Danemark : 48% des migrants de deuxième génération sont opposés à la critique de la religion

Une nouvelle enquête menée au Danemark a révélé que près de la moitié des migrants de deuxième génération pensent que la critique de la religion devrait être interdite.

Selon le journal danois Kristeligt Dagblad, l'enquête sur la citoyenneté danoise de 2019 révèle que 48 % des migrants de deuxième génération estiment que l'État devrait interdire la critique de la religion, contre 42 % des migrants de première génération et moins de 20 % des Danois de souche.

La présidente du Conseil des minorités ethniques, Halima El Abassi, n'est pas étonnée qu'il y ait davantage d'individus de 2ème génération qui pensent que les critiques de religion devraient être interdites. Elle estime que ce nombre est lié au fait que les descendants deviennent plus religieux que leurs parents. Une évolution qui, à son avis, est due au fait que ces descendants ne se sentent pas appartenir à la société danoise. [...]

C'est précisément le sentiment d'être exclu qui joue un rôle crucial, estime également Tarek Hussein, musulman et auteur du livre "La barbe noire", ouvrage qui évoque le fait d'être musulman et danois.

[...]

Au cours des dernières décennies, la proportion d'immigrants vivant au Danemark a considérablement augmenté. En 2017, les immigrants représentaient 12,9 % de la population totale du Danemark.

Compte tenu de la nature de l'immigration la plus récente, il n'est probablement pas surprenant de constater que l'islam représente la plus grande minorité dans le pays, les musulmans représentant actuellement plus de 5 % de la population danoise.

 

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Voice of EuropeKristeligt-dagblad.dk

 

3 commentaires

  1. Posté par Anne Lauwaert le

    Mais c’est quand même normal : ceux qui vivent du business religieux ne veulent surtout pas de critique le la religion qui est leur gagne pain… et donc ils endoctrinent et manipulent leurs disciples. Le jour où les croyants arrêtent de croire et commencent à penser c’est est fini de la religion.

  2. Posté par Françoise le

    En fait c’est simple. Les musulmans qui n’ont jamais vécu dans un pays musulman préfèrent l’islam le plus strict et idéalisent le pays de leurs ancêtres. Je pense que la meilleure solution est de les prendre au mot et de les inviter à y retourner définitivement ou, au moins, à aller vivre dans un pays musulman où ils seront beaucoup plus heureux.

  3. Posté par Bussy le

    Et c’est toujours la faute à ceux « de souche », qui font que ces pauvres migrants ne se sentent pas appartenir à la société danoise etc…. et ça pleurniche, et ça se plaint….
    En fait, leurs parents se sont montrés discrets tant qu’ils étaient peu nombreux, leur nombre étant important maintenant, ils se montrent tels qu’ils sont, et leurs enfants leur emboîtent le pas, étant tous d’une religion qui ne peut pas s’intégrer à la société occidentale, point barre !
    Mais bon, les bien-pensants vont encore faire un moment comme si c’était la faute des Danois de souche…. le réveil n’en sera que plus pénible.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.