Élections fédérales 2019, la vie en vert

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Il y a quatre ans, en 2015, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) n'était pas encore entrée au Bundestag. Les Anglais n'avaient pas voté le Brexit. Donald Trump n'avait pas été élu Président. Un ministre français à peine connu, Emmanuel Macron, lançait un mouvement qui l'amènerait à la présidence deux ans plus tard. Beaucoup de chose survinrent qui firent bouger les lignes, bousculèrent l'ordre établi. Pour le meilleur ou pour le pire, tout dépend de votre point de vue.

La vague du changement pourrait-elle atteindre la paisible Suisse? Et quelle forme prendrait-elle?

Nous avons désormais la réponse.

Le visage du nouveau parlement: la gauche en force

Selon un décompte encore provisoire, le Conseil national de la législature 2019-2023 devrait avoir cette allure:

decompte_18h10.png
Infographie 24Heures

La poussée verte tant attendue - espérée, même, par tous les médias officiels - a bien eu lieu. Les grands frères socialistes perdent des plumes mais celles-ci sont plus que récupérées par le reste de la gauche plurielle, les Verts augmentant leur députation de 150% (passant de 11 à 28 sièges) alors que les Verts Libéraux n'augmentent la leur "que" de 130% (de 7 à 16 sièges).

Au centre-gauche, contre toute attente, le PDC résiste plutôt bien en ne perdant que deux sièges. Le PLR se voit lui aussi diminué en perdant le double, alors que les sondages d'opinion et l'atmosphère politique générale lui présageaient un retour en grâce l'an dernier encore. La seule chose qui rassurera ces messieurs est la déconfiture de l'UDC avec une perte de 11 sièges (-16% de sa représentation).

La vague verte est stupéfiante en Romandie. À Genève les Verts deviennent la première force politique du Canton avec 24% des suffrages. Dans le Canton de Vaud, ils deviennent la troisième force politique, passant devant l'UDC avec 18,8% (+7.6) contre 17,4% (-5.2). À Neuchâtel, ils doublent carrément leur score avec 20% (+10.7) et deviennent la deuxième force politique derrière le PLR. L'UDC locale boit la tasse, reléguée en cinquième position. Les Verts doublent aussi leur score dans le Jura et dans le Valais.

Les caractéristiques de la politique suisse

La vague verte déferle aussi en Suisse alémanique mais elle y est plus modeste. Les Verts augmentent leurs scores dans de nombreux Cantons, mais ne prennent pas la première place. À Zurich par exemple Verts et Verts Libéraux sont tous deux au coude-à-coude à 14%, derrière le PS (17.3%) et l'UDC (26.7%). À Soleure, ils ne sont que le cinquième parti, comme à Fribourg.

Selon moi, cette différence s'explique simplement par le traitement médiatique du sujet. Dire que les Verts ont bénéficié d'une propagande gratuite et permanente de la RTS et des journaux serait bien en-deçà de la vérité. Mais ce matraquage n'a visiblement pas eu lieu de la même façon en Suisse alémanique, et les résultats des Verts s'en ressentent.

Comme je le dis toujours en ne plaisantant qu'à moitié, les deux caractéristiques principales de la politique suisse sont l'apathie et l'habitude. L'apathie parce que plus de la moitié des citoyens ne prennent même pas la peine de voter, ce qui fait de chaque élu du pays un des moins représentatifs qui soit. L'habitude, parce que la conscience politique d'un Suisse typique se cristallise quelque part autour de vingt ans et se calcifie ensuite.

Clarifions: cette fidélité forcenée n'empêche pas la critique, loin s'en faut. Le Suisse déteste souvent le mouvement politique qu'il s'est choisi. Il n'hésite pas à démolir les candidats que celui-ci présente, la façon dont la campagne politique est menée, la pauvreté des débats, les initiatives et le programme de son parti de prédilection. Il le voue grosso modo aux gémonies. Mais ces démonstrations d'humeur n'ont pas d'importance. Le jour J, il est au rendez-vous pour mettre le bulletin habituel dans l'urne, fidèlement.

Seule une toute petite frange des Suisses change réellement d'opinion politique au cours du temps ; et c'est pour cela qu'une variation de 1.5% des scrutins un jour d'élection fédérale suffit à susciter de hauts cris dans les rédactions. (Avec ce qui vient de se produire aujourd'hui, les journalistes travaillent d'arrache-pied à trouver de nouveaux superlatifs.)

Venons-nous d'assister à une révolution? Je ne pense pas. Je pense que les médias ont fait depuis des mois un travail de propagande, un travail de fond mené de façon remarquable. Disons-le franchement, depuis des mois si ce n'est des années il n'y a pas un soir où la RTS romande ne serve au public un sujet sur la fonte des glaciers / les réfugiés climatiques / les microplastiques / Greta Thunberg / Extinction Rébellion / la pollution / la température dans un siècle. Le thème est inépuisable, l'actualité tout autant. La propagande fut - fortement - dosée pour susciter l'adhésion des apathiques sans irriter les éveillés plus qu'il ne fallait.

Les élections d'aujourd'hui font déjà bruisser tous les instituts de sondages et les chercheurs d'opinion, et je pense qu'ils confirmeront mes analyses: selon moi, la plus grande partie des nouveaux électeurs écologistes de ce scrutin seront des gens qui ne votaient pas d'habitude, et non des convertis venus d'autres partis. Il y aura une proportion non nulle de Suisses qui n'ont pas voté comme d'habitude - un écart de conduite, en quelque sorte, vis-à-vis du parti dont ils se sont fait tatouer les initiales sur l'épaule - mais cette proportion restera petite.

Cependant, la vague verte est bien plus que cela. D'où vient le reste?

Selon moi, il vient de nulle part. Ce n'est pas une vague verte, c'est une absence.

Je pense simplement que les électeurs traditionnels ont été plus démobilisés que d'habitude. Mobilisation exceptionnelle des écologistes + écart de conduite (notamment des socialistes) + démobilisation particulière des partis traditionnels = vague verte.

Prenons l'exemple de Genève, ville engloutie sous la vague verte s'il en est. Peut-on croire que les Verts ont soudainement conquis un quart de l'électorat?

Genève_2019.png
Infographie 24Heures

Bien sûr que non. De nouveaux électeurs Verts sont arrivés sur le marché, ainsi que des transfuges socialistes, alors que l'UDC restait chez elle - trop diabolisée peut-être - et que les PLR et les PDC restaient eux aussi chez eux, dégoûtés de l'affaire Maudet / Dal Busco.

Voilà l'explication posée. Mais que va-t-il se passer ensuite?

La Suisse sous un régime de centre-gauche

Ce 20 octobre 2019 n'est pas que le passage de la vague verte ; c'est aussi la première fois depuis la fondation de la Suisse moderne que la gauche est en mesure d'imposer un gouvernement de centre-gauche.

Je pense qu'elle ne va pas s'en priver.

Pour la gauche le programme, les valeurs affichées, les objectifs annoncés ne sont que des moyens. Le pouvoir est le but. Pendant la campagne les affiches genevoises du PS invitaient les électeurs à se mobiliser pour "renverser la majorité": c'est désormais chose faite.

Suisse_Verte.png

La formule magique et ce genre de traditions sont des pis-aller désuets que la gauche consent à suivre seulement quand elle ne peut faire autrement. Arithmétiquement, le futur gouvernement devrait être de deux UDC, deux PLR, deux PS et un Vert en remplacement du PDC ; mais les bulletins étaient à peine dépouillés que la présidente des Verts Regula Rytz s'exprimait sur la SRF en revendiquant déjà le siège du PLR. "Le Conseil fédéral, dans sa composition actuelle, ne correspond plus aux majorités actuelles". CQFD.

Quel que soit le nouveau Conseil fédéral, il aura au moins quatre sièges à gauche. Il n'est pas impossible non plus que les ambitieux fassent preuve d'appétit et propose un vrai gouvernement d'union de gauche avec deux socialistes, deux Verts, deux PDC et un Vert-Libéral, reléguant PLR et UDC dans l'opposition. Il suffira aux journalistes de justifier "l'urgence climatique" en boucle et les benêts applaudiront à tout rompre.

Les jours qui s'annoncent vont être sombres pour la Suisse. Les Verts ne sont pas des écologistes sympas mais des extrémistes aussi à gauche que les communistes. Les taxes, les amendes, le flicage des poubelles et les interdictions vont pleuvoir. Les automobilistes vont souffrir, l'énergie va être rendue hors de prix, ce qui provoquera récession économique et appauvrissement généralisé.

La classe moyenne helvétique va rapidement découvrir ce qu'il en coûte de choisir d'aller se promener le dimanche en laissant d'autres choisir à sa place.

Ce soir, pour l'avenir de ce pays, je souhaite me tromper. Je souhaite que mon pessimisme soit excessif. Je crains qu'il ne le soit pas.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 20 octobre 2019

24 commentaires

  1. Posté par Un Suisse le

    Monsieur Montabert, en Suisse c’est le peuple qui décide et il lui arrive de se tromper. Il vous faudrait encore quelques décennies dans notre pays pour vous imprégner de notre culture.

  2. Posté par Maurice le

    A Genève, à l’UDC, nous avons Céline Amaudruz, qui est une femme courageuse, travailleuse et déterminée ! Je vote pour elle chaque fois que je peux et je vous invite tous à la suivre.

  3. Posté par Laurent Lefort le

    @Rictus. Il est vrai que tous ceux qui ont voté non à l’initiative contre l’immigration de masse, on laissé tomber l’affaire dans l’heure et se sont retirés en toute dignité. Mouahaha

  4. Posté par kandel le

    Merci Monsieur Montabert… honneur à vous et à tant d’autres avec leurs familles.
    Meilleurs vœux et tous nos remerciements également au grand Monsieur Yvan Perrin.

  5. Posté par Stephane Montabert le

    @Schmidt: « L’autre problème de l’UDC c’est le manque de personnalité forte dans les cantons romands, avant on avait Freysinger en Valais, Voiblet sur Vaud ou Perrin à Neuchâtel, ils étaient frais comme des gardons, maintenant il n y a plus personne… »

    Pour avoir un troupeau de mouton il faut passer des décennies à éliminer tous les moutons qui font preuve de courage et de curiosité.

    Les rares personnalités UDC fortes qui parviennent à percer en Romandie sont socialement, professionnellement et politiquement détruites.
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2018/11/28/oskar-freysinger-et-le-cote-obscur-de-la-lumiere.html
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2013/09/02/la-pseudo-affaire-legrix-suite-et-fin.html
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2016/04/15/claude-alain-voiblet-exclu-udc.html

    Ils le sont en général parce qu’ils gênent les autres partis et parce qu’ils sont des locomotives pour l’UDC ; et ils le sont aussi (ex. Voiblet) parce qu’ils gênent les ambitions des petits barons agricoles dans l’UDC Vaud.

    Le résultat c’est qu’il n’y a plus personne pour être candidat.

    Ce n’est pas facile de porter les couleurs de l’UDC à titre personnel, croyez-moi. L’électeur est tranquille à l’abri derrière un pseudo, le candidat est bien plus exposé et dans des sphères qui dépassent la politique. C’est évidemment totalement malsain, mais ne comptez pas sur qui que ce soit pour faire preuve de compréhension ou de compassion.

  6. Posté par Schmidt le

    Électeur UDC vaudois depuis 10 ans, j’ai été sonné par cette progression fulgurante de la gauche mais absolument pas étonné. Outre le fait que les merdias ont bien fait leur travail, il y a un ras-le-bol général au sein de la population, surtout concernant le prix exorbitant de l’assurance maladie, du montant ruineux des loyers pour des surfaces toujours plus ridicule et de ce monde du travail qui est devenu une jungle où tout est permis. L’UDC paie son côté « patronat » et « lobby des assureurs » c’est incontestable et je ne parle même pas de la communication ringarde qu’on a eu droit pendant cette campagne… L’autre problème de l’UDC c’est le manque de personnalité forte dans les cantons romands, avant on avait Freysinger en Valais, Voiblet sur Vaud ou Perrin à Neuchâtel, ils étaient frais comme des gardons, maintenant il n y a plus personne… Pour la première fois j’ai voté « mollement » pour la liste UDC. Bref le parti va devoir se remettre sérieusement en question et revenir au plus vite à sa base.

  7. Posté par Dominique le

    Avant de réclamer, avec arrogance, un siège au Conseil fédéral, les verts doivent d’abord faire la preuve qu’ils font du bien au peuple suisse, qu’ils améliorent notre sécurité, qu’ils diminuent la population de tueurs écologiques et de pollueurs de notre Suisse qui est le pays avec la plus forte densité d’habitants en Europe, qu’ils font des efforts pour ne pas être manipulés, etc, tout cela sans augmenter les dettes que la Confédération, les Cantons et les Communes ont malheureusement déjà contractées sur le dos de nos descendants, ce qui est immoral.

  8. Posté par Rictus le

    Etonnant comme les prétendus « démocrates » qui s’expriment à longueur de commentaires incendiaires dans cette tribune invectivent les vainqueurs du scrutin de dimanche. Un vrai démocrate sait perdre avec dignité même quand le vent souffle en sens contraire à celui de ses idées. Car le peuple a toujours raison, n’est-ce pas ?

  9. Posté par Stephane Montabert le

    @Chris: J’ai des doutes parce qu’entre deux attaques personnelles (pour votre gouverne je ne sais pas pour qui vous me prenez mais la « base », comme vous dites, je la connais, j’ai été sur les marchés, j’ai tenu des stands, comme des milliers d’autres militants méritants…) vos propos sont d’une étonnante naïveté.

    J’ai l’impression que vous jetez le bébé avec l’eau du bain lorsque vous parlez des « partis bourgeois » comme s’ils tiraient tous à la même corde, comme s’ils étaient vaguement solidaire en quoi que ce soit, comme s’ils jouaient dans la même équipe. Pour quelqu’un qui vit depuis aussi longtemps que vous en Suisse, je pense que vous auriez compris depuis le temps. Ils n’ont RIEN À VOIR les uns avec les autres. Le PDC vaudois qui navigue à vue en se targuant d’être le faiseur de rois et se réjouit d’officialiser les musulmans? Le PLR qui fleurit dans les conseils d’administration, privatise les profits et socialise les pertes, et se prosterne aux basques de l’UE? Comment les comparer avec les PME, les paysans et les employés du privé qui votent UDC?

    Vous nous parlez de l’assurance-maladie, vous avez déjà oublié qu’elle a été mise en place par la gauche? Vous avez oublié les tentatives de l’UDC (dont une initiative) pour libérer de l’obligation de contracter? Et pourquoi pensez-vous que je ne serais pas indigné par les politiciens qui siègent au conseil d’administration de caisses maladies ou autres, et qui obtiennent ces sièges grassement rémunérés grâce à leur mandat politique? Mais l’UDC est plutôt peu ou pas concernée, comparée aux autres partis, une fois encore.

    « Parce que je ne peux pas comprendre que ce pays qui croule sous le fric ne trouve pas un milliard pour les vieux mais dépensé sans compter des milliards dans une armée périmée? »

    Faut-il que je vous fasse la liste des initiatives lancées par l’UDC (et repoussées par le peuple) en faveur de l’AVS et des personnes âgées? Vous pensez qu’il n’y aura plus de guerre, ni de guerre civile en Europe?

    « Et ce pays change, sa population et ses aspirations aussi. »

    On le fait changer, c’est une décision prise en haut lieu. Il n’en reste déjà plus grand-chose et ceux qui devraient comprendre ce qui se joue semblent pris d’une grande confusion. Une colère mal dirigée n’est pas seulement stérile, elle est contre-productive.

    Toutes mes condoléances.

  10. Posté par Chris le

    Monsieur Montabert, vous avez des doutes?

    Avec ce que cela m’a coûté en amis, en famille et en agressions verbales dans la rue, permettez-moi de ne pas laisser passer.
    Les partis bourgeois ont tout de même eu les coudées franches ces 50 dernières années et nous en sommes où? La prospérité? Voyez-vous, là je suis encore au boulot, je m’offre dix minutes de pause. Ah ça, belle prospérité, on ne vit pas mal avec mon épouse, mais on bosse comme des cons, on paie un maximum aussi.
    Franchement, la droite a fait quoi pour la classe moyenne? Elle a contenu l’appétit de la gauche? Et vous en pensez quoi de vos collègues qui bossent pour les assurances? La hausse contenue des primes pour 2020 se paiera double en 2021, il n’y aura pas d’élections. On peut se gausser de la manipulation des merdias et de la gauche, mais celle-là était pas mal non plus.
    Je suis indépendant de profession libérale depuis 15 ans, je ne dois rien à personne, je paie 25’000 balles d’impôts par année, je ne magouille pas, je déclare tout ce que je gagne, j’ai un casier judiciaire vierge, j’ai conçu 2 petits Suisses pour la relève, je ne permet pas que l’on remette en cause « mon affiliation idéologique ».
    Pourquoi? Parce que je pense sincèrement que les assurances nous entubent, 2 fois, une fois en nous arnaquant sur des primes surfaites et une deuxième fois en nous louant des apparts hors de prix (je paie 3200.- de loyer) payés avec l’argent qu’elles nous pompent chaque fin de mois? Vous trouvez que l’assurance maladie privée obligatoire est une réussite? Moi j’appelle cela un échec complet. La seule, unique, totale responsabilité de cet échec en incombe aux politiques.

    Parce que je ne peux pas comprendre que ce pays qui croule sous le fric ne trouve pas un milliard pour les vieux mais dépensé sans compter des milliards dans une armée périmée? Vous croyez qu’ en cas de guerre je vais défendre quelque chose qui n’est plus à moi? Que je vais envoyer mon fils défendre un pays bradé, défendre des coffres de banques, des étrangers et des gauchistes inaptes et laisser ma fille et ma femme en ville avec toute la diversité qui l’occupe? Je ne possède pas un m2 dans ce pays, je le répète ce n’est plus à moi.

    Et l’UDC ne comprend pas la baffe qu’elle s’est prise? Car c’est une baffe magistrale, de compétition. J’ai été choqué par le mail lénifiant reçu par la direction du parti ce matin.

    Il faut aller discuter un peu avec la base Monsieur Montabert. Et ce pays change, sa population et ses aspirations aussi.

    C’est très grave ce qui est arrivé ce week-end. Et j’espère que la section vaudoise ne va pas appeler à voter PLR au deuxième tour. Pour « Monsieur 50% compatible avec Ada Marra ». Au cas où cela se reproduirait comme la dernière fois, je me déplacerai, vous constaterez alors quelles sont mes affiliations idéologiques.

    Mes meilleures salutations.

  11. Posté par Juan Pablo le

    il n’y a pas un soir où la RTS romande ne serve au public un sujet sur la fonte des glaciers / les réfugiés climatiques / les microplastiques / Greta Thunberg / Extinction Rébellion / la pollution / la température dans un siècle. Le thème est inépuisable, l’actualité tout autant. TOUT À FAIT D’ACCORD, MAIS ILS (RTS) N’OUBLIENT PAS NONPLUS LES LGBT!!!
    Encore une fois, cette Suisse n’est plus MA Suisse!!!

  12. Posté par Jean Durand le

    Tout n’est pas perdu, reste encore le deuxième tour pour le Conseil des Etats. Si la base électorale à droite se bouge un peu plus que dimanche passé, on peut encore avoir un parlement qui sera l’inverse de celui de la législature précédente, à savoir un Conseil National à gauche et un Conseil des Etats à droite. Mais pour ça il faut vraiment que les sympathisants de droite aillent voter…

  13. Posté par Stephane Montabert le

    @Chris: « je voterai sans hésiter la caisse unique la prochaine fois que la question se posera, »

    Si vous pensez que la santé coûte cher, attendez de voir combien elle vous coûtera quand elle sera « gratuite »…

    « je voterai contre l’augmentation de l’âge de la retraite, que ce soit pour les femmes ou les hommes »
    Mort lente ou rapide du système de retraite, c’est sans importance.
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2016/05/17/retraites-vous-n-aurez-rien.html

    « et surtout contre l’achat de nouveaux avions de combat. »
    Point sans importance s’il en est – au vu des rivières d’argent que l’État gaspille dans la rééducation de criminels d’étrangers, dans des prisons surpeuplées ou dans le système d’accueil d’urgence de l’asile. De quoi s’offrir des flottilles d’avion, tous les ans.
    Sur le sujet je vous invite à relire quelques archives:
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2014/02/18/la-suisse-decouvre-qu-elle-n-a-pas-d-armee-de-l-air.html

    À dire vrai, j’ai quelques doutes sur votre réelle affiliation idéologique. Votez bien comme vous voulez.

  14. Posté par edi o le

    Merci M. Montabert pour cette analyse pertinente. Je suis néanmoins déçu du manque de remise en question de M. Montabert par rapport à son parti, l’UDC. Dans les postes facebook de l’UDC, on arrive encore à se féliciter d’être toujours le premier parti de Suisse! On a juste perdu 11 sièges et 3,8 points mais c’est pas grave, tout va bien…
    Je suis assez d’accord avec le commentaire de Chris. Le côté « patronat », « économie libérale » et « lobby des assureurs » de l’UDC freine certains électeurs. Comment voulez-vous ,par exemple, qu’un employé de base mis au chômage à 55 ans vote UDC ? Ce n’est pas pour rien que sur Fribourg, Jean-François Rime ait fait moins de voix que Pierre-André Page.
    Rajoutez à cela une communication ringarde et vous faites aussi fuir les plus jeunes. Les posts sur les réseaux sociaux sont mal rédigés et maladroits. Rien de décalé et percutant qui pourrait faire un buzz positif. Le grand écart entre certains UDC qui essaient de faire bien auprès des journalistes en faisant du politiquement correcte et qui pourraient presque être pris pour des PDC et d’autres qui font des déclarations maladroites n’aide pas. Le manque de candidats jeunes et de femmes a nuit aussi. M.Montabert a raison de parler de l’élection de Donald Trump en introduction. Depuis, en Europe, l’image des partis dits populistes ont été ringardisés car associés à Trump. D’ailleurs l’UDC n’a pratiquement plus rien gagné depuis. je ne comprends pas que l’UDC n’ait pas senti cette dégradation d’image arriver et n’ait rien entrepris.
    L’UDC n’a pas non plus su capitaliser sur les succès obtenus durant la législature. C’est grâce à la majorité UDC-PLR que l’aide sociale a pu être durci et que le retour des requérants d’asile dans leurs pays pour les vacances ait été interdit. Les médias et la gauche n’ont fait que de dire que l’immigration n’était plus le soucis majeure des Suisses. Et jamais L’UDC n’a mis en avant que c’était grâce à elle que nous avons finalement moins de problèmes avec l’immigration que la France ou la Suède.
    J’ai moi même voté UDC, jeunes UDC pour être précis, avec un peu moins d’entrain que d’habitude. Je pense qu’un parti conservateur et patriote mais moins libérale et mondialiste sur les sujets économiques pourrait avoir un certain succès. L’UDC ne serait ainsi plus seule à se battre contre la migration et l’UE.
    Tout cela ne doit bien sûr pas occulter la scandaleuse propagande des médias en Suisse Romande. Je préfère cependant me battre et me remettre en question que de jouer la victime.

  15. Posté par Antoine le

     »Les taxes, les amendes, le flicage des poubelles et les interdictions vont pleuvoir. Les automobilistes vont souffrir, l’énergie va être rendue hors de prix, ce qui provoquera récession économique et appauvrissement généralisé. »
    Il faut y ajouter :
    – Une immigration du genre portes de grange grandes ouvertes (10 millions d’habitants d’ici 2035-2040.
    – Augmentation du dumping salarial; avec tous les migrants, requérants et frontaliers.
    – Hausse généralisé de l’assurance maladie; un grand nombre ne pourront simplement plus la payer.
    – Difficulté pour trouver un loyer abordable (à moins qu’une bulle immobilière pointe le bout de son nez)
    – Caisse de pension en graves difficultés pour payer les pensions de ses assurés (les ravages des intérêts négatifs vont continuer)
    – L’insécurité grandissante, la police qui n’intervient plus, le risque de guerre civile chez notre voisin, etc …
    M. Micron :
    https://lesobservateurs.ch/2019/10/17/emmanuel-macron-aurait-avance-les-causes-dune-eventuelle-guerre-civile/
    M. Attali :
    https://lesobservateurs.ch/2019/10/21/jacques-attali-la-france-est-le-pays-confronte-a-la-juxtaposition-des-communautes-cest-la-guerre-civile-si-on-ne-reussit-pas/

  16. Posté par Maurice le

    @ Jacques – Grand merci pour votre complément d’analyse extrêmement pertinent ! C’est cela qu’il faudrait rappeler avant chaque votation !

  17. Posté par Marcassin le

    Cris, je comprends votre révolte. Mais le problème n’est pas là. Effectivement le nombre des inactifs augmente et nécessite de trouver des solutions. L’augmentation de l’âge de la retraite en est une. Mais le GRAND problème résulte du fait que la gauche et ses succursales pour lesquelles le peuple manipulé a voté importe et va continuer a importer une quantité de population inemployable, inassimilable, ne possédant pas nos codes et qui seront à notre charge jusqu’à la fin de leur vie et de celle de leurs nombreux enfants alors qu’elle n’a participé d’aucune manière au financement des charges sociales dont elle bénéficiera jusqu’à l’effondrement de nos ressources.

  18. Posté par SD-Vintage le

    et la moitié des Suisses de droite a voté pour financer la RTS gauchiste

  19. Posté par Jacques le

    Comme souvent, l’analyse de Stéphane Montabert est très fouillée et intelligente. Mais je regrette qu’il n’ait pas suffisamment mis l’accent sur l’implication, en plus des médias bien de chez nous comme la SSR, d’agences internationales et de « spin doctors » spécialisés dans la manipulation de l’opinion publique. Ces organisations ont fait un effort tout spécial pour créer une distorsion du climat politique en Suisse, grâce à une quasi « révolution de velours » ou « de couleur », appelons là comme on voudra.

    Les think tanks « Opération Libero », « Foraus », les organisateurs de la « grève du climat » et certainement aussi de la « grève des femmes », tous ces gens marchent main dans la main avec des organisations d’agitation gauchiste comme « Extension-Rébellion », la « Open Society Foundation » de Soros, etc. Et ils ont coordonné et orchestré leurs actions, en lien avec les médias suisses, qui ont joué, à merveille, leur rôle de caisse de résonance.

    On a assiste à un viol des consciences par manipulation de la sensibilité des jeunes.

    Selon moi les organisations mondialistes et leurs spin doctors ont consacré un énorme effort au cas de la Suisse, qui les préoccupe profondément à cause de l’UDC qu’ils ne parviennent pas à battre. En effet l’UDC et sa résistance jusqu’ici victorieuse au super-état mondialiste de Bruxelles crée un grave problème pour ceux qui entendent parvenir à un gouvernement mondial rapidement. Il fallait à tout prix briser l’hégémonie UDC dans la vie politique suisse. Il fallait mettre au pas la Suisse, grâce aux idiot(e)s utiles rouge-vert(e)s du genre Lisa Mazzone. Cela semble réussi, au moins en partie. Mais pas complètement, parce que la droite n’est pas défaite et contrairement à ce que vous dites, la majorité du parlement n’est pas vraiment de gauche. Je dirais plutôt qu’on risque de s’embourber dans un marais centriste où la nullité du PDC, des Verts lib et du PBD va avoir du grain à moudre. L’UDC garde encore beaucoup de moyens d’action.

    Pour conclure je voudrais encore relever que la même analyse est valable pour comprendre la campagne insensée qui a abouti au dégommage de Freysinger en Valais. Là on a vu les caciques locaux PDC et radicaux (Couchepin), qui désiraient se débarrasser d’un intrus, travailler main dans la main avec des professionnels du spin, venus de l’étranger. Et ils ont réussi leur coup. Pour moi c’est extrêmement clair: Oscar Freysinger avait humilié publiquement Daniel Cohn-Bendit à laTV. L’élimination politique de Freysinger c’était la vengeance de Cohn-Bendit. Et je suis certain, sans pouvoir évidemment donner les preuves, que cette opération a donné lieu à un certain nombre de coups de téléphone entre Martigny, Sion, Bruxelles, Paris, Londres, New York et Tel Aviv, c’est à dire les endroits d’où opèrent habituellement ce genre d’organisations.

    La première fois qu’on a eu dans la politique suisse une intervention directe de spin doctors professionnels pilotée de l’étranger, c’était dans la campagne référendaire sur le Concept Armée 21. Il s’agissait alors de contraindre la Suisse à accepter cette réorganisation qui consiste à renoncer à la notion de défense territoriale de la Suisse, pour adhérer au projet du Nouvel Ordre Mondial de « sécurité par la coopération ». Donc c’était un renoncement à la souveraineté imposé par des spin doctors de l’OTAN. Car il s’agissait aussi, en fait, d’un alignement de la Suisse sur l’OTAN. Ce sont en gros les mêmes qui ont travaillé sur les élections fédérales de 2019. Il s’agissait de favoriser la « vague verte » car les Verts, comme dans le cas de Joshka Fischer, c’est l’OTAN. C’est le nouvel ordre mondial. Car l’OTAN c’est le nouvel ordre mondial. Aux yeux du pouvoir mondialiste les Verts c’est l’antidote au « populisme ». Contre l’UDC, selon les Daniel Cohn-Bendit et Soros de ce monde, le remède c’est les Verts.

    C’est révoltant de penser que nous vivons désormais dans un pays où des organisations pilotées de l’étranger se permettent de manipuler nos elections, pour contrer le populisme de l’UDC qui les inquiète.

  20. Posté par Chris le

    La présence de la droite à une multitude de commissions et de conseils d’administration d’assurances ainsi que la retraite à 68 ans a coûté très cher aux partis bourgeois. Ne cherchez pas plus loin. La droite a échoué sur ces deux dossiers. C’est bien de responsabiliser l’individu mais il serait temps de constater que la classe moyenne croule sous l’impôt, les primes d’assurance maladie qui sont devenues totalement abjectes pour une famille, les loyers hors de prix, la peur du déclassement professionnel à partir de 40 ans…C’était un gros vote de contestation ce week-end. La classe moyenne a joué le jeu, a été pressée comme un citron, vit en état de stress permanent. Et on ne lui demande que des efforts, toujours plus d’efforts. Je vote UDC depuis 15 ans, je suis membre de l’UDC depuis 10 ans. Et pourtant je voterai sans hésiter la caisse unique la prochaine fois que la question se posera, je voterai contre l’augmentation de l’âge de la retraite, que ce soit pour les femmes ou les hommes et surtout contre l’achat de nouveaux avions de combat. Si l’on ne peut pas trouver 1 milliard pour l’AVS alors nous n’avons pas les moyens d’acheter ces jouets. Même votre base est en train de se révolter. En Suisse on se révolte dans les urnes. En attendant mieux. D’ailleurs je soutiens une journée de grève générale tout en étant petit patron. Il est temps de siffler la fin de la récréation pour les 3% et leurs sbires.
    Le PLR a sauvé les meubles car sa base est fidèle. L’UDC a par contre attiré plein de petits, de laissés pour compte qui ont l’impression de se faire gruger. Ceux-là se sont tirés. Et ce n’est pas fini.

  21. Posté par Maurice le

    J’espère qu’on ne se dirige pas tout droit, avec cette gauche verte et rose qui ne rêve que d’Union européenne et de surpopulation interlope, vers une Suisse qui va perdre sa souveraineté et son ancrage ancestral…

  22. Posté par Nicolas le

    Lorsque la propagande médiatique sur le réchauffement anthropique va s’essouffler et que les idiots utiles de ces idiots utiles seront submergés de taxes diverses, la vague verte se heurtera à la réalité et le ressac la renverra au large. Rendez-vous dans quatre ans.

  23. Posté par Antoine le

    Encore et toujours la RTSocialiste !
     »Dire que les Verts ont bénéficié d’une PROPAGANDE gratuite et permanente de la RTS et des journaux serait bien en-deçà de la vérité. Mais ce MATRAQUAGE n’a visiblement pas eu lieu de la même façon en Suisse alémanique, et les résultats des Verts s’en ressentent. »
    N’oublions pas que nous avons voté et accepté (malheureusement) la redevance radio / TV …

  24. Posté par Peter Bishop le

    Sachant que seule l’UDC est de droite en Suisse, on était déjà sous un régime à gauche. La on passe à une Suisse dirigée par l’extrême gauche la plus totalitaire… Entre les votations de ces dernières années et ces élections, la Suisse est terminée ! Je pars avant la fin de l’année…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.