Prix Nobel d’économie : Esther Duflo, « icône » de la « nouvelle » gauche, récompensée

post_thumb_default

 

Pour la quatrième fois dans son histoire, notre pays a donc décroché lundi, grâce à la Franco-Américaine Esther Duflo, mais aussi à son conjoint le chercheur indien Abhijit Banerjee et le professeur américain Michael Kremer, le très prestigieux prix Nobel d’économie. Un prix qui vient récompenser non seulement leurs travaux qui, aux dires du jury, « ont introduit une nouvelle approche pour obtenir des réponses fiables sur la meilleure façon de réduire la pauvreté dans le monde », mais aussi la carrière fulgurante de cette « icône » de la « nouvelle » gauche, qui a été choisie par Barack Obama pour l’épauler à la Maison-Blanche sur les questions de développement mondial.

Des maîtres à penser politiquement très engagés

Née en 1972 à Paris, d’un père mathématicien et d’une mère pédiatre très engagée dans l’action humanitaire, la plus jeune lauréate du Nobel (46 ans) a très tôt travaillé comme bénévole au sein de plusieurs ONG. Reçue quatrième au concours d’entrée de Normale Sup en 1992, elle y a obtenu en 1994 une maîtrise d’histoire et d’économie grâce à un mémoire portant sur le premier plan quinquennal de l’URSS. Encouragée alors par le très contesté économiste socialiste et pro-immigration Thomas Piketty, elle se tourne vers l’économie appliquée, et décroche un DEA d’économie à l’EHESS en 1995, puis en 1996 l’agrégation de sciences économiques et sociales, tout en étant l’assistante de recherche du célèbre Jeffrey Sachs, dont la fameuse « thérapie de choc », censée sortir de la pauvreté la Bolivie, la Pologne et la Russie à la fin des années 1980, a eu des conséquences désastreuses pour la population de ces pays… Après avoir soutenu en 1999 sa thèse de doctorat, consacrée à l’évaluation économique des projets de développement, au sein du prestigieux MIT, elle devient professeur en 2002, d’abord à l’université de Princeton, puis au MIT en 2004. Des travaux qui lui vaudront d’être saluée par The New Yorkercomme l’« intellectuelle française de centre gauche qui croit en la redistribution », et, en 2013, d’être choisie par Obama pour l’épauler sur les questions de développement mondial. Avec les résultats que l’on sait…

Des travaux contestés

Co-fondatrice en 2003 du laboratoire de recherche « Poverty Action Lab » (ou J-PAL pour « Jameel Poverty Action Lab »), ses études destinées à lutter contre la pauvreté sont basés sur les recherches de terrain, en partenariat avec d’autres ONG. Sa méthode ? Inspirée des « essais randomisés » conduits en médecine ou en biologie, elle consiste, pour vérifier par exemple si un programme de soutien scolaire est efficace, à choisir au hasard 200 classes, dont 100 mettent en place le programme et les 100 autres pas, puis à analyser le résultat. Une méthode d’évaluation applicable à une foule de domaines et qui, selon ses défenseurs, permettrait à l’économie du développement de sortir des approches idéologiques qui opposent les libéraux, convaincus qu’il faut laisser faire le marché, et les interventionnistes, qui défendent l’idée que les politiques internationales et publiques sont la solution. Cependant, si les travaux de Duflo lui ont valu quelque succès, ils suscitent aussi beaucoup de critiques, y compris de la part d’anciens prix Nobel d’économie, qui reprochent notamment à sa méthode de ne pas être suffisamment reproductible. Comme Gaël Giraud, économiste en chef de l’Agence française de développement, qui soulignait que les essais aléatoires menés par le J-PAL donnent des résultats qui varient trop selon le lieu et l’époque pour qu’on puisse en déduire une loi générale. •

Cet article Prix Nobel d’économie : Esther Duflo, « icône » de la « nouvelle » gauche, récompensée est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.