L’écologie est un « business »  qui rapporte

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse
post_thumb_default

L’écologie est un « business »  qui rapporte

Le ministère de l’environnement de la République fédérale d’Allemagne a dépensé plus d’un demi-milliard d’euros l’an passé pour financer des « conseillers » parfois douteux, qui se sont bien enrichis. Roland Tichy, président de la fondation Ludwig-Ehrardt et ancien rédacteur en chef de la Wirtschaftswoche, cite le cas d'une « Association de mise en garde et d’aide à l’environnement » qui a été longuement subventionnée pour des projets plutôt superflus, comme un échange d’expériences entre des acteurs de la société civile en Europe centrale et orientale dans le domaine du climat, une campagne d’information sur l'azote (149’934 euros) et un projet intitulé « Zones vertes et espaces ouverts dans la ville sociale ». Pour une campagne sur des solutions de remplacement reponsables de l’environnement dans le domaine des récipients réutilisables pour les boissons, ce n’est pas moins de presque 360’000 euros qui ont été attribués à cette association.

https://www.tichyseinblick.de/daili-es-sentials/bundesumweltministerium-mehr-als-eine-halbe-milliarde-euro-fuer-berater/

Traduction (Claude Haenggli) : Les « conseillers » ont toujours eu la partie facile dans les ministères fédéraux. L’ancienne ministre de la défense Ursula von der Leyen provoqua déjà un scandale en raison de dépenses inhabituellement élevées, à la hauteur de 200 millions d’euros. Mais des dépenses pour des conseillers atteignant plus d’un milliard d’Euros sont une toute autre affaire. Une commission d’enquête du parlement fédéral devra maintenant examiner en détail ces opérations financières.

 

Claude Haenggli. 1.11.2019

 

 

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.