Un élu chilien justifie l’usage de la force en prenant pour exemple Macron avec les Gilets jaunes

post_thumb_default

 

Le maintien de l'ordre à la française à la sauce Gilets jaunes, est-il un exemple de gestion «démocratique» de crise pour le monde ? C'est en tout cas ce qu'a tenté de faire valoir un élu chilien de la majorité devant le Sénat du pays pour défendre l'usage de la force publique par le président chilien [Sebastian] Pinera. 

Prenant la parole au cours d'une cession houleuse du parlement le 21 octobre, marqué par de vives protestations de l'opposition, le sénateur de droite Rodrigo Galilea a défendu l'action du gouvernement en rappelant que le Chili était «un pays démocratique», utilisant une méthode «institutionnelle» de sortie de crise.

Et le sénateur d'ajouter dans sa lancée que le pays n'était pas le premier à faire face à une difficulté de ce type, évoquant la crise des «Gilets jaunes» en France, un «pays aussi démocratique» que le Chili. 

«Dans un pays comme la France les choses ont été résolues de la même manière dont doivent être résolues au Chili», a-t-il comparé, rappelant au passage quelques unes des revendications des Gilets jaunes.

«C'est évident que le président Macron a dû faire usage de la force [...] Personne n'aime faire cela, mais il a dû de le faire. Le président [Sebastian] Pinera aussi, car son devoir fondamental, c'est la sécurité», a-t-il précisé avant d'affirmer que la solution devait aussi être politique.  

La sortie du sénateur n'est pas passée inaperçue aux yeux du public français, un extrait de son intervention a ainsi été partagée sur les réseaux sociaux suscitant quelques railleries. 

#breakingnews le senateur chilien qui justifient l'état de siège, le couvre feu en prennant comme exemple........ LA FRANCE..... tintintin tintintin... #allezlesbleus#championdumonde@ThomasHuchon@Gaelbrustier@JLMelenchon@RaquelGarridoFr@alexiscorbiere@quilapayunpic.twitter.com/IOtdm7Ob30

— Quezada Victor (@VictorQuez) October 21, 2019

Le Chili est plongé dans une crise sans précédent depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet en 1990. 18 personnes, dont un enfant de quatre ans, ont perdu la vie, majoritairement accidentellement depuis le début de la mobilisation, le 18 octobre.

Dépassé par la tournure des événements, le président chilien a dû prendre des dispositions inédites pour maintenir l'ordre telles que l'instauration de plusieurs nuits de couvre-feux et des patrouilles de militaires dans les rues de la capitale.  

Sur le plan politique, outre l'annulation de la hausse du prix du ticket de métro à l'origine de la grogne, Sebastian Pinera multiplie désormais les mesures sociales pour sauver sa présidence. Ainsi ont été annoncées, le 22 octobre, l'augmentation de 20% du minimum retraite, le gel des tarifs de l'électricité ou la une hausse du salaire minimum. Le président a par ailleurs proposé une réduction du traitement des parlementaires et des hauts fonctionnaires, de concert avec la baisse du nombre de parlementaires et une limitation du nombre de leurs mandats successifs. 

Cortamos nuestra transmisión en vivo dada la fuerte represión que afectó a los manifestantes en la marcha desde Plaza Italia 🏳️🏳️ #NoEstamosEnGuerra#EstamosUnidos ¡Fin al #EstadoDeEmergencia! pic.twitter.com/qINmpKLg2t

— CUT Chile (@Cutchile) October 23, 2019

Des efforts insuffisants pour les principaux syndicats, qui ont appelé à une grève générale et à des manifestations pacifiques, entre autre contre les «hausses de prix» et les «abus» le 23 octobre. La Centrale unitaire des travailleurs (CUT), principale confédération syndicale du pays, a par ailleurs dénoncé sur son compte Twitter la «répression» exercée selon elle vis-à-vis de sa manifestation à Santiago.  

Lire aussi : Le président du Chili évoque une «guerre» alors que des émeutes ont fait 11 morts (VIDEO)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.