dans l'accès précoce à la formation permettrait d'économiser des dizaines de millions de francs par an.

[...]

Selon le rapport, huit jeunes qui ont participé aux offres de formation de base sur dix ont trouvé une place de préapprentissage, ont rejoint une passerelle, ont intégré un gymnase, ou ont poursuivi un cours de langue ou un programme d'occupation. Une grande partie des participants ont reçu une décision d'asile favorable ou une admission provisoire pendant le cours.

[...]

article complet:

 

rappel: https://lesobservateurs.ch/2019/11/01/les-suisses-paient-156-milliard-par-an-rien-que-pour-les-erythreens/

11 commentaires

  1. Posté par miranda le

    LE grand remplacement, la volonté de casser l’homogénéité des peuples européens, de broyer leurs racines et leurs cultures pour créer le zombie malléable de demain, est tellement L’OBSESSION des adeptes d’une certaine idéologie, qu’ils feront tout pour que ce programme se réalise.
    Donc dépenser 156 milliards pour des Erythréens ou autres, semble représenter pour eux « une bagatelle » en comparaison de l’ampleur du programme à réaliser.

    Leur scénario idéologique doit passer avant tout, quitte à mettre au bord de la ruine leur nation.

    Il leur était beaucoup plus facile de créer un centre de formation centralisé en Afrique et de les engager ensuite en qualité de travailleurs détachés (comme ce fut le cas pour les travailleurs détachés de l’Est)
    S’ils ne l’ont pas fait, c’est que ces migrants sont bien là pour un plan très précis. Le métissage de tous dans tous.

    Pour que ces adeptes de la belle idéologie puissent penser ne pas subir les dégâts futurs de ce scénario, il leur faut soit, avoir la conviction qu’ils en seront épargnés, protégés par le système, soit avoir été « follement corrompus » et avoir assuré financièrement leur survie en cas de chute du système. Ou être tout simplement un idiot utile du système.

  2. Posté par Zach le

    C’est grave comme même… Non mais c’est quoi leur problème..

  3. Posté par Antoine le

    @Cenator : bien vu
     »La jeunesse actuelle qui manifeste pour le climat avec des pancartes « Nous voulons un avenir » est à mille lieues de comprendre que ce sont ces richesses-là (les migrants) qui hypothèquent son avenir. »
    A mon humble avis, les manifestations pour le climat oblitère complètement LE vrais problème actuel : l’immigration de masse ILLÉGALE !
    Apparemment la gestion des priorités dans notre société actuelle laisse à désirer !

  4. Posté par Marc le

    Le paradoxe du support apporté par la gauche à ces nouveaux dieux est non seulement inégale comparé au support à la population, mais aussi grandement inutile. Un exemple.
    Une amie étrangère mais pas réfugié fait des cours de français. Elle a un enfant qu’elle veut placer à la crèche, son mari travail.
    Elle doit payer pour les cours, le réfugié pas.
    Elle doit donc étudier pour finir rapidement, les réfugié pas, elles ont pas de bute et peuvent étudier aussi longtemps qu’elles le veulent
    Elle doit faire une demande pour placer son petit ce qui a été refusé (plus de place) les réfugiés pas. La place a la garderie est assuré et gratuite.
    Voilà un exemple pragmatique. Tout pour les autres, rien pour les nôtres même les étrangers mais pas réfugiés
    Non seulement c’est inégale mais les réfugiés s’en tape d’apprendre, ça leurs coûte rien, ça les gardent en place et ça les occupe. Mais tant que la gôôôôôche peut se profiler en étant les « gentils » et dilapider l’argent du contribuable (qui votent pour eux) tout est bon dans le meilleurs des monde.

  5. Posté par Cenator le

    La Suisse romande accueille des mineurs (et des faux mineurs) non accompagnés en masse depuis le début des années 90. En trente ans, les contribuables ont dépensé des milliards pour cette population. Ces mineurs non accompagnés et jeunes adultes, Erythréens, Somaliens, Irakiens, Afghans, etc., ont tous bénéficié de soutiens intensifs pour apprendre la langue, à lire et à écrire ; des soutiens massifs ont été mis en place pour leur logement, leurs frais médicaux, etc.
    Résultat des courses, ils arriveraient tout au plus à avoir une activité à temps partiel, un sorte de bénévolat, rémunéré ou non.
    Par exemple, sur tout un groupe de ces jeunes arrivés dans les années 90, ayant été suivis durant des années, un seul d’entre eux a réussi à faire un apprentissage élémentaire (forme allégée) et à s’assumer financièrement sans jamais être à la charge de la collectivité. A noter qu’il était chrétien et alphabétisé dans son pays. C’est justement cette personne qui se plaignait d’être le seul de sa communauté à travailler après 25 ans de résidence en Suisse. Sa sœur, de son côté, a assuré son avenir en se mariant avec un Suisse des beaux quartiers.
    Le bilan est également catastrophique pour les générations suivantes.
    Bien que les structures scolaires aient été améliorées, alphabétiser un adolescent dans une langue étrangère ne donne jamais le niveau d’une personne qui peut s’insérer dans notre tissu économique. Nous ne savons déjà pas que faire des jeunes nés en Suisse qui ont un parcours scolaire chaotique, voire des troubles de l’apprentissage. On n’apprend pas à apprendre à 12 ans, encore moins à 17 ans.
    Ne pas du tout laisser entrer ces richesses en Suisse aurait réellement pu nous permettre de faire des économies, et évité de mettre en danger nos assurances sociales et de piller les contribuables.
    La jeunesse actuelle qui manifeste pour le climat avec des pancartes « Nous voulons un avenir » est à mille lieues de comprendre que ce sont ces richesses-là qui hypothèquent son avenir.

  6. Posté par Christian Hofer le

    Impossible : tous les réfugiés sont sur-diplômés. C’est même la RTS qui me l’a dit!

  7. Posté par Fleeps le

    C’est très sympa pour les jeunes suisses en recherche désespérée de place d’apprentissage….

  8. Posté par Antoine le

     »Une grande partie des participants ont reçu une décision d’asile favorable ou une admission provisoire pendant le cours. »
    Si ils ne suivaient pas le cours, ils étaient éjectés de Suisse !
    Il faudra m’expliquer comment former ces  »ingénieur »  »docteur » ou  »avocats » ?
    Ils ont un QI de 80 environ.
    Ils ne savent pas dans la majorité des cas, ni lire ni écrire dans leur langue maternelle.
    Donc apprendre une langue étrangère (Allemand, français, romanche ou italien) c’est presque mission impossible pour la 1èer génération, c’est mieux avec la 2ème génération !
    Pendant tout ce temps ils ne travaillent pas ou pas beaucoup (mauvais exemple avec les Érythréens) qu inous coûtent 1.56 milliards !!
    https://lesobservateurs.ch/2019/11/01/les-suisses-paient-156-milliard-par-an-rien-que-pour-les-erythreens/

  9. Posté par Sergio le

    On leur fait faire de l’occupationnel. Cela prouve si besoin était, que ces perles seraient, pour l’essentiel, des sommités, qu’elles contribueront à maintenir nos retraites et ne pourront qu’enrichir nos existences de leur culture éclairée.

  10. Posté par leone le

    Personne ne s’est demandé si moins de migrants ça couterait encore moins cher???

  11. Posté par Vautrin le

    J’aime beaucoup la photo de ces Chances en plein travail productif, c’est un bel exemple du résultat d’une politique de formation des « migrants ». Excellents résultats, continuez !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.