Professeur Jean-Louis Caccomo, enfermé de force en hôpital psychiatrique pendant 3 ans à cause de son honnêteté (44:24)

Pierre Bergerault reçoit le professeur Jean-Louis Caccomo, docteur en sciences économiques, pour évoquer son internement de force en hôpital psychiatrique pendant 3 ans. Sa hiérarchie lui a reproché d'avoir dénoncé un trafic de diplômes. Il est aujourd'hui libre mais les responsables courent toujours..

2 commentaires

  1. Posté par kandel le

    Quel tout grand Monsieur ce Professeur Jean-Louis Caccomo !
    Quels salauds ces psychiatres pervers qui voulaient sa perte.
    Quels salauds tous ces lâches qui connaissaient ces horreurs et qui, malgré cela, n’ont pas levé le petit doigt pour aider Jean-Louis Caccomo.
    À ce sujet, une plainte pour « Non assistance à personne en danger » devrait également être déposée.

  2. Posté par Antoine le

    Ceux qui lancent des alarmes avec toutes les preuves à l’appui DOIVENT être protégés !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.