Brexit : les 27 de l’Union européenne s’accordent pour un report jusqu’au 31 janvier 2020

post_thumb_default

 

«Les 27 se sont accordés pour accepter la demande du Royaume-Uni pour un report flexible du Brexit jusqu'au 31 janvier 2020», a déclaré le président du Conseil européen Donald Tusk sur Twitter, ce 28 octobre. Il a précisé que cette décision serait formalisée par une procédure écrite.

The EU27 has agreed that it will accept the UK's request for a #Brexit flextension until 31 January 2020. The decision is expected to be formalised through a written procedure.

— Donald Tusk (@eucopresident) October 28, 2019

La France, pays le plus réticent à un report long, a donné son accord à cette nouvelle prolongation mais sous conditions. Le projet sur la table prévoit une date butoir au 31 janvier, mais avec la possibilité que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne (UE) au 30 novembre ou au 31 décembre en cas de ratification de l'accord de sortie avant ces échéances, selon un document vu par l'AFP.

La réunion des ambassadeurs a fait suite à un week-end d'intenses consultations, notamment entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui se sont entretenus au téléphone le 27 octobre.

Le texte est accompagné d'une déclaration politique dans laquelle l'UE justifie sa décision, exclut toute renégociation de l'accord et demande la nomination d'un commissaire européen britannique, selon cette même source.

Les 27 ont décidé de ne pas attendre la décision des députés britanniques, qui doivent se prononcer dans l'après-midi du 28 octobre sur la tenue d'organisations anticipées en décembre voulues par Boris Johnson. «L'UE ne veut pas être en réaction mais veut maintenir la pression pour la ratification de l'accord de sortie», a indiqué la source diplomatique. 

Pour obtenir la tenue d'élections législatives le 12 décembre, le Premier ministre britannique aura besoin ce 28 octobre de deux tiers des voix à la Chambre des communes. Le Premier ministre conservateur, qui n'a plus de majorité, a déjà échoué à deux reprises au mois de septembre dans son entreprise de convoquer un scrutin.

Après un référendum en juin 2016 où les Britanniques ont voté à 52% pour quitter l'UE, le divorce était initialement prévu le 29 mars. La date a déjà été repoussée à deux reprises (au 12 avril puis au 31 octobre).

Lire aussi : Brexit : le Premier ministre Boris Johnson appelle à des élections anticipées en décembre

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Vautrin le

    Foutaises ! C’est une Nième manœuvre pour agir à l’encontre de la volonté du peuple Britannique. Parions que Boris n’obtiendra pas les élections générales qui lui permettraient d’obtenir la majorité nécessaire pour opérer le Brexit. Les parlements ? Des machines à trahir !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.